Plus d'un tiers des adultes américains utiliseraient des médicaments d'ordonnance qui ont le potentiel de causer la dépression, selon une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Dima Qato de l'Université de l'Illinois à Chicago et ses collègues ont analysé des données sur la consommation de médicaments de plus de 26 000 personnes de 2005 à 2014 provenant d'une étude nationale.

 

Plus de 200 médicaments d'ordonnance couramment utilisés - dont des contraceptifs hormonaux, des médicaments pour la tension artérielle et le cœur, des inhibiteurs de la pompe à protons (anti-reflux gastriques), des antiacides et les analgésiques - ont la dépression ou le suicide comme effets secondaires potentiels.

L'étude montre que ces médicaments étaient souvent utilisés simultanément et que l'utilisation concomitante (polypharmacie) était associée à une plus grande probabilité de souffrir de dépression.

Environ 15 % des personnes qui prenaient simultanément 3 ou plus de ces médicaments ont souffert de dépression pendant qu'ils prenaient ces médicaments, comparativement à seulement 5 % pour ceux qui n'en prenaient pas, 7 % pour ceux qui prenaient un seul de ces médicaments et 9 % pour ceux qui en prenaient deux simultanément.

Des résultats similaires étaient observés pour les médicaments qui mentionnent le suicide comme effet secondaire potentiel. Ces résultats persistaient en excluant les personnes utilisant des médicaments psychotropes, considérés comme un indicateur potentiel de dépression sous-jacente non liée à l'utilisation de médicaments.

« Le message à retenir de cette étude est que la polypharmacie peut entraîner des symptômes dépressifs », souligne la chercheure.

L'étude montre également une tendance à l'augmentation de l'utilisation de ces médicaments entre 2006 et 2014, qui est passée de 35 % à 38 %. « C'est pourquoi il est d'autant plus urgent de prendre conscience que la dépression est un effet secondaire potentiel. »

Les chercheurs ont constaté que l'utilisation de tout médicament d'ordonnance ayant un effet indésirable potentiel de dépression est passée de 35 % en 2006 à 38 % en 2014.

Très peu de ces médicaments portent des étiquettes de mise en garde, déplore la chercheure.

A voir sur Psychomédia:

  • TEST : êtes-vous en dépression ? quelle sévérité ? (test PHQ-9)

  • La dépression en forte hausse dans la dernière décennie : des chiffres

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : University of Illinois at Chicago, JAMA.
Tous droits réservés.