L'exposition aux particules fines (PM2,5) de la pollution atmosphérique est liée à un risque accru de 78 % de trouble du spectre autistique (TSA), selon une étude publiée en novembre dans la revue Environment International.
 

   L'étude a été menée par des chercheurs australiens, chinois, britanniques et québécois (Université McGill) avec 124 enfants atteints de TSA et 1 240 enfants en bonne santé de Shanghai. Les enfants ont été suivis de la naissance à l'âge de trois ans.

   Yuming Guo de l'Université Monash et ses collègues ont examiné les effets sur la santé de particules PM1, PM2,5, PM10. Ces fines particules en suspension dans l'air sont les sous-produits des émissions des usines, des véhicules, des activités de construction et de la poussière routière. Plus les particules sont petites, plus elles sont capables de pénétrer dans les poumons et d'entrer dans la circulation sanguine, ce qui cause un éventail de problèmes de santé sérieux.

   Il n'y a pas de niveaux sécuritaires de pollution, estime le chercheur.

« Malgré le fait que les particules plus petites, les PM1, sont plus nocives, il n'y a pas de norme ou de politique mondiale pour la pollution atmosphérique par les PM1 », souligne-t-il.

   Ces résultats s'ajoutent à ceux d'études précédentes qui ont déjà établi un lien entre l'exposition prénatale à la pollution atmosphérique et les troubles du spectre de l'autisme chez les enfants, précisent les chercheurs.

  • Autisme et pollution : l'interaction entre gènes et ozone multiplie le risque par 10

  • Critères diagnostiques des troubles du spectre de l'autisme (DSM-5)

Pour plus d'informations sur l'autisme et sur les liens entre la pollution et l'autisme, voyez les liens plus bas.

   Psychomédia avec sources : Monash University, Environment International.
Tous droits réservés.