Emmanuelle Piquet, professeure à l'Ecole supérieure du professorat et de l’éducation de l’Université de Bourgogne, et Nathalie Goujon, responsable du centre de consultation lyonnais de « A180 degrés/Chagrin scolaire », présentent sur le site The Conversation, leur approche pour aider les enfants à se défendre contre le harcèlement à l'école.

L’enfant ou l’adolescent harcelé peut acquérir les compétences pour se faire respecter s’il bénéficie, au bon moment, du soutien adéquat, soutiennent-elles.

 C’est ce que propose la thérapie « brève et stratégique » développée en France par leurs équipes depuis une dizaine d’années. Cette approche fait désormais l’objet d’un diplôme universitaire, « Traiter les souffrances en milieu scolaire et péri-scolaire », à l’université de Bourgogne, et s'appuie « sur les travaux du Mental Research Institute(MRI), à Palo Alto (Etats-Unis), héritier de “l’école de Palo Alto”, un courant fondé dans les années 1950 par le psychologue américain Gregory Bateson ».

  « Au lieu d’un timide “Arrête !” qui laisse entendre au harceleur qu’il n’y aura aucune conséquence à ses actes, nous les amenons à envoyer le message : “Continue et tu vas t’en mordre les doigts, notamment en ce qui concerne ta popularité”. »

  Les auteures illustrent leur approche avec l'exemple d'une intervention.

  Sur The Conversation : Harcèlement à l’école : apprenons aux enfants à se défendre.

(https://theconversation.com/harcelement-a-lecole-apprenons-aux-enfants-a-se-defendre-84825)

  Emmanuelle Piquet est notamment auteure des livres Le harcèlement scolaire en 100 questions(Tallandier, 2017) et Je me défends du harcèlement (Albin Michel, 2016).

  Nathalie Goujon est auteure de Médecine sans souffrance ajoutée (Enrick B Editions).

Psychomédia   Tous droits réservés