• Consultation publique Stratégie Nationale Perturbateurs Endocriniens 2 (SNPE2)

    Il est urgent d’éviter la survenue des cancers en s’attaquant aux causes environnementales. Plus que jamais, il faut une politique ambitieuse de santé environnementale pour faire reculer l’épidémie mondiale de maladies chroniques.

     Le Réseau Environnement Santé se félicite de la continuation de la Stratégie Nationale Perturbateurs Endocriniens (SNPE). Réduire l'exposition de la population et de l'écosystème demande un financement conséquent. Le RES demande qu'il soit équivalent à celui du plan Cancer, soit 1,5 milliard sur 5 ans. La consultation publique est ouverte jusqu'au 8 février prochain. C’est l’occasion de faire entendre la voix de la société civile !

    Si vous partagez cette ambition de "réduire le poids des maladies chroniques en éliminant les Perturbateurs Endocriniens", reprenez cette exigence d’un financement à hauteur de l’enjeu sanitaire et environnemental : 

    1) Se rendre sur http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/strategie-nationale-sur-les-perturbateurs-a1916.html

    2) En bas de la page cliquez sur "déposer votre commentaire".

    3) Remplissez le court formulaire avec le texte suivant (n’hésitez pas à reformuler) : 

    « Je me félicite de la continuation de la Stratégie Nationale Perturbateurs Endocriniens. Je soutiens l’objectif : réduire l’exposition de la population et de l’écosystème. Je demande que le financement de cette stratégie soit équivalent à celui du plan Cancer, soit 1,5 milliard sur 5 ans. » 

    4) Partagez et proposez à votre entourage de participer!

      En 2012, le Réseau Environnement Santé avait demandé lors de la conférence environnementale que soit élaborée une Stratégie Nationale Perturbateurs Endocriniens. Après les interdictions obtenues, suite à l’action du RES, du Bisphénol A dans les biberons et les contenants alimentaires, il apparaissait nécessaire de sortir d’une approche substance par substance pour passer à une approche plus globale. 

    C’est ce qui a débouché sur la 1ère SNPE en 2014, qui reconnaissait le changement de paradigme des PE via l’objectif principal clairement affirmé de « Réduire l’exposition de la population ». 

    La caractéristique des PE fait en effet qu’il n’est pas possible de fixer des normes comme dans le cadre de la toxicologie classique en dessous desquelles le risque peut être considéré comme négligeable. 

    Les Inspections Générales (Santé, Ecologie et Agriculture) avaient tiré un bilan positif de cette stratégie dans leur rapport de février 2018, notamment parce qu’elle avait entraîné une mobilisation de la société civile.

    Le Réseau Environnement Santé a participé activement à la préparation de la 2ème phase de la SNPE. Il se félicite du fait que l’objectif principal « Réduire l’exposition de la population » ait été réaffirmé dans le document qui a fait l’objet d’une annonce par les ministres François de Rugy et Agnès Buzyn, à l'occasion des Rencontres nationales santé environnement, organisées à Bordeaux la semaine passée[1].. 

    Si les 50 fiches action apparaissent dans l’ensemble satisfaisantes, la question du financement n’est par contre quasiment pas traitée. Le RES a demandé que le financement soit à la hauteur de celui du plan cancer (1,5 milliard sur 5 ans).

    La société civile se mobilise aujourd’hui fortement, notamment avec l’appui des collectivités locales. La charte des Villes et Territoires sans Perturbateurs Endocriniens[2] lancée par le RES en octobre 2017 est aujourd’hui signée par près de 200 villes engagées directement ou via leur communauté d’agglomération comme Paris, Strasbourg, Limoges, Dijon, Toulouse… A cela s’ajoute l’engagement de la région Ile-de-France et du Conseil Départemental du Tarn.

    Il est aujourd’hui largement démontré que les PE sont à l’origine d’une part importante des grandes maladies chroniques : cancers du sein et de la prostate, obésité et diabète, troubles de la reproduction et du comportement…qui, pour une large part tirent leur origine d’une exposition pendant la grossesse. Les PE sont par ailleurs une cause majeure de la chute de la biodiversité.

    [1] https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/gouvernement-lance-lelaboration-du-4eme-plan-national-sante-environnement-intitule-mon-environnement

    [2] http://www.reseau-environnement-sante.fr/presentation


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :