• Demain, tous crétins?

    EDITO

    Par André Cicolella

    Président du Réseau Environnement Santé 

    reseau-environnement-sante.net

     

     
    RES-ACTUS n°32 Octobre/Novembre 2017

     

     DEMAIN, TOUS CRÉTINS ?

    C’est le titre du documentaire de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade, diffusé sur Arte, le 11 novembre. Cet intitulé peut sembler provocateur mais il correspond pourtant aux données scientifiques. Les perturbateurs endocriniens perturbent les hormones thyroïdiennes et par voie de conséquence la formation du cerveau du fœtus. Il en résulte une baisse du QI. Sans être tous crétins, les enfants d’aujourd’hui sont globalement moins intelligents qu’ils ne devaient être et sont davantage touchés par l’autisme et l’hyperactivité. Par ailleurs, nous sommes moins fertiles et certains même stériles, nous sommes plus atteints de cancers du sein et de cancers de la prostate, plus touchés par l’obésité, le surpoids, le diabète, et les maladies cardio-vasculaires… En outre, toutes ces maladies touchent des populations de plus en plus jeunes. A l’occasion de la journée mondiale de l’AVC, le RES a organisé une conférence de presse en Alsace, une région où le taux d'AVC a été multiplié par 4 en 17 ans, notamment chez les moins de 45 ans. L’AVC fait en France autant de victimes que le Sida chez les moins de 45 ans ! L'exposition aux Perturbateurs Endocriniens pendant la grossesse et la petite enfance en est une des causes principales. Il y a donc urgence à agir… Et pourtant, une nouvelle fois, l’interdiction programmée du glyphosate est repoussée au niveau européen. De même, les Etats Généraux de l’Alimentation n’abordent pas la question de la contamination de l’alimentation par les PE, alors que les estimations de l’ANSES montrent que 80 % de la charge en PE provient de l’alimentation.

    L’Assemblée générale de l’ONU de septembre 2018 traitera une nouvelle fois de la réponse à apporter à « l’épidémie mondiale de maladies chroniques ». L’OMS propose comme objectif général une diminution de 30 % de mortalité d’ici 2030, et plusieurs objectifs ciblés, comme l’arrêt de la progression de l’épidémie d’obésité et de diabète. Cependant, la Stratégie Nationale de Santé est lancée sans faire référence à ces objectifs. Il est temps que la société civile se prenne en main. Le colloque organisé par le RES, le 10 octobre dernier à Paris, « Villes et Territoires sans Perturbateurs Endocriniens », en a apporté la preuve. Les collectivités locales agissent déjà via leurs achats, dans les capitales à Paris, Madrid, Stockholm mais aussi dans les villes plus petites, celles de Cœur d’Ostrevent, Grande Synthe, Limoges avec le programme « crèches sans PE », Guéret et sa « maternité sans PE » … Demain, tous crétins ? Non, si nous réagissons.

    Le RES demande l’organisation d’Etats Généraux de la Santé Environnementale pour que l'on s’attaque enfin sérieusement aux causes des maladies.     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :