• Guarani en danger

       Ils mènent une guerre contre nous. Nous avons peur. Ils tuent nos leaders, cachent leurs cadavres, nous intimident et nous menacent…’     Tonico Benites, leader guarani  

     
     

     Cher ami,

    Le petit garçon que vous voyez (sur la photo ci-dessus) s’appelle Josiel Benites. Il a 12 ans et il est guarani. On lui a tiré dessus.  

    Le peuple de Josiel est entassé sur de minuscules parcelles de terres au sud du Brésil, encerclé par des éleveurs de bétail et par des champs de soja et de canne à sucre qui s’étendent à perte de vue. Les Guarani vivent dans des campements temporaires, sous des bâches en plastique, dans des réserves surpeuplées. Leurs enfants souffrent de malnutrition car les Guarani n’ont presque plus de terres à cultiver. Des pesticides pulvérisés depuis des avions polluent leurs sources d'approvisionnement en eau. De puissants éleveurs et leurs hommes de main armés tentent de terroriser les Guarani afin qu’ils abandonnent la lutte pour retourner sur leurs terres ancestrales. Selon les législations internationale et brésilienne, ces terres leur reviennent de plein droit.

    Les Guarani vivent dans la peur permanente d’être attaqués. Leurs maisons temporaires sont marquées par des impacts de balles. 

    Les attaques se multiplient. Il y a peu, nous avons appris que la communauté de Tey’i Jusu avait été attaquée. Dans des images filmées par les Guarani,( à voir sur https://www.youtube.com/watch?v=qEGPHnOTNyY) on peut entendre des coups de feu et des cris. Clodiodi Aquileu, âgé d’une vingtaine d’années et membre des services de santé de la communauté, a été tué. Cinq personnes ont été blessées - dont Josiel.

    Quand est-ce que le Brésil, pays hôte des Jeux olympiques 2016, écoutera leurs appels? Que devront-ils endurer de plus - et combien d’entre eux devront encore mourir?

    Les Guarani sont l’un des peuples les plus résistants avec lesquels nous avons travaillé. Ils savent qu’ils peuvent être tués en s’opposant au vol de leurs terres mais ils acceptent de courir ce risque. La moindre des choses que nous puissions faire est de les soutenir. 

    Grâce à vos dons, nous pouvons : 

    - Offrir aux Guarani une plate-forme pour s’adresser au monde. Notre projet ‘Voix indigène’ leur permet de communiquer avec nous en temps réel et nous souhaitons que davantage de communautés puissent bénéficier de ce projet.

    - Continuer à faire pression sur le gouvernement brésilien pour qu’il leur restitue leurs terres. Nous avons récemment réussi à atteindre cet objectif pour les Kawahiva, nous pouvons le faire à nouveau!

    - Faire en sorte que les médias parlent de la terrible situation des Guarani.

    - Rallier des soutiens dans le monde entier afin de défier le racisme et de sensibiliser l’opinion publique.

    Soutenez-les pour que leurs efforts ne soient pas vains. Faites un don dès aujourd'hui.

    Bien à vous,

          Stephen Corry      Directeur


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :