• Huile de palme...

    Un défenseur des terres violemment tué par un garde de sécurité d'une compagnie canadienne d'huile de palme en RD Congo

    En mai/juin 2019, M. Joël Imbangola assistait à cette réunion entre les communautés riveraines des plantations de Boteka et les représentants du mécanisme de plaintes de la banque de développement allemande
    RIAO-RDC | 22 juillet 2019
        Un défenseur des terres violemment tué par un garde de sécurité d'une compagnie canadienne d'huile de palme en République Démocratique du Congo
     
    Un membre de l'organisation congolaise de défense de l'environnement et des droits de l'homme RIAO-RDC a été brutalement tué par un agent de sécurité de la société canadienne Feronia Inc. le dimanche 21 juillet 2019, près des plantations Boteka de la société à Bempumba, dans la Province Equateur, République Démocratique du Congo (RDC).
        L'assassinat fait suite à des mois d'intimidation dirigée par la compagnie contre des membres du RIAO-RDC qui aident les communautés locales à déposer une plainte contre la société pour l'occupation de leurs terres.
        M. JOEL Imbangola Lunea était chauffeur d'un pirogue motorisé utilisé pour le transport des personnes et des marchandises entre les villages autour des plantations de Boteka de Feronia et la ville de Mbandaka. Il a également été un défenseur de sa communauté en tant que membre du RIAO-RDC, et a joué un rôle particulièrement important dans la communication entre les communautés locales et le RIAO-RDC.
      Vers 15h, le dimanche 21 juillet 2019, M. Joël se préparait à transporter plusieurs passagers et leurs bagages sur son pirogue, lorsqu'il a été approché par M. Boketsu Ebuka (alias "Ebola"), un agent de sécurité (garde industriel - GI) travaillant dans les plantations PHC Boteka de Feronia. M. Ebuka a accusé M. Joël d'avoir transporté des conteneurs d'huile de palme volé des plantations de Feronia. Les passagers et d'autres témoins sur les lieux disent que lorsque M. Joël a nié l'accusation, M. Ebuka l'a battu et l'a finalement étranglé à mort. M. Ebuka a ensuite jeté le corps de M. Joël dans la rivière Moboyo. Il semblerait que M. Ebuka se cache maintenant.
      L'assassinat a lieu dans un contexte de tensions croissantes entre Feronia et les communautés locales sur les trois différents sites de plantation de l'entreprise en RDC. Le RIAO-RDC s'efforce d'apporter une solution pacifique au conflit. Elle a mené un premier processus de médiation en 2017 qui a été saboté par Feronia lorsque l'entreprise s'est retirée du processus après seulement quelques semaines. En novembre 2018, RIAO-RDC a commencé à soutenir neuf communautés affectées dans un autre processus de médiation, cette fois par le biais du Mécanisme international de plaintes (ICM) des banques de développement allemande, néerlandaise et française qui financent Feronia.

       Depuis le lancement de ce deuxième processus de médiation, RIAO-RDC a dû faire face à des efforts accrus de la part de l'entreprise pour miner son travail avec les communautés. Les dirigeants de l'entreprise ont publiquement blâmé RIAO-RDC pour le non-paiement des salaires  et ont cherché à discréditer RIAO-RDC en accusant l'organisation d'être un agent des intérêts étrangers. Les membres locaux du RIAO-RDC signalent également qu'ils font face à une intimidation accrue de la part des gardes industrielles de Feronia.

       M. Joël a accompagné le Directeur du RIAO-RDC, M. Jean-François Mombia Atuku, lors de la récente visite du panel de l'ICM dans les plantations de Boteka en mai/juin 2019. Il a signalé à M. Mombia Atuku qu'il était de plus en plus harcelé par les gardes industrielles de Feronia et qu'il était préoccupé pour sa sécurité.
    Les communautés vivant à l'intérieur et à côté des plantations de Feronia sont régulièrement harcelées par les gardes industrielles de l'entreprise qui les accusent de voler les fruits du palmier à huile de la plantation, même si ces communautés récoltent des fruits du palmier dans leurs forêts communautaires et produisent de l'huile de palme depuis des générations et bien avant l'arrivée du Feronia.
     
       RIAO-RDC a déjà informé Feronia et ses bailleurs de fonds internationaux de ce harcèlement régulier des membres de la communauté dans les plantations de Feronia et leur a demandé instamment de prendre des mesures pour y remédier. RIAO-RDC a également tenté en vain d'obtenir une enquête par les autorités locales sur un précédent incident au cours duquel un couple pygmée a été tué, après avoir été accusé par les gardes industrielles de Feronia d'avoir volé des fruits de palmiers dans les plantations de Boteka.
       Le RIAO-RDC appelle maintenant les autorités compétentes de la RDC et en particulier le Gouverneur de la Province de l'Equateur à ouvrir immédiatement une enquête sur le meurtre de M. Joël. Le RIAO-RDC demande également aux organismes internationaux de défense des droits de l'homme d'enquêter sur cet incident.
     
    RIAO-RDC tient Feronia Inc. responsable du meurtre de M. Joël. Il a été tué par un employé de Feronia, qui effectuait des tâches de routine pour l'entreprise. Au fil des ans, Feronia n'a pas pris de mesures suffisantes pour empêcher ses gardes industrielles de harceler la population locale en raison d'allégations non fondées de vol de fruits ou d'huile de palme. Feronia est également responsable du harcèlement et de l'intimidation croissants des membres du RIAO-RDC par les employés de l'entreprise, et ses cadres supérieurs sont responsables de l'incitation à des actions violentes contre le RIAO-RDC en diffusant des informations erronées sur l'organisation. 
    M. Joël laisse derrière lui sa femme et ses cinq enfants. Il était le seul soutien économique de la famille. 

    Pour plus d'info, contactez:

    Jean-François Mombia Atuku                PCA, RIAO-RDC
    +221 77 346 96 21          jfmombia.at16@gmail.com

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :