• Krishnamurti : “Pour instaurer la paix dans le monde…

     Krishnamurti : “Pour instaurer la paix dans le monde…

    https://www.lessymboles.com/krishnamurti-pour-instaurer-la-paix-dans-le-monde/

    LE TEXTE :

      ” Pour instaurer la paix dans le monde, pour mettre fin à toutes les guerres, il faut une révolution dans l’individu, en vous et moi.

      Une révolution économique sans cette révolution intérieure n’aurait pas de sens, car la faim est la conséquence d’une perturbation économique causée par nos états psychologiques, l’avidité, l’envie, la volonté de nuire, le sens possessif.

      Pour mettre un terme aux tourments de la faim et des guerres il faut une révolution psychologique et peu d’entre nous acceptent de voir ce fait en face. Nous discuterons de paix, de plans, nous créerons de nouvelles ligues, des Nations Unies indéfiniment, mais nous n’instaurerons pas la paix, parce que nous ne renoncerons pas à nos situations, à notre autorité, à notre argent, à nos possessions, à nos vies stupides.

      Compter sur les autres est totalement futile ; les autres ne peuvent pas nous apporter la paix. Aucun chef politique ne nous donnera la paix, aucun gouvernement, aucune armée, aucun pays.

      Ce qui nous apportera la paix ce sera une transformation intérieure qui nous conduira à une action extérieure.

      Cette transformation intérieure n’est pas un isolement, un recul devant l’action. Au contraire, il ne peut y avoir d’action effective que lorsque la pensée est claire, et il n’y a pas de pensée claire sans connaissance de soi.

      Sans connaissance de soi, il n’y a pas de paix.”

    Krishnamurti

    (11 mai 1895 – 17 février 1986)

    Texte paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 232  

     Don Helder Camara : « Il y a trois sortes de violence…

    https://www.lessymboles.com/don-helder-camara-il-y-a-trois-sortes-de-violence/?utm_source=wysija&utm_medium=email&utm_campaign=Lettre-MDS-199

    LE TEXTE :

       « Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’Hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.

       La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.

       La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.

       Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

     Don Helder Camara (7 février 1909 – 27 août 1999) 

    Texte paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 232


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :