• "L'accaparement des terres est une voie sans issue"

     Published: 15 Dec 2016
    Short URL: http://farmlandgrab.org/26787
    Posted in: APS | 14 décembre 2016
     
     
    "Cette ligne de développement proposée par la Banque mondiale, l'Union européenne, par tout le monde, est une voie sans issue parce qu'une accélération de la paysannerie africaine ne peut donner que la planète des bidonvilles"
    APS | 14 décembre 2016

       "L'accaparement des terres est une voie sans issue" selon Pr Samir Amin

    Dakar, 14 déc (APS) -- L'universitaire franco-égyptien, le Professeur Samir Amin considère la problématique de l'expropriation des terres comme "une voie sans issue" qui a accéléré "la désagrégation de la paysannerie africaine" et provoqué une émigration en direction des villes ou vers l'étranger.

    "La ligne générale du développement du capitalisme à travers l'histoire est fondée sur l'expropriation de la majorité de la paysannerie et donc entraînant, entre autres, une émigration des campagnes vers les villes ou vers l'étranger ou les deux en même temps", a dit Pr Amin.

    Dans un entretien publié dans l'édition de mercredi du quotidien Le Soleil, le théoricien principal de l'antimondialisme, puis de l'altermondialisme précise que c'est "dans la mesure où cette migration se fait en direction des villes".

    "Cette ligne de développement proposée par la Banque mondiale, l'Union européenne, par tout le monde, est une voie sans issue parce qu'une accélération de la paysannerie africaine ne peut donner que la planète des bidonvilles", a soutenu Pr Amin.

    Pour le professeur agrégé en sciences économiques, "aucun rythme de développement industriel moderne ne pourrait l'absorber et, c'est presque la presque totalité de la croissance de la population urbaine qui s'oriente vers le travail informel".

    En raison de cette situation, "le pourcentage absorbé par la croissance des formes de travail salarié moderne est minime", a soutenu encore l'économiste franco-égyptien, par ailleurs directeur du Forum du Tiers-monde et président du Forum mondial des alternatives.

    Pr Samir Amin a souligné la nécessité d'imaginer "une autre voie de développement, fondée sur le maintien de l'agriculture paysanne'', en faisant valoir que "ce n'est pas un hasard que cette ligne ait avancé un peu plus en Chine qu'ailleurs à travers le monde".

    Concernant le Sénégal, il estime tout au moins que "la présentation sur la loi de 1964 qui protège la paysannerie sénégalaise d'une expropriation accélérée, ouvre la possibilité à un choix de se fonder principalement sur la rénovation de l'agriculture paysanne".

    Pr Samir Amin a participé à un symposium organisé récemment à Dakar sur le thème "De la souveraineté comme objectif central dans la lutte pour la démocratie et le progrès social durables en Afrique?".

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :