• La ruse de Coca-Cola

    Obésité et diabète : la ruse de Coca-Cola

     

    Chère lectrice, cher lecteur

    De plus en plus de consommateurs dans le monde commencent à se détourner des sodas produits par Coca-Cola, aussi bien les classiques que leurs nouvelles déclinaisons à base d’édulcorants : Coca light, zéro, Coca-Cola Life (stévia), etc.

    Dans le fond, cela n’a rien d’étonnant ; les études se multiplient pour dénoncer les liens entre sodas, obésité et diabète. On sait depuis longtemps qu’une cannette de Coca « normale » n’est rien d’autre que du sucre déguisé en liquide (équivalent de 7 morceaux de sucre pour 33 cl). Mais récemment, deux mises en garde ont été publiées par des organisations officielles à propos des produits soi-disant light :

    • l’Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments a publié en 2015 un rapport indiquant que les édulcorants n’avaient « aucun effet bénéfique sur le contrôle glycémique des personnes diabétiques ».
    • Pire, d’après l’Inserm, « le risque de diabète de type 2 est plus élevé lorsqu’on consomme des boissons light plutôt que des boissons sucrées “normales” ».

    Face à cette situation, les stratèges de Coca ont eu une idée.

    « Arrêter de vendre de la m… » ??? comme l’aurait suggéré le regretté Jean-Pierre Coffe.

    Ce n’est pas la piste qui a été retenue.

    Le site Internet Foodwatch.org a révélé que la société avait choisi de redorer son image en arrosant financièrement un nombre impressionnant de chercheurs, médecins, nutritionnistes, diététiciens etc. qui tous, curieusement, prétendent désormais, la main sur le cœur, que les boissons light sont « plutôt bénéfiques » pour la santé.

    De la corruption ???? Halte là ! Ça s’appelle « financer la science ».

    Et lorsqu’il s’agit de financer la science, Coca-Cola ne lésine pas sur le chéquier :
    • Fédération française des diabétiques : 268 552 euros [1]
    • Institut européen d’expertise en physiologie (IEEP) : 719 200 euros
    • Centre national pour le développement du sport (CNDS) : 1 118 926 euros

    Petit détail amusant : le Centre national pour le développement du sport – organisme sous tutelle du ministère chargé des sports – consacre les fonds versés par Coca-Cola, à… la lutte contre l’obésité des jeunes !

    • Association française des diététiciens nutritionnistes : 117 764 euros
    • Université de Poitiers : 228 104 euros

    L’université de Poitiers a perçu un financement pour créer une unité d’enseignement libre visant à donner aux étudiants « toutes les clefs d’une bonne hygiène de vie ». Coca-Cola, partenaire d’une bonne hygiène de vie… Normal !

    • Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC) : 85 000 euros.

    Ce n’est peut-être pas par hasard qu’une étude récente du Crédoc concluait que les Français les mieux hydratés sont ceux qui varient et boivent autre chose que de l’eau. Elle insistait également sur le fait que les ados ne s’hydratent pas assez.

    • Etc.

    Mon conseil : si vous voulez faire fortune, dites du bien du Coca light… on vous contactera.

    Amicalement,

    Florent Cavaler

    [1] https://www.foodwatch.org/fr/s-informer/topics/des-ruses-legales/dernieres-actus/coca-cola-france-finance-la-science-pour-mieux-vendre-ses-sodas/


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :