Les édulcorants artificiels peuvent être liés une prise de poids à long terme et des risques accrus de diabète, d’hypertension artérielle et de maladies cardiaques, selon une étude publiée dans le Canadian Medical Association Journal (CMAJ).

  La consommation d'édulcorants artificiels, comme l'aspartame, le sucralose et la stévia, est répandue et croissante, soulignent les auteurs.

 

  Les études montrent de plus en plus qu'ils peuvent avoir des effets négatifs sur le métabolisme, les bactéries intestinales et l'appétit, malgré certains résultats contradictoires.

  Ryan Zarychanski de l'Université du Manitoba et ses collègues ont analysé 37 études ayant suivi plus de 400 000 personnes pendant 10 ans en moyenne. Sept de ces études étaient des essais randomisés impliquant 1003 personnes suivies pendant 6 mois en moyenne.

  Les essais randomisés ne montrent pas d'effet consistant des sucres artificiels pour la perte de poids et les études d'observation à long terme ont montré un lien entre leur consommation et des risques relativement élevés de gain de poids, d'obésité, d'hypertension artérielle, de diabète, de maladie cardiaque et d'autres problèmes de santé.

  « Les données provenant des essais cliniques ne supportent pas clairement les bénéfices souhaités des édulcorants artificiels pour la gestion du poids », conclut le chercheur.

  « La prudence est justifiée jusqu'à ce que les effets à long terme sur la santé des édulcorants artificiels soient entièrement caractérisés », estime Meghan Azad, coauteure.