L'utilisation chronique de certains médicaments contre les brûlures d'estomac et le reflux gastro-œsophagien (RGO) accélère le vieillissement des vaisseaux sanguins, selon une étude publiée dans la revue Circulation Research. Ce vieillissement accéléré favoriserait les maladies cardiovasculaires, la démence vasculaire et l'insuffisance rénale.

Des médicaments inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) comme l'ésoméprazole (Inexium, Nexium) sont couramment utilisés et disponibles en vente libre aux États-Unis sans supervision médicale.

 

Ces médicaments ne sont pas approuvés pour une utilisation à long terme, mais des études montrent qu'ils seraient utilisés de façon inappropriée dans 70 % des cas.

John Cooke du Houston Methodist Research Institute et ses collègues ont observé en laboratoire que l'exposition de cellules endothéliales, qui tapissent l'intérieur des vaisseaux sanguins, à des IPP accélère leur vieillissement biologique.

« Les IPP réduisent l'acidité dans les lysosomes de la cellule endothéliale. Les lysosomes sont comme des broyeurs de déchets cellulaires et ont besoin d'acide pour fonctionner correctement », explique le chercheur. « Nous avons observé l'accumulation de déchets dans les cellules endothéliales, qui accélérerait le processus de vieillissement ».

Le chercheur soupçonne que cela puisse être le mécanisme qui explique les risques accrus de crise cardiaque, d'insuffisance rénale et de démence observés chez les utilisateurs d'IPP à long terme. À court terme, ces médicaments ne semblent pas affecter le cœur et les vaisseaux sanguins, précise-t-il.

Une étude de l'Université Stanford, publiée dans la revue PLOS ONE en 2015, avait montré que les personnes qui prennent des IPP sont entre 16 % à 21 % plus susceptibles d'avoir une crise cardiaque que celles qui n'en prennent pas, mentionne-t-il.

Des médicaments de la classe des bloqueurs de H2, comme la ranitidine (Azantac, Raniplex, Zantac, Tagamet), n'affectent pas l'endothélium, indique-t-il.

En 2009, les IPP étaient la troisième classe de médicaments les plus utilisés aux États-Unis, selon l'agence du médicament américaine (FDA).

Les IPP viennent dans une variété de formes, se terminant toujours par le suffixe "-prazole", précise le chercheur. D'autres exemples incluent l'oméprazole (Mopral, Omediprol, Prilosec) et le lansoprazole (Lanzor, Ogastoro, Ogast, Prevacid).

Psychomédia avec sources : Houston Methodist, Circulation Research.
Tous droits réservés