• Minerais stratégiques ... (Apoli Bertrand KAMENI )

                                                                2013    250 p.   22 €  

       La course aux minerais indispensables à la mise en oeuvre économique et industrielle des innovations scientifiques et technologiques est révélatrice des conflits politiques et armés à travers le monde et tout spécialement en Afrique.

      La conquête des minerais technologiques est ainsi au coeur de nombreux conflits qui se déroulent sur ce continent. L’analyse démontre que derrière cette apparence se joue une compétition internationale et nationale pour le contrôle des minerais stratégiques. Ainsi, elle démontre que de l’Afrique du Sud au Sahara occidental, en passant par le Zimbabwe, la Namibie, le Congo, le Niger, les zones de tensions et de conflits se confondent bien souvent avec les ceintures minières dotées, notamment, de coltan, tantale et niobium, de terres rares, de platine, de germanium, de béryllium, indispensables aux filières de pointe.

      Aussi démontre-t-elle que le déclenchement, la poursuite et l’intensité des affrontements varient en fonction des demandes internationales en matériaux des nouvelles technologies.

        Apoli Bertrand Kameni est docteur en sciences politiques de l’université de Strasbourg. Il est chargé d’enseignement à l’Institut catholique de Paris, à l’Institut d’études politiques (Lyon et Toulouse), ainsi qu’à l’Institut supérieur d’administration et de management de l’université de Lorraine à Nancy. Lauréat de la 15e édition du Prix Le Monde de la Recherche universitaire.

        Récompensé par le prix Le Monde de la recherche universitaire, Apoli Bertrand Kameni publie un travail très fouillé sur les ressources minières africaines. Se concentrant sur l’Afrique du Sud, du Niger et de la RDC, l’auteur multiplie les références et, grâce à une bibliographie prolixe, réalise un large panorama des minerais africains. L’auteur rassemble beaucoup de données chiffrées, et il mêle l’histoire et la géographie avec dextérité. Illustré avec des cartes et des tableaux synthèses, le livre aurait sans doute pu faire un bel atlas.

       La thèse de Kameni est simple, et du coup forte : les matières premières du continent noir sont à l’origine du désordre et des conflits africains. La compétition entre les grandes puissances nourrit la corruption, le népotisme et les massacres ethniques. Les facteurs religieux ou tribaux sont secondaires dans l’apparition des conflits. L’idée est intéressante, mais le lecteur regrettera que l’ouvrage ne fasse pas preuve de plus de sens de la nuance. Elle conduit l’auteur à procéder plus souvent par association que par démonstration. Exemple : en 1990, la fin de la compétition nucléaire pour l’uranium entre l’URSS et les États-Unis correspond à la fin de l’apartheid. Es-ce pourtant la fin de la compétition uranifère qui libère l’Afrique du Sud de l’apartheid comme l’ouvrage tend à le faire penser ? Tout au long du livre, ce type de raisonnement mono-causal tend à faire croire que la convoitise des autres continents explique les malheurs de l’Afrique. D’autres continents ont pourtant des ressources équivalentes et ne connaissent pas sa situation difficile.

    Livre au thème alléchant, Minerais stratégiques regroupe des pistes intéressantes, mais sa critique anti-capitaliste et anti-impérialiste manque de nuances.

      https://www.revueconflits.com/minerais-strategiques-enjeux-africains-dapoli-bertrand-kameni/

      Les minerais, belligènes par nature   (LE MONDE | 15.11.2012)

      Sciences politiques. Lauréat du Prix "Le Monde" de la recherche universitaire, Apoli Bertrand Kameni établit historiquement et scientifiquement, dans sa thèse, la nature conflictogène de l'enjeu des minerais

     
      Le lien entre la convoitise des mines et la guerre est d'une antique constance : "ruée vers l'or" hier, "diamants du sang" et "minerais de sang" aujourd'hui. Or, peu d'études ont interrogé systématiquement la logique essentielle qui pourrait opérer derrière cette séculaire course armée aux mines.

      Ma recherche se justifie par ce paradoxe. Elle consiste d'une part à établir historiquement et scientifiquement cette nature conflictogène et belligène de l'enjeu des minerais, à l'aune de leur rôle incontournable pour la puissance économique et la sécurité des Etats. D'autre part, l'ambition a consisté, fondamentalement, à répondre aussi rigoureusement que possible à cette problématique, au moyen du croisement de l'enjeu mondial de la quête des minerais stratégiques, indispensables à la mise en œuvre industrielle et économique des innovations scientifiques et technologiques, et celui local de la conquête des régions d'extraction.

      A cet égard, j'établis que la dynamique des conflits analysés s'articule avec la marche industrielle et économique mondiale. En effet, les territoires sur lesquels éclatent ces conflits sont ceux dont les sous-sols regorgent de matériaux les plus en phase avec l'évolution industrielle et technologique mondiale. En témoigne la révolution atomique qui rejaillit en conflits pour l'uranium dans les Etats africains détenteurs de ce minerai : Afrique du Sud, Namibie et Niger.

      Parallèlement, la guerre resurgit au Zaïre-Congo avec l'émergence des technologies de l'information et de la communication. À cet égard, le déplacement du conflit du Katanga vers le Kivu est éclairant. Il reflète les demandes mondiales d'au moins deux matériaux sollicités par cette nouvelle révolution: le tantale et le niobium – qui donnent leur nom au coltan –, présents dans cette région et recherchés par les industriels et les groupes armés.

      Le premier permet la fabrication des téléphones et ordinateurs portables. Le second a révolutionné l'imagerie médicale et contribue à la recherche du boson de Higgs. Dans ce contexte, l'enjeu des terres rares est révélateur. D'un côté, celles-ci conditionnent les nouvelles filières de pointe : éolien, solaire, motorisation électrique ou hybride; de l'autre, leur monopolisation par la Chine génère des tensions internationales.

      Aussi, de cette recherche résulte-il que les éléments du tableau périodique constituent l'un des principaux éléments du tableau des guerres. Cette approche novatrice des conflits, en révélant le rôle-clé des minerais, constitue aussi un plaidoyer. Pour la paix et la sécurité mondiale, et principalement en Afrique, elle plaide en faveur d'une gouvernance mondiale des ressources naturelles au bénéfice mutuel des Etats importateurs comme exportateurs. Mes futures recherches s'efforceront de contribuer à relever ce défi nécessaire dans un monde d'interdépendance.

    Apoli Bertrand Kameni, université de Strasbourg

    "Sécurisation des approvisionnements internationaux en minerais stratégiques et insécurité en Afrique: implications politiques et conflictuelles de la recherche par les grandes puissances des matériaux miniers indispensables aux industries de haute technologie et de défense (1945-2010)".
    Thèse soutenue le 11 avril 2011. Directeur de recherche : Yves Jeanclos.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :