Depuis une dizaine d’années, la Fédération hospitalière de France (FHF) alerte sur les actes médicaux inutiles. Elle réitère son message dans le Journal du Dimanche (JDD).

« Certains chirurgiens, du privé mais aussi du public, opèrent beaucoup trop ou beaucoup trop vite ; des médecins prescrivent à tour de bras IRM et prises de sang non pertinentes. »

 

« Notre travail montre qu’il y a un problème d’actes inutiles en France », dénonce Frédéric Valletoux, président de la FHF. Dans un sondage Odoxa commandé par la FHF, 88 % des médecins interrogés disent avoir déjà prescrit certains actes ou examens qui, après coup, leur ont semblé non justifiés.

La FHF constate d'importantes disparités selon les territoires. Elle s'est intéressée plus particulièrement à cinq types de chirurgie : césarienne, pontage coronarien, chirurgie de la colonne vertébrale, chirurgie du cristallin et pose d'un « stent » artériel.

Pour ces cinq chirurgies, d'importantes disparités régionales sont constatées. « Nous ne sommes pas égaux face à la maladie, selon l'endroit où nous habitons », constate Frédéric Valletoux.

Par exemple, on compte 149 césariennes pour 100 000 habitants dans des départements comme la Haute-Corse ou la Vienne contre 309 dans l'Aisne ou les Yvelines. Quant aux hernies discales, elles sont beaucoup plus traitées par chirurgie dans le Sud-est et le Sud-ouest qu'en région parisienne.

Autre disparité : celle entre les structures publiques et les cliniques. 40 % des césariennes sont par exemple programmées en clinique. Pour le pontage coronarien, la probabilité pour un patient en clinique de se faire opérer est 50 plus élevée dans certains départements que dans d'autres.

« Appât du gain, difficulté d'accès aux spécialistes dans les déserts médicaux, pression des patients, les raisons avancées par les professionnels sont multiplies », résume l'Express.

« Ce qui est difficile quand on aborde le sujet de la pertinence, c'est qu'on touche à la rémunération, puisque l'acte est maintenant un élément de la rémunération. Plus vous faites d'actes, plus vous êtes rémunéré. Réguler les pratiques, c'est aussi toucher à la rémunération des uns et des autres. Donc il y a eu beaucoup de conservatisme et de manque de volonté », explique le docteur Valletoux.

« Aujourd'hui, un chirurgien hospitalier qui n'utilise pas assez son bloc opératoire perd des infirmiers dans son service donc il préfère pousser la machine », illustre par exemple Israël Nisand, du CHU de Strasbourg.

Des chiffres du ministère de la Santé, publiés en novembre 2016, montraient aussi que pour des pathologies similaires, les Français ont une probabilité variant grandement d'un département à l'autre de subir une chirurgie : Les variations de fréquences de 10 chirurgies à travers la France soulèvent des questions (http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2016-11-27/atlas-chirurgies-france).

La ministre de la Santé, rapporte le JDD, « a promis de lancer enfin la bataille pour une meilleure “qualité” des soins ».

Une étude de chercheurs de l'université Harvard, publiée en 2017 dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), montrait aussi que le mode de rémunération des médecins semble influencer le choix entre une chirurgie ou d'autres traitements : Chirurgie ou médicaments ? Le choix peut dépendre de ce qui est plus payant pour le médecin (http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2017-03-09/impact-du-mode-de-remuneration-des-medecins).

3 questions à poser à son médecin pour obtenir de meilleures informations (http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2014-02-25/3-questions-pour-decision-medicale-partagee)

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : Journal du Dimanche, L'Express, France Info.
Tous droits réservés.