Dans l'Ouest canadien, le glyphosate (Roundup), un « désherbant total », est pulvérisé sur le blé quelques jours avant la récolte, rapporte Radio-Canada.

Les Italiens, qui recherchaient autrefois le blé canadien pour la fabrication de leurs pâtes, l'ont désormais largement délaissé.

 

Le glyphosate est utilisé à l'approche de la récolte afin d'éviter que des mauvaises herbes coincent dans la machinerie.

Mais, rapporte Radio-Canada, le traitement au glyphosate avant la récolte procure aussi un autre bénéfice : « Le blé n’est pas une plante génétiquement modifiée pour survivre à l'herbicide. Quand on le pulvérise, il lui arrive la même chose qu’aux mauvaises herbes : il meurt. Plus besoin de le faucher et d’attendre qu’il sèche comme autrefois. La céréale est prête pour la récolte à une date précise. »

Le glycosate est ainsi pulvérisé dans des champs où il n’y a même pas de mauvaises herbes bien que cette utilisation « pour faire mûrir les champs de blé » n’a jamais été approuvée par Santé Canada.

Le ministère de l’Agriculture de la Saskatchewan, la plus importante province productrice de blé au Canada, estime que, selon les années, jusqu’à 70 % du blé est traité en prérécolte.

Dans une étude de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, publiée en 2017, portant sur des échantillons de nourriture de 2015 et 2016, 47,4 % des légumineuses et 36,6 % des produits céréaliers contenaient du glyphosate, tout comme environ le tiers des aliments et des céréales pour bébé.

Mais, dans les céréales, n'étaient inclus « ni le blé, ni l’avoine, ni le maïs, qui sont pourtant de loin les céréales les plus cultivées et parmi les plus consommées au Canada. On a plutôt retenu le millet, l’amarante, le kamut et le sarrasin, des produits très peu pulvérisés en prérécolte ». Pourtant, même ces céréales contenaient du glycosate.

Une seconde étude, portant sur les traces de glyphosate dans le blé, l’avoine et le maïs, devait paraître en 2018, mais ses résultats n’ont jamais été rendus publics. Obtenus par l’équipe de La semaine verte, ils montrent « que sans dépasser les normes, 80 % des échantillons de blé contenaient du glyphosate tout comme 74 % des échantillons d’avoine. »

Face à l'inquiétude des consommateurs italiens, les exportations canadiennes de blé dur vers l’Italie sont passées d’environ un million de tonnes par an à 291 000 tonnes en 2018.

« Le blé n'est pas la seule culture à être pulvérisée quelques jours avant la moisson », précise Radio-Canada. « L'avoine, l'orge, les lentilles, les pois, le lin, notamment, le sont également. »

Plus d'informations dans le reportage de Radio-Canada : Les Italiens boudent le blé canadien au glyphosate.

  • Manger bio réduirait bien le risque de cancer selon une étude française (2019)

  • Règlement sur les pesticides dangereux au Québec : gros conflits d'intérêts chez les agronomes

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia  Tous droits réservés