•  Photo : Charlie Waterhouse, CC-by-nc-20Chers colibris,

       Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du parcours “Créer sa Monnaie Locale Complémentaire” ! Marginales il y a encore quelques années, les monnaies alternatives ont le vent en poupe. Relocalisation de l'économie, transition écologique... leurs vertus commencent à intéresser pouvoirs publics, commerçants, et citoyens ! Pendant près d'un an, nous sommes partis à la rencontres de femmes et d'hommes qui expérimentent au quotidien dans ce domaine. Avec eux, vous pourrez :
    • Comprendre les solutions qu'apportent les monnaies locales auxproblématiques économiques et environnementales des territoires,
    • Construire votre projet de monnaie,
    • Vous lancer et piloter votre projjet
    Nous vous attendons nombreux, pour transformer nos territoires !
    Aurore, Cyril, Yann, Mathieu et Florian pour l'équipe de l'Université des colibris
      Pour s'inscrire: https://colibris-universite.org/formation/creer-sa-monnaie-locale-complementaire

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  Chère ami, chère amie, 

    Si l’environnement est souvent au coeur des discussions politiques, notamment parce que des catastrophes régulières, liées à sa dégradation, nous rappellent à l’ordre, peu de responsables politiques s’intéressent à la question, plus spécifique, des sols? 
    Pourtant, la qualité du sol est un enjeu central pour la biodiversité, pour l’alimentation et pour notre survie. Cette question est peut être plus importante que celle du nucléaire, du réchauffement climatique ou des hydrocarbures… 
    Vous plaisantez me direz-vous. 
    Pas du tout ! 
    La question des sols est à la base de tout. Si nous comprenions mieux leur importance, si nous nous attachions à mieux les traiter, nous corrigerions probablement la question du climat, de la biodiversité, de l’eau et des hydrocarbures.... 
    J’irai même plus loin, mieux comprendre les sols, nous inciterait à prendre mieux soin de notre santé ! 
    (C’est du reste la raison pour laquelle nous avons décidé d’intituler notre 3e journée du Microbiote : 

    Microbiote et terre nourricière : liens sacrés et sacrés liens !

    Cette journée aura lieu à Louvain-la-Neuve en Belgique le 25 novembre 2017. Elle sera l’occasion, pour les participants, de peaufiner les connaissances sur leur microbiote et de comprendre les liens directs qui existent entre la terre, notre alimentation et notre santé. En effet, on peut “jardiner” son microbiote comme l’on “jardine” la terre. 

    Le tout est de comprendre que l’on est face à des écosystèmes vivants aux équilibres fragiles. Bactéries, levures, champignons, virus, parasites, microorganismes s’y rencontrent, s’y croisent et s’y disputent au quotidien. La santé des sols, comme celle du microbiote dépend essentiellement de l’équilibre que l’on maintient ou non dans ces systèmes. 

    Nous bénéficierons lors de cet événement d’un regard croisé entre des professionnels du microbiote et des amoureux de la terre… Tous ont des solutions utiles, efficaces et écologiques pour la terre, et pour les hommes…)

    Nous marchons sur un “tapis roulant” !

    Jean-Marie Pelt, dans son livre Les dons précieux de la nature[1] décrit, au chapitre 7, les services rendus par les sols. Ils sont inestimables. L’auteur précise pour commencer que : 

    “A la différence de l’eau et de l’air, le sol est un milieu complexe à l’interface entre la roche mère et l'atmosphère, subtil agrégat de matière minérale, et organique, de détritus de roche, d’humus, de bactéries et de nombreuses espèces vivantes. Plus ou moins imbibés d’eau, le sol occupe en moyenne une profondeur de 30 centimètres.” 

    Cette définition est essentielle. Elle nous rappelle que les sols sont fragiles : par leurs structure d’abord et par leur profondeur ensuite : 30 centimètres, c’est très peu. Même s’il s’agit d’une moyenne, on a vite fait, en quelques générations de mauvaises pratiques agricoles par exemple, de transformer un sol riche en désert. 

    C’est exactement ce qui est en train de se passer dans les terres fertiles de la Beauce où 30% de la matière organique des sols a disparu. C’est aussi ce qui s’est passé, au temps des romains en Sicile. A l’époque, la Sicile est le grenier de Rome. C’est là que pousse le blé. Mais l’île a été défrichée. Ce faisant, elle s’est asséchée car les arbres attirent, pompent, gardent et relâchent l’eau. Sans eux, ce circuit s’épuise et les terres se désertifient. 

    Le sol n’est donc pas très épais. En plus, il est soumis à de lourdes pressions. Géologiques d’abord, puisque d’après Jean-Marie Pelt : 

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Pesticides : classement des fruits et légumes les plus contaminés en France (raisins et céleri en tête)

    Psychomédia
    Publié le 20 février 2018

    Générations futures a publié, le 20 février, un rapport sur la présence des résidus de pesticides mesurés dans des fruits et légumes non bio consommés en France.

    L'ONG a réalisé un classement en fonction de la fréquence de la présence de résidus de pesticides mesurés et un classement en fonction de la fréquence des dépassements des limites maximales en résidus en utilisant les données officielles de la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) pour 2012 à 2016.

     Ce sont 19 fruits et 33 légumes qui ont pu être étudiés sur la base de ces données. Près de 3 fruits sur 4 (72,6 %) présentent des résidus de pesticides quantifiés et 4 légumes sur 10 (41,1 %).

    Les fruits  Fruits ayant le plus de résidus de pesticides

    1. raisin (89 % des échantillons)
    2. clémentines et mandarines (88,4 %)
    3. cerises (87,7 %)

    Fruits meilleurs élèves

    1. avocat (23 %)
    2. kiwi (27 %)
    3. prunes/mirabelles (34,8 %)

    Fruits dépassant le plus les limites autorisées

    1. cerises (6,6 %)
    2. mangues (4,8 %)
    3. papayes (4,8 %)

    Les légumes  Légumes ayant le plus de résidus

    1. céleri branche (84,6 %)
    2. herbes fraîches (74,5 %)
    3. endives (72,7 %)

    Légumes meilleurs élèves

    1. maïs (1,9 %)
    2. asperges (3,2 %)
    3. betteraves (4,4 %)

    Légumes dépassant le plus les limites autorisées

    1. herbes fraîches hors persil, ciboulette et basilic (29,4 %)
    2. céleri branche (16 %)

    Classement complet pour la fréquence des pesticides sur Le Monde : Le raisin et le céleri en tête des fruits et légumes les plus contaminés par les pesticides.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

                                                                  2017   410 p.   29 €   

    Un guide complet pour soigner toute la famille

    Parce que l’aromathérapie est une science jeune, mais particulièrement puissante, se soigner avec les huiles essentielles ne s’improvise pas !

    Un ouvrage qui se veut résolument pratique, complet, sérieux et efficace.

      Savez-vous que les huiles essentielles (HE) de laurier noble ou de citron sont des remèdes souverains contre les troubles digestifs ?

      Que face à certaines bactéries antibiorésistantes, l'HE de cannelle de Ceylan écorce réussit là où les antibiotiques échouent ?

      Que les HE de géranium rosat et de lavande vraie sont des cicatrisants hors pair ?

      Véritable bible, cet ouvrage complet, sérieux et efficace, regroupe les connaissances et pratiques les plus récentes en matière d'aromathérapie. Il intéressera aussi bien les personnes soucieuses de prendre leur santé en main en toute sécurité, que les professionnels de santé et les passionnés d'aromathérapie, avec : 100 huiles essentielles dont 40 incontournables, faciles d'utilisation et abordables.

      Chaque huile est décrite en détail (composition, propriétés, niveau de toxicité, contre-indications, dosages, modes d'administration), ce qui permet une grande autonomie dans l'élaboration de soins "maison", tout en évitant les risques de mésusages.

      200 pathologies regroupées par "sphères" : troubles ORL, digestifs, douleurs et articulations, stress, troubles féminins, grossesse, enfants... 500 formules d'aromathérapie conformes à la législation française, décrites précisément pour intervenir dans l'urgence ou constituer des remèdes de fond. Près de 80 conseils et soins prodigués dans les grands hôpitaux européens, pour un usage encore plus sécurisé des huiles essentielles à la maison.

      Plus de 100 conseils et recettes beauté et bien-être, cuisine, maison et même soins pour les animaux de compagnie. Des trousses de secours pour toutes les circonstances : trousse de l'hiver, du bébé, du sportif, antistress ou encore pour les petits problèmes cutanés...

      Françoise Couic Marinier est docteure en pharmacie et enseignante en université. Elle a cofondé le seul Diplôme universitaire d'aromathérapie clinique en France (Strasbourg) et forme chaque année plusieurs centaines de professionnels de santé et hospitaliers, contribuant notamment au développement de l'aromathérapie à l'hôpital. Internationalement reconnue, elle reste au plus près des besoins des patients grâce son activité de pharmacienne d'officine et sur son blog www.au-bonheur-dessences.com
      Docteur en pharmacie, pharmacien d'officine et formateur en aromathérapie, Anthony Touboul propose des alternatives thérapeutiques naturelles pour optimiser le traitement des patients.

    votre commentaire
  •   Pour signer aller sur:

     https://petition.santenatureinnovation.com/dicamba-herbicide-apocalypse/?co_source1

    Pétition contre le Dicamba !

    Adressée à monsieur le ministre de l’Écologie, Nicolas Hulot

    Monsieur le ministre de l’Écologie,

    Depuis deux ans, l’entreprise Monsanto commercialise aux États-Unis une nouvelle formule de l’herbicide Dicamba.

    Cette substance est pourtant soupçonnée d’être tératogène, d’altérer le processus de reproduction, de provoquer une perte d’appétit, des vomissements, des douleurs musculaires, des AVC, des problèmes respiratoires, des troubles visuels…

    De plus, cet herbicide a la particularité de se « re-vaporiser » après épandage. Il se répand autour des plantations et dans les forêts environnantes.

    Les seules plantes pouvant lui résister sont des plantes transgéniques commercialisées par l’entreprise Monsanto.

    Il faut prendre des précautions contre l’entreprise Monsanto qui, depuis plus de 50 ans, commercialise des produits toxiques… et collectionne les scandales sanitaires.

    Cette multinationale a une force d’action qui lui permet de convaincre les responsables politiques.

    Grâce à ses lobbys, elle a récemment fait plier la Commission européenne sur le Roundup. Cette dernière a, en effet, accordé 18 mois de sursis au Roundup alors que le caractère cancérigène de cet herbicide a été dénoncé par l’OMS.

    NOUS REFUSONS que le Dicamba soit testé sur le sol français.

    NOUS REFUSONS d’être les cobayes de Monsanto.

    NOUS EXIGEONS qu’une étude menée par des experts indépendants soit menée systématiquement pour chacun des produits Monsanto commercialisés en France.

    C’est pourquoi nous vous demandons, monsieur le Ministre, d’agir pour faire barrage à l’utilisation des herbicides de Monsanto sur le sol français.

    Ne laissons pas l’avenir de la planète entre les mains des entreprises d’OGM et d’herbicides.

    Je vous remercie, monsieur le Ministre, de l’attention que vous voudrez bien porter à notre requête, et vous prie d’agréer l’expression de ma plus haute considération.

     

    Madame, Monsieur, 

    Pour remplacer le Roundup, l’entreprise Monsanto pousse un herbicide qui est 75 à 400 fois plus dangereuxpour les plantes environnantes !! 

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • "NOUS NE SOMMES PAS DES DOMMAGES COLLATÉRAUX", DISENT LES CITOYENS AUX LOBBIES DES ARMES, DU PÉTROLE, DES OGM...

    19 février 2018

    "NOUS NE SOMMES PAS DES DOMMAGES COLLATÉRAUX"

      Sur ABC, des étudiants, dont Cameron Kasky, mènent une fronde contre la NRA, le lobby des armes.

    @ABC

     La dernière tuerie de masse aux États-Unis a mobilisé les étudiants contre le lobby de la NRA en faveur des armes à feu auprès des hommes politiques. Ce type de combat se multiplie. Que ce soit sur le changement climatique, les OGM, la pollution… Il illustre aussi le combat d’une nouvelle génération qui veut trancher avec les choix de ses aînés.

        Aux États-Unis, les lycéens prennent la parole contre la NRA, le lobby des armes à feu. Ils dénoncent ouvertement son financement de la vie politique américaine. "Ce n'est pas contre les Républicains ou contre les Démocrates", a assuré sur la chaîne ABC Cameron Kasky, un élève de Première du lycée ciblé par la dernière tuerie en Floride. "Chaque homme politique des deux bords qui reçoit de l'argent de la NRA est responsable de ce type d'évènement", a-t-il affirmé. Il ajoute : "Nous ne sommes pas des dommages collatéraux".

      Il dénonce ainsi un système dans lequel les politiques semblent les marionnettes des lobbies qui ont financé leur élection. Ces lycéens rescapés d'une xième tuerie de masse sont le visage d'un mouvement de contestation qui prend de l'ampleur contre des lobbies surpuissants. Ces derniers sont très proches de tous les lieux de pouvoir, capables d’investir tous azimuts pour soutenir leur développement économique sans prendre en considération "ses externalités négatives" comme on dit en RSE (Responsabilité sociétale des entreprises).

    Ce mouvement anti-NRA n’est qu’un parmi tant d’autres qui émergent outre-Atlantique et ailleurs dans le monde. On peut mentionner les charges contre des compagnies pétrolières comme Exxon sur le changement climatique, contre Monsanto au sujet des OGM et des pesticides, sans oublier celles à l’encontre des constructeurs automobiles sur le "dieselgate"…

    Les Millenials contre leurs parents

    La nouveauté est la capacité d'organisation de la résistance. Aux États-Unis, les lycéens anti-NRA tiennent l’antenne depuis quelques jours (https://www.ouest-france.fr/faits-divers/fusillade/fusillade-de-floride-une-marche-pour-nos-vies-pour-denoncer-le-culte-des-armes-5575712) et leurs propos sont relayés dans le monde entier. Le mouvement Go Fossil Free pour obliger les universités à désinvestir les énergies fossiles mobilise tout autant les étudiants. Quant à Monsanto, .(hson procès fictif a été largement médiatisé (http://www.novethic.fr/actualite/gouvernance-dentreprise/entreprises-controversees/isr-rse/tribunal-monsanto-a-quoi-le-proces-de-la-multinationale-peut-il-servir-144293.html)

    Le point commun de ces mouvements : être animé par des "digital native" qui savent utiliser les médias et les réseaux sociaux pour prendre à partie l'opinion publique. Ils montrent que les nouvelles batailles idéologiques et économiques sont aussi des conflits de génération. À ma gauche, les "millenials" et leurs suivants qui enragent de devoir payer les dommages collatéraux des activités nocives de leurs aînés. À ma droite, leurs parents et grands-parents toujours en poste emmenés par leur représentant le plus visible, Donald Trump, Président des États-Unis à 72 ans.

    L’avenir de la planète dépend en partie de l’issue de leur affrontement. En refusant d’être des dommages collatéraux, ces jeunes gens font toucher du doigt un des principes du développement durable : refuser que les profits court terme entraînent des dégâts de long terme que les générations suivantes paieront au prix fort. Elles ne veulent apparemment plus se laisser faire. C’est ce que montre le mouvement de protestation né en Floride et qui se propage partout à la vitesse des réseaux sociaux.

      Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic

      2018 Novethic - Tous droits réservés


    votre commentaire
  • Pourquoi la France s’est retirée de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire
    Published: 13 Feb 2018
    Posted in:  Burkina Faso | Cirad | France | G8/G7     
    « La situation des exploitants familiaux est aujourd’hui très tendue par rapport aux conditions offertes aux agriculteurs entrepreneuriaux, engendrant un fort sentiment d’injustice », écrivent les experts du Cirad.
     
     
         LE MONDE Le 12.02.2018

        Décryptage

       

    L’initiative lancée en 2012 pour soutenir l’agriculture africaine est accusée de favoriser les multinationales et l’accaparement des terres.

    Par Laurence Caramel

    La France a annoncé son retrait de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition (Nasan) à l’occasion du Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (Cicid), organisé jeudi 8 février à Matignon. Cette initiative, lancée lors du sommet du G8 de Camp David (Etats-Unis) en 2012, affiche pour ambition de faire reculer la faim en Afrique et de « sortir 50 millions de personnes de la pauvreté d’ici 2022 » en drainant des investissements privés dans le secteur agricole grâce à des dispositifs réglementaires attractifs et le soutien des bailleurs étrangers. D’importantes multinationales comme Cargill, Monsanto, Louis Dreyfus, Mars… sont associées à cette coalition dont le secrétariat est officiellement assuré par le Forum économique mondial et l’Union africaine.

    Mais plus de cinq ans après son lancement, les résultats ne sont pas au rendez-vous. Du moins pour le gouvernement français, qui était coordonnateur de ce « nouveau modèle agricole » au Burkina Faso, l’un des dix pays du continent membre de la Nasan. Le communiqué ministériel ne s’étend pas sur les raisons de ce retrait, mais annonce que « la France renforcera son appui à l’agriculture familiale à travers une intensification agro-écologique ». Exit donc officiellement la promotion de grands projets agro-industriels comme solution au déficit alimentaire. « L’approche de cette initiative est trop idéologique et il existe un véritable risque d’accaparement de terres au détriment des petits paysans », justifie un fonctionnaire du ministère des affaires étrangères proche du dossier.

    Sentiment d’injustice

    Marie-Cécile Thirion, responsable de la division développement rural à l’Agence française de développement (AFD, partenaire du Monde Afrique), admet également que « la Nouvelle Alliance est une occasion ratée qui a été trop rapidement montée. Elle n’a pas spécialement promu de nouveaux investissements vertueux et elle n’a pas su empêcher les mauvais ».

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •                                                   2016   192 p.  6,50 € (en Poche)

      Chaque jour, nous sommes exposés à un cocktail chimique de poisons divers. De la salle de bains au bureau, de notre assiette à l’air que nous respirons, dedans comme dehors, ces substances nuisent à notre santé, parfois de façon très sérieuse.

     Faut-il s’en inquiéter ? Oui, car ces molécules ont envahi notre quotidien. Est-ce une fatalité ? Non, car nous pouvons agir pour nous protéger.
     Le Dr Patrice Halimi nous aide à y voir clair. Son credo ? Une approche très pragmatique. 

     Chirurgien pédiatre à Aix-en-Provence, Patrice Halimi est le cofondateur et secrétaire général de l’ASEF (Association Santé Environnement France), créée en 2007, qui compte aujourd’hui près de 2 500 médecins adhérents. 

    Revue de presse

    LA GRANDE DETOX

    "Sa conception de la détox détonne car elle est globale et surtout, terre-à-terre. Donc, pratique"
    Claire Byache, Sport & Style L'Équipe

    "Le livre, très accessible, est une mine d'informations concrètes sur toutes les substances ou les expositions extérieures qui, au quotidien, peuvent avoir un effet sur la santé."
    Pierre Bienvault, La Croix

    "Un ouvrage à mettre absolument entre toutes les mains"
    Pardini-Battesti, La Provence

    "On aime ses alternatives qui visent à nous préserver de l'accumulation des toxiques mais sans nous renvoyer pour autant au Moyen Age."
    Corine Binois, Neuf Mois 

    votre commentaire
  • « A l’origine, l’intention de Pringles était de faire des balles de tennis. Mais le jour de la livraison du caoutchouc, c’est un camion chargé de pommes de terre qui arriva. Les dirigeants de Pringles, qui avaient l’esprit pratique et ne voulaient pas perdre de temps, dirent : « On s’en f***. Coupez-les et mettez les dans les boîtes. »


    Cette blague que j’ai lue sur Internet souffre d’une grave incohérence : 
    Les chips Pringles ne sont pas de la pomme de terre ! 
    En fait, ce ne sont même pas des chips, comme l’ont expliqué les dirigeants de Pringles eux-mêmes devant la Cour Suprême d’Angleterre. (1) 
    La firme qui produit les Pringles, Procter & Gamble, refusa pendant des années de payer la TVA spéciale s’appliquant en Angleterre sur les chips et snacks à base de pomme de terre. Attaquée en justice, elle expliqua que, vu la faible teneur en pomme de terre des Pringles, et vu le processus de fabrication industriel, tous les additifs, arômes et colorants, ils ne pouvaient pas être considérés comme des chips, ni comme des snacks à base de pomme de terre. 
    Leur argumentation fut si convaincante que la Cour d’Appel leur donna raison, dans un premier temps. Mais les juges de la Cour Suprême, eux, furent d’avis que les Pringles devaient être taxés comme des chips car, à défaut d’être faits à partir de pommes de terre tranchées, ils avaient une apparence rappelant celle des chips, et étaient considérés comme des chips par le public. Procter & Gamble dût alors s’acquitter de 120 millions d’euros de taxe. 

    Un monde de fous

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Poursuites : pour les ONG, une menace tout sauf fantôme
    Published: 12 Feb 2018
    Posted in:  France     
     
    Libération | 11 février 2018

    Poursuites : pour les ONG, une menace tout sauf fantôme

    Par Renaud Lecadre

    Pour faire plier les organisations militantes, les grandes entreprises multiplient les «procédures bâillons», ces plaintes qui visent leurs portefeuilles.

    C’est dans l’air du temps. Les ONG s’en prennent aux multinationales, les cadors du CAC 40 s’en prennent aux militants altermondialistes. Plaintes, contre-plaintes, chacun est dans son rôle. Nonobstant cette règle du jeu, émerge le concept de «procédure bâillon», en vue de faire taire l’adversaire sous les dommages et intérêts, les uns ayant sur ce point l’avantage financier sur les autres. Apple contre Attac, 150 000 euros réclamés par la multinationale, de quoi couper les vivres des impétrants, si ce n’est leur ardeur militante. Veolia contre la Fondation Danielle-Mitterrand, le marchand d’eau réclamant à chaque fois 5 000 euros dans de multiples procédures en diffamation - montant dépassant le petit budget annuel de cette association qui dénonce les coupures d’eau des usagers les plus modestes. Vinci contre Sherpa, le cador du BTP avait déposé une contre-plainte en diffamation contre cette association de juristes qui a eu l’outrecuidance de dénoncer les conditions de travail à l’occasion des chantiers du Mondial de foot 2022 au Qatar. Equilibre de la terreur sur ce point, Vinci renonce à poursuivre Sherpa le temps que la justice française ne tranche leur différend sur le «travail forcé» dont l’accuse l’ONG. Justice qui vient de botter en touche sur ce point…

    On ne résiste pas à cette dernière pour la route, BNP-Paribas contre «faucheurs de chaises», encore un happening engagé à la bonne franquette, les militants embarquant des repose-fesses dans les locaux d’une agence pour les restituer par la suite au Trésor public ou devant un tribunal, histoire de souligner symboliquement la contribution des banques au nomadisme fiscal. Seule la BNP a cru utile de porter plainte pour «vol en réunion» : en janvier 2017, le tribunal correctionnel de Dax relaxait Jon Palais, militant altermondialiste, au motif d’un simple «emport» de chaises «pacifique et bon enfant»…

    Incongruité.
    Mais la roue tourne, parfois. Depuis, le président des Amis de la Terre, Florent Compain, a été condamné à Bar-le-Duc (Meuse) pour le même motif - peu importe ou pas sa peine symbolique, 500 euros d’amende. Autre procès en cours dans la même veine, celui d’une faucheuse septuagénaire, Nicole Briend, cette fois à Carpentras (Vaucluse). Elle ne se laisse pas démonter : «Nous avons dit à BNP-Paribas que nous lui rendrions ses chaises quand elle fermerait ses filiales dans les paradis fiscaux.» Ce qui fut partiellement fait, dans un sens comme dans l’autre. Avec cette incongruité procédurale : la BNP est la seule banque française «victime» des faucheurs de chaises à oser porter plainte, avant de se rétracter peu avant l’audience pénale. Par peur du ridicule ?

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  Grande pétition pour l’agriculture biologique à la Réunion ! 

    Le projet Oasis réunion, dont Bernard Astruc est le coordinateur, a pour objectif de faire de l’île de la Réunion, le premier département français 100% Bio. Une grande pétition a été lancée pour soutenir cette initiative. Vous pouvez la signer ICI. (https://oasis-reunion.bio/)

    Cette une démarche qui a été lancée peu de temps après que les États Généraux de l'Alimentation ont mis sur la sellette le choix d'une nouvelle forme d'Agriculture agro-bio-écologique.

      Chère amie, cher ami, 


    Il y a quelques jours, je suis tombé sur un article de presse relatant l’accaparement de terres agricoles françaises (il n’y a pas d’autres mots) par un géant de l’agroalimentaire chinois. (1) 

    Cette information date en réalité de l’été 2017 (2).  

    900 hectares de terre ont été achetés dans l’Allier par le Reward Group International.  C’est la deuxième opération de cette nature conduite par Reward, cette entreprise chinoise œuvrant pour le compte de l’Etat Chinois. 

    De 2014 à 2016, ce groupe avait déjà acheté 1700 hectares de terre dans le département de l’Indre. 

    Dans les deux affaires, les conditions d’attributions de ces terres posent questions : élus locaux prévenus après coup, institutions locales de contrôle (SAFER) dépassées, contournement du droit agricole etc… 

    Le ton nationaliste et conquérant du site Internet du groupe agroalimentaire chinois ne fait aucun doute sur les intentions des acquéreurs. Le principe du groupe Reward : « Développer l'industrie au service de la patrie ». 

    Et cela passe par l’acquisition de terres en France :  

    Reward introduit en Chine la farine haute de gamme provenant des principales régions productrices céréalières européennes. Ce projet qui relie le champ français à la table chinoise a pour objectif de promouvoir la sûreté céréalière et la sécurité alimentaire en Chine. Aujourd’hui, Reward a déjà établi aux Etats-Unis des bases de production et de R&D de premier plan au niveau international et a acquis en France 8 grandes fermes en propriété permanente.” (3)


    Il y a des bouches à nourrir en Chine
    , il faut assurer les approvisionnements et pour cela il faut acquérir des terres. La Chine procède ainsi en Afrique, en Mongolie intérieure etc. 

    Cela dit, l’opération s’est faite, à priori, dans la légalité. 

    Quel modèle agricole pour les investisseurs ?

    Acheter des terres agricoles n’est pas si facile en temps normal. C’est une activité très encadrée. Les SAFER (Sociétés d'Aménagement Foncier et d'Etablissement Rural), créées en 1960 pour réguler les cessions agricoles et forestières et en accompagner le développement, peuvent exercer un droit de préemption sur les ventes des terres. Elles privilégient, en temps normal, les sessions entre familles d’agriculteurs. 

    En l’occurrence, le groupe alimentaire a acheté 98% des parts de la société détenant les terres, le propriétaire originel ayant gardé 2%. Ce n’est donc pas à proprement parler d’une “vente de terre agricole”. La SAFER et les élus locaux n’ont pas pu agir juridiquement (2). Il y a, à l’heure actuelle, une faille dans la loi. 

    Cette astuce a été menée avec l’aide d’un courtier spécialisé, Marc Fressange qui connaît par cœur les ficelles du droit agricole. 

    Vous me direz quel est le lien avec la santé ? Et pourquoi l’achat de terres pose-t-il problème ? 

    Ces deux questions sont liées. Qu’une puissance étrangère achète un vignoble ou une ferme ne pose sans doute pas de difficulté majeure, qu’elle achète des pans entiers d’un département, c’est tout de même une autre histoire ! 

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Psychomédia
    Publié le 3 mai 2015

      200 scientifiques de 38 pays ont publié, dans la revue Environmental Health Perspectives, une déclaration (1) qui alerte sur les dangers potentiels des PFAS qui sont des composés perfluorés (PFC).

      Ces composés sont présents dans les boîtes de pizza à emporter, les sacs de popcorn, les papiers cirés utilisés dans l'alimentation, les textiles tels que les revêtements de canapés, les tapis et les vêtements imperméables, les revêtements anti-adhésifs des poêles et une multitude d'autres produits. Ils ont souvent pour fonction d'imperméabiliser.

     

      Beaucoup plus d'études seraient nécessaires pour s'assurer que ces substances sont sûres. Les signataires appellent à restreindre leur utilisation.

    Les PFAS (polyfluoroalkyles et perfluoroalkyles) remplacent les PFOA. Il y a dix ans, explique l'organisme Environmental Working Group (EWG) parallèlement à la publication de la déclaration, le fabricant des PFOA, DuPont, a été contraint d'éliminer ce produit chimique clé pour la fabrication du téflon, après la révélation que, pendant près de 45 ans, il a caché des dangers pour la santé, dont le cancer et des malformations congénitales.

    Selon EWG, "DuPont continue de cacher la vérité sur les préoccupations de santé des produits chimiques de remplacement" que sont les PFAS.

    Des études animales, indiquent les scientifiques signataires de la déclaration, ont montré que certains PFAS étaient toxiques pour le foie, causaient une perturbation du métabolisme des lipides, du système immunitaire et du système endocrinien ainsi que des effets neurocomportementaux indésirables, une toxicité et une mortalité néonatales et des tumeurs dans différents organes.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •   La biodiversité (H. REEVES, N. BOUTINOT, D. CASANAVE)

                                                                      2017   64 p.    13,45 €

      Sans les étoiles, nous ne serions pas là. En mourant, elles libèrent les atomes qui sont nécessaires à la construction de tout être vivant. Le résultat, ce sont des plantes, des animaux... toute une biodiversité très précieuse à notre survie à tous. Nous sommes tous différents, comme les animaux et les insectes qui peuplent la terre et les océans, et nous avons tous besoin les uns des autres pour vivre dans un milieu naturel commun.

     
       Hubert Reeves est sans conteste l'astrophysicien de langue française le plus célèbre au monde. Originaire de Montréal, il fut, dès 1953, conseiller scientifique à la NASA, puis à l'Institute for Space Studies de New York de 1960 à 1964. Depuis 1965, Hubert Reeves est également le directeur de Recherches au Centre National de la Recherche Scientifique de Paris. Il est président de l'association Humanité et Biodiversité, Commandeur de la Légion d'Honneur, Compagnon de l'Ordre du Canada et Officier de l'Ordre National du Québec.

    votre commentaire
  •  

                                                                    2018  15,99 €

       Cet essai biographique peu commun, associe, de manière pertinente, le destin tragique de la fille de l'auteure, atteinte du cancer, avec la pollution généralisée de notre environnement.

     Cette oeuvre évoque tous les sujets sensibles et importants de la société. Elle dénonce un système soumis à un pouvoir impitoyable, celui de l'argent. Elle y dénonce également une science sans conscience, une science criminelle qui empoisonne tous les domaines de la vie. Le but de cette oeuvre est de pouvoir toucher et éveiller quelques consciences, afin d'essayer, si c'est encore possible de sauver l'humanité qui s'autodétruit, sans s'en rendre compte. 

      C'est un véritable cri de désespoir et de colère que pousse l'auteure face à une société qui a perdu toute raison et responsabilité, ne jurant que la rentabilité financière, peu importe ce qu'il en coûte pour le vivant et l'humanité. Elle décrit les terribles souffrances des animaux infligées par des humains pervers, méchants et ignorants.

      Contrairement aux idées reçues, l'être humain dégénère aussi bien physiquement que mentalement, exposé aux polluants, perturbateurs endocriniens, s'alimentant de plus en plus mal, se sédentarisant, coupant tout lien avec la nature.
      Bien sûr, la médecine "moderne" est là pour retarder l'échéance mais à quel prix ? Ainsi, la chimiothérapie, de plus en plus controversée est pointée du doigt par l'auteure. C'est pourquoi elle y dénonce une science sans conscience, une science criminelle qui empoisonne tous les domaines de la vie.

      Cet ouvrage émouvant retrace ainsi le combat de sa fille dont elle retranscrit la parole face à une maladie qui touche de plus en plus de femmes, et particulièrement en France, à cause d'un mode de vie occidental de plus en plus délétère.

      L’auteure propose des solutions pour changer le cours des choses, éviter l’autodestruction de l’humanité et nous faire entrer dans une nouvelle ère. 

    Une ère de paix, de lumière et d’amour !

      Si cet essai est assez désespérant, il n'a qu'un objectif : toucher et éveiller les consciences, pour que l'impasse dans laquelle l'humanité s'engouffre, laisse place à un monde meilleur et bien plus sensé.

      Eléonore Visart de Bocarmé est née à Bruxelles en 1942. Catholique pratiquante, elle vit comme la majorité de ses concitoyens. A la suite d'une dépression, elle remettra tout en question : la société et notamment la religion et la médecine. Elle comprend que l'humanité doit changer complètement d'attitude envers la vie, humaine et animale et abandonner ses traditions, ses cultures, ses croyances qui l'ont amenée au bord du gouffre, sinon elle risque bien de disparaître. Elle va tenter d'éveiller les consciences par des lettres, des conférences, des livres :

      -Ces chrétiens, ambassadeurs du Christ (1989),

      -Cette vie que nous assassinons (2000)  L’auteur nous livre ses pensées et réflexions philosophiques sur notre monde. Elle dénonce avec vigueur la souffrance endurée par les humains et les animaux, les manipulations génétiques, le nucléaire, les pollutions électromagnétiques, les lobbies pétroliers, l’OMC, dérives de nos démocraties... et bien d’autres combats encore à mener.

      -Parcours d'une révolutionnaire, en 2 tomes (2007). Dans "Parcours d'une révolutionnaire", nous partageons la vie de l'auteur dont le but est d'éclairer le lecteur sur les mensonges et les manipulations dont nous sommes tous victimes aujourd'hui. Ce livre est en premier lieu un appel à la révolution intérieure contre le conditionnement que nous subissons, entre autres, par les religions et le système, pour faire de nous des êtres soumis s'imaginant être libres. Une note d'espoir : cette révolution est en cours parmi une minorité qui s'agrandit chaque jour, une minorité rebelle à tous dogmes, qui redécouvre la Mère Terre comme le faisait les Amérindiens mais plus éclairée encore. Elle découvre que l'homme, l'animal et la nature forment un tout qu'il est vain de vouloir cloisonner, car la survie de l'un passe obligatoirement par celle des autres.

    Elle soutient plusieurs associations de protection animale et écologique comme la CVN « Convention Vie et Nature pour une Ecologie Radicale », TU-PA, « Trait d'Union pour la Protection Animale » et VEO, « Vision Ecologique de l'Ornithologie ».


    votre commentaire
  • (....)

    Comment prendre ses précautions

    C'est donc à mon avis une précaution élémentaire que de limiter son exposition aux ondes électromagnétiques. 
    La première mesure à prendre, qui est de loin la plus importante pour sa santé, et pas seulement sur le plan des ondes d'ailleurs, est de déménager et de changer de métier si nécessaire. 
    Cela semble radical, impossible même à la plupart d’entre nous qui vivons avec cette conviction, que l'on nous a enfoncée dans le crâne, que nous n'avons pas le choix. 
    Je ne dis pas que ce soit facile. 
    Mais je dis qu'il existe des cas innombrables de personnes qui ont fait le choix de vivre loin des centre-villes, souvent au prix d'une moindre rémunération, mais dont la qualité de vie au bout du compte a augmenté. 
    Je n'en dirai pas plus sur cet important sujet que je reprendrai à une autre occasion.

    • D'une façon générale dans votre maison, placez vos appareils électriques contre les murs donnant sur l'extérieur. 
    • Ne gardez aucun appareil électrique dans votre chambre, et veillez aussi qu'il n'y en ait pas non plus de l'autre côté du mur contre lequel est placé votre lit. 
    • Evitez les lampes basse consommation bon marché dites « fluocompactes ». Leur culot contient un ballast électronique renfermant un générateur d'ondes à basse fréquence. Vérifiez en particulier que vous n'en avez pas dans vos lampes de chevet, et remplacez-les par des ampoules LED lumière chaude. 
    • Utilisez un ordinateur à écran plat et éloignez-vous au maximum du moniteur, en le plaçant le plus loin possible sur votre bureau. Utilisez un clavier et une souris avec fil. 
    • Évitez le wifi pour connecter votre ordinateur à Internet, et utilisez un fil. 
    • Si vous avez un ordinateur portable, ne le posez pas sur vos genoux ou contre vous. Utilisez un clavier, une souris et si possible un écran externe quand vous pouvez. Utilisez au maximum la batterie, plutôt que de le brancher. Lorsque vous devez le recharger, mettez-le dans un endroit isolé de votre maison. 
    • Limitez l'usage de la lumière électrique. Vous redécouvrirez le plaisir de vivre au rythme naturel du cycle du soleil. Si vous téléphonez le soir ou recevez des amis, une lumière très tamisée peut non seulement suffire, mais aussi créer une ambiance plus conviviale. 
    • Débranchez votre borne wifi la nuit. 
    • Limitez au maximum les radios, scanners, IRMs, échographies. Essayez de trouver un médecin désireux et capable de faire un maximum de diagnostics sans se couvrir avec des examens superflus. 
    • Si vous avez un bébé, évitez le babyphone : il émet des micro-ondes pulsées particulièrement nocives pour le cerveau des petits. 
    • Ne dormez pas à côté de votre téléphone portable. Non seulement il faut l'éteindre et le mettre à charger à l'autre bout de la maison, mais il faut qu'il soit le plus loin possible de vous, car un téléphone portable contient un aimant si puissant qu'il continue à émettre des ondes, même éteint ; d’ailleurs, si vous le pouvez, passez-vous de téléphone portable ! 

    À vote santé ! 
    Jean-Marc Dupuis  La Lettre Santé Nature Innovation 


    votre commentaire
  • Bonjour,

    Après le TAFTA et le CETA, vous croyiez avoir tout vu en matière d’accords de commerce ? Et bien non, puisque l’Union européenne a dans ses tiroirs bien d’autres accords de libre-échange en cours de négociation avec le Japon, le Mexique, l’Indonésie, le Vietnam et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay et Uruguay). Le but de ces différents accords discutés dans le plus grand secret ? Supprimer tous les obstacles au commerce. Quitte à menacer les droits des consommateurs, l’environnement, l’agriculture, l’alimentation (OGM, pesticides, etc) et même nos processus démocratiques ! 

    C’est ce que révèlent foodwatch et PowerShift aujourd’hui en publiant une nouvelle étude intitulée «Le commerce à tout prix ? » 

    http://www.foodwatch.org/fr/s-informer/topics/traites-ceta-et-tafta/actustraitetransatlantique/accords-de-commerce-europeens-une-hypocrisie-francaise/

    Tout ceci se passe alors même qu’Emmanuel Macron avait pris des engagements pour rendre ces accords de libre-échange plus transparents et respectueux de l’environnement, de notre alimentation et de notre santé. Notre rapport démontre qu’il n’en est rien, et dénonce l’hypocrisie du gouvernement.
     

    .Très concrètement, voici 3 exemples des effets négatifs possibles de ces nouveaux accords : 

    •     Importations de viande de bœuf et de soja d’Amérique latine : l’accord Mercosur entraînerait une augmentation importante de la production et des exportations de viande de bœuf et de soja vers l’Union européenne. Or dans cette région l’impact du développement de l’élevage et de l’agriculture intensifs sur la déforestation et l’utilisation massive d’herbicides comme le glyphosate sont bien connus
    • Pesticides et Japon : le Japon utilise plus de pesticides que l’Europe. Avec le projet d’accord de libre-échange, des produits alimentaires avec des niveaux de résidus de pesticides plus élevés pourraient être importés dans l’Union européenne. Et tant pis pour la santé des consommateurs européens.
    •     Huile de palme en provenance d’Indonésie : l’Indonésie est le plus grand producteur d’huile de palme au monde, et espère augmenter ses exportations vers l’UE avec l’accord en cours de négociation. Cet accord pourrait ainsi aggraver l’impact catastrophique de l’expansion de plantations de palmiers à huile en Indonésie sur la forêt, le climat et les droits sociaux. Cela est d’autant plus vrai que cet accord, comme les autres, n’a pas de chapitre sur le développement durable contraignant. 

    Et tout ceci se négocie en toute opacité en ce moment même, loin des yeux des citoyens européens. Inquiétant, n’est-ce pas ?
    Face à l’hypocrisie du gouvernement qui passe sous silence des projets antidémocratiques et dangereux, comptez sur foodwatch pour continuer le combat et défendre vos droits à la fois en tant que consommateur et citoyen. 

    Si Emmanuel Macron veut vraiment une Europe démocratique et « qui protège », il faut qu’il s’assure que les négociations des accords de libre-échange en cours soient stoppées et que la politique commerciale européenne soit complètement revue pour servir l’intérêt général, et pas les intérêts privés des multinationales. 

    A bientôt pour la suite et merci de votre soutien ! 

    L’équipe foodwatch

    Ps : Vos dons sont le moteur de nos actions. foodwatch refuse toute subvention publique ou contribution d’entreprises qui pourraient présenter le moindre conflit d’intérêt. Cette indépendance fait notre force. Pour continuer notre combat et que notre voix collective ait encore plus de poids,nous avons besoin de vous !
    66% du montant de votre don est déductible de vos impôts, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.


    votre commentaire
  • Zéro phyto 100 % bio’, un documentaire d’utilité publique

    Zéro phyto 100 % bio          Date de sortie 31 janvier 2018 (1h 16min)
              De Guillaume Bodin
               Avec Silvère Chéret
              Genre Documentaire
              Nationalité Français

    ‘Zéro phyto 100 % bio’, le nouveau documentaire sur les cantines bio et les villes sans pesticides de Guillaume Bodin sortira au cinéma le 31 janvier prochain. Après plus de 200 avant-premières en France, il a déjà conquis 11.000 spectateurs…

     

      Rédigé par Marie Mourot, le 25 Dec 2017, "Rédactrice web freelance et maman de deux enfants, je me suis toujours sentie très concernée par l'écologie et le développement durable. Constamment en quête de solutions citoyennes créatives et d'initiatives positives pour changer le monde, je m'engage au quotidien pour les diffuser car je crois sincèrement qu'un autre monde est possible."
     
       Avant d’être réalisateur, producteur et distributeur de ses propres documentaires, Guillaume Bodin était vigneron en bio et en biodynamie. Après « La clef des terroirs » en 2011 et « Insecticide mon amour » en 2015, son nouveau documentaire « Zéro phyto 100 % bio »s’apprête à sortir en salles. Cette enquête répond à la sollicitation de trois associations (Agir pour l’environnement, Bio Consom’acteurs et Générations futures). Son ambition ? Accompagner les élus, les communes et les citoyens dans la transition écologique.

    Zéro phyto 100 % bio : des cantines bio et des villes sans pesticides, c’est possible !

    Le documentaire de Guillaume Bodin, c’est avant tout l’histoire de femmes et d’hommes qui agissent pour l’environnement et la santé publique. Conscients qu’ils ont un rôle important à jouer, ils ont choisi de prendre les choses en main. Arrêt des pesticides dans leurs communes, développement des cantines bio : des initiatives positives qui fleurissent un peu partout et qui ont de quoi nous réjouir.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  Vous vous tracassez au sujet de la qualité de votre air dans la maison? Voici quelques sites que vous pouvez consulter:

      -http://www.oqai.fr/  (qualité de l'air intérieur)

    QUALITÉ DE L’AIR INTÉRIEUR ET CONFORT DANS LE LOGEMENT : GUIDE ET VIDÉOS DE L’ASSOCIATION QUALITEL

    QUALITEL est une association créée en 1974 par le secrétaire d’Etat chargé du logement, dont la mission est de promouvoir la qualité de l’habitat par la certification et l’information du grand public. Dans le cadre de ses missions d’information, Qualitel propose des vidéos pédagogiques sur la qualité de l'air intérieur, le confort acoustique et le confort thermique dans les logements
    HTTPS://WWW.YOUTUBE.COM/WATCH?V=ET7XFXVXGRQ
    HTTPS://WWW.YOUTUBE.COM/WATCH?V=6_AA8VC3Z3K
    HTTPS://WWW.YOUTUBE.COM/WATCH?V=MISXCX_MQEQ

    -http://www.unbonairchezmoi.developpement-durable.gouv.fr/

    UN AIR SAIN CHEZ SOI
    Format de fichier : PDF/Adobe Acrobat
    Un air sain chez soi. Respirer un air de qualité chez soi. Nous passons environ 80 % du temps dans des lieux fermés, en particulier dans les logements. L'air que l'on y respire peut-être de moins bonne qualité que l'air extérieur, parfois très nettement car à l'air extérieur viennent s'ajouter les polluants spécifiques de l'air.
    www.ademe.fr/sites/.../guide-pratique-un-air-sain-chez-soi.pdf

     -http://www.ademe.fr/air-sain-chez 

    -http://prevention-maison.fr/  de  Santé publique France 
       L'InVS, l'Inpes et l'Eprus se sont unis pour créer Santé publique France, l'agence de santé publique au service des populations

    votre commentaire
  • 2016    301 p.   19 €

     Cardiologue, président de l’association « Santé Environnement France » et élu « Médecin de l’année » en 2008 le docteur Pierre Souvet est aussi conseiller régional de Provence Alpes Côte d’Azur et ancien membre du groupe EELV. Son livre « 200 alertes santé environnement »est un abécédaire, qui fait découvrir la définition de 200 maux en lien avec la santé et l’environnement ainsi que les réels risques causés par de nombreuses substances toxiques qui nous entourent au quotidien comme les parabènes ou autres bisphénols. Le docteur Pierre Souvet, nous explique comment les éviter ou les diminuer. Les thèmes variant du changement climatique aux perturbateurs endocriniens, et la préface est écrite par Nicolas Hulot.

      Cardiologue, le Dr Pierre Souvet a co-fondé en 2007 l'Association Santé Environnement Provence, dont il est président et qui compte aujourd'hui plus de 2500 professionnels de santé en France.

       Pierre Souvet : président de l'ASEF élu médecin de l'année par la revue Impact médecine - Décembre 2008

      Président de l'Association Santé Environnement France, le Dr Pierre Souvet, cardiologue, se bat depuis 2006 pour faire connaître l'impact de la pollution environnementale sur la santé. 

    Son engagement vient d'être couronné par nos lecteurs. 
    Extrait de l'article : 

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  La forêt mllénaire (Jirô TANIGUCHI) La forêt mllénaire (Jirô TANIGUCHI) La forêt mllénaire (Jirô TANIGUCHI)

     

                                                                          2017  70 p.  20 €

        Dernière création de Jirô Taniguchi, cette bande dessinée en couleurs occupe une place à part dans l'oeuvre du maître.

      La forêt mllénaire (Jirô TANIGUCHI) Suite au divorce de ses parents et à la maladie de sa mère, Wataru est accueilli par ses grands-parents. Pour le jeune garçon tokyoïte, cette nouvelle vie à la campagne est un bouleversement. Il découvre sa nouvelle école, son nouvel environnement. La forêt en particulier l'impressionne et semble lui communiquer une force presque surnaturelle, venue du fonds des âges.

      Lorsqu il devra faire ses preuves face au groupe d'enfants qui le mettent au défi, c'est d'elle que lui viendra un courage intérieur qui lui était inconnu.

       La forêt mllénaire (Jirô TANIGUCHI) Les pages en couleurs et à l'italienne de Jirô Taniguchi nous invitent à la contemplation de cette nature séculaire. Elles seront complétées d'un entretien poussé avec l'éditeur japonais de Jirô Taniguchi et du matériel inédit provenant des carnets personnels de l'auteur .

     La forêt mllénaire (Jirô TANIGUCHI)


    votre commentaire
  • L'oxygène quitte les océans : les zones mortes ne cessent de s'étendre et de se multiplier
     https://www.notre-planete.info/actualites/68-

     Au cours des 50 dernières années, la proportion de zones de haute mer dépourvues de tout oxygène a plus que quadruplé. Quant aux sites à faible teneur en oxygène situés près des côtes, y compris les estuaires et les mers, ils ont été multipliés par 10 depuis 1950. Les scientifiques estiment que la teneur en oxygène va continuer à chuter dans ces deux types de zones au fur et à mesure que la Terre se réchauffera. Les chercheurs du groupe de travail international Global ocean oxygen network (GO2NE) mis en place par l'Unesco et comprenant un chercheur du Laboratoire d'études en géophysique et océanographie spatiales (LEGOS/OMP, UPS / CNRS / CNES / IRD) viennent de démontrer que pour mettre un terme à ce déclin, il est nécessaire de limiter le changement climatique et la pollution par les nutriments.

    Près de la moitié de l'oxygène sur notre planète vient de l'océan. Cependant, les effets combinés de la surcharge en nutriments et du changement climatique augmentent considérablement le nombre et la taille des "zones mortes" en haute mer et en eaux côtières, où le niveau d'oxygène n'est plus suffisant pour assurer la survie de la majeure partie de la vie marine.

    Dans les "zones mortes" traditionnelles, comme celles de la baie de Chesapeake (Etats-Unis) et de la mer Baltique, la teneur en oxygène atteint des niveaux si bas que beaucoup d'animaux meurent asphyxiés. Comme les poissons évitent ces zones, leur habitat se réduit et ils se retrouvent plus exposés aux prédateurs et à la pêche. Or les auteurs font remarquer que le problème dépasse de loin le seul phénomène des "zones mortes". Même de plus petites baisses en oxygène peuvent freiner la croissance des espèces, entraver leur reproduction et entraîner des maladies voire la mort. Le changement des teneurs en oxygène peut aussi déclencher le rejet de substances chimiques dangereuses telles que le protoxyde d'azote, un gaz à effet de serre jusqu'à 300 fois plus puissant que le dioxyde de carbone, et le sulfure d'hydrogène toxique. Si certaines espèces peuvent effectivement prospérer dans ces zones, il n'en est pas de même de la biodiversité dans son ensemble.

    Dans les eaux côtières, la pollution par les nutriments provenant des terres crée des proliférations algales qui consomment énormément d'oxygène lorsqu'elles meurent et se décomposent.

    image: https://www.notre-planete.info/actualites/images/biodiversite/zones-mortes-oceans.png

    Sites côtiers où les charges en nutriments ont causé ou exacerbé la décroissance du contenu en oxygène jusqu’à des concentrations < 2 mg/l (< 63 µmol/l) (points rouges) et zones de minimum d’oxygène à 300 m de profondeur (concentrations en dégradé bleu). Carte construite à partir des données de R. Diaz, et du World Ocean Atlas (2009), qui couvre les 50 dernières années, mise à jour par les membres du GO2NE de IOC-UNESCO.
    - Licence : DR

    Le changement climatique est le principal responsable de ce phénomène en haute mer. Le réchauffement des eaux de surface empêche l'oxygène d'atteindre les profondeurs de l'océan. De plus, lorsque l'océan se réchauffe, il retient moins d'oxygène alors que la faune vivant dans les eaux plus chaudes a un besoin en oxygène plus important.

    D'après les scientifiques, la survie de l'humanité est également en jeu. Il n'est pas garanti que les activités de pêche artisanale puissent se délocaliser lorsque le manque d'oxygène détruira leurs récoltes ou fera fuir les poissons. Les récifs coralliens, qui sont une attraction touristique majeure pour de nombreux pays, peuvent également disparaître par manque d'oxyg


    Un océan sain est vital à la pérennité de notre planète
    . Celui-ci contribue à l'économie locale, nationale et mondiale avec plus de 350 millions d'emplois à travers le monde. L'économie bleue ouvre d'immenses opportunités, notamment dans les pays en développement, à travers les énergies renouvelables, le tourisme, l'aquaculture, ou encore les biotechnologies. La désoxygénation constitue ainsi une menace pour tous ces bénéfices que l'homme tire des écosystèmes marins.Certaines zones de pêche pourraient bénéficier du phénomène, du moins sur le court terme. La pollution par les nutriments peut en effet stimuler la production de nourriture pour les poissons. Par ailleurs, lorsque les poissons se retrouvent obligés de se regrouper pour fuir les zones à faible teneur en oxygène, il devient plus facile de les pêcher. Mais sur le long terme, cela pourrait conduire à la surpêche et ainsi nuire à l'économie.

       Quelles solutions face à l'extension des zones mortes dans les océans ?

    Pour faire face aux faibles teneurs en oxygène, les scientifiques estiment que le monde doit adopter une approche en trois points :

    Diminuer la pollution par les nutriments et le changement climatique

    En réduisant de façon drastique l'utilisation d'engrais agricoles et les émissions de gaz à effet de serre. Bien qu'aucune de ces problématiques ne soit simple ou facile, les étapes nécessaires à la victoire peuvent profiter à la population ainsi qu'à l'environnement. De meilleurs systèmes septiques et d'assainissement peuvent protéger la santé humaine et éviter la pollution de l'eau

    Protéger les espèces marines les plus vulnérables et les ressources océaniques

    Bien que l'augmentation du nombre de zones à faible teneur en oxygène semble inévitable dans certaines régions, il est crucial de protéger les pêcheries à risque de facteurs de stress supplémentaires. Selon l'équipe du GO2NE, cela se traduirait par la création d'aires marines protégées ou de zones de pêche interdite précisément dans les zones où la faune se réfugie pour échapper à la baisse d'oxygène dans son habitat d'origine ; ou bien pêcher des espèces qui ne sont pas aussi menacées par la désoxygénation.

    Améliorer la surveillance des teneurs en oxygène à travers le monde

    Les scientifiques savent à peu près quelle quantité d'oxygène l'océan pourrait perdre à l'avenir, mais pas où ces zones de désoxygénation se situeront exactement. Une surveillance renforcée, particulièrement dans l'hémisphère sud, des travaux expérimentaux pour mieux comprendre les processus responsables et affectés par la désoxygénation, ainsi que le développement de modèles numériques avancés aideront à déterminer les points géographiques les plus à risque, et à identifier les solutions les plus efficaces.

    C'est un problème que l'on peut résoudre. Mettre fin au changement climatique requiert un effort à l'échelle globale, mais même des actions locales peuvent aider à réduire la désoxygénation due à la pollution par les nutriments, comme dans la baie de Chesapeake où la pollution par l'azote a diminué de 24 % grâce à un meilleur traitement des eaux usées, de meilleures pratiques agricoles et une meilleure législation comme le Clean Air Act. Bien que certaines zones à faible teneur en oxygène existent toujours, la zone morte de Chesapeake est en train de disparaître. Faire face au changement climatique peut sembler plus décourageant mais c'est une étape incontournable pour arrêter la baisse du niveau d'oxygène dans l'océan.

    Les zones mortes se multiplient dans le monde entier à cause des activités humaines, c'est pourquoi nous avons besoin d'y répondre d'un point de vue global. L'initiative internationale du GO2NE peut aider aux niveaux local, régional et international à trouver des solutions d'adaptation et, espérons-le, à réduire l'impact et l'étendue des zones à faible teneur en oxygène dans l'océan.

      Le Global ocean oxygen network (GO2NE) est un groupe de travail scientifique organisé par la Commission océanographique intergouvernementale, qui fait partie de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). Mis en place en 2016, ses membres, originaires du monde entier, sont engagés à fournir une vision globale et multidisciplinaire de la désoxygénation, conseillant les décideurs politiques sur les façons de contrer ce phénomène et de préserver les ressources marine


    En savoir plus sur https://www.notre-planete.info/actualites/68-extension-zones-mortes-oxygene-oceans#X8cWLaLjEBru1ShA.99


    votre commentaire
  • La biodiversité végétale menacée (A. M. SEMAH,J. RENAULT-MISKOWSKY)

     

                                                                           2015   320 p.  32 €

      Il faut savoir observer et admirer la beauté et la richesse de la végétation qui règne encore sur notre planète. C'est une invitation au voyage que nous vous proposons à travers l'Europe et jusqu'aux confins de l'Asie et du Pacifique insulaires. Nous y prenons conscience de la diversité des paysages et des différents biotopes. Le réchauffement climatique actuel ainsi que l'effet de serre, qui sont au départ des phénomènes naturels, se voient cruellement accentués par les conséquences inévitables de l'industrialisation qui, de plus, développe des produits nocifs pour la faune comme pour la flore.

       Que sera le devenir de la biodiversité, tant animale que végétale ?

      L'interaction entre le pollen, les pollinisateurs et l'homme est capitale ; elle passe par la survie des abeilles, leur capacité à produire encore du miel et à permettre la pollinisation des fleurs, la production des fruits.

    La perte d'espèces emblématiques comme les plantes mellifères, endémiques et insulaires, mais aussi la perte des informations génétiques contenues dans ces espèces en voie d'extinction, pourraient rendre irréversible l'appauvrissement de la biodiversité.

       Protéger la biodiversité, c'est vouloir assurer le maintien d'un potentiel évolutif dans le contexte du changement actuel et de l'inconnu vers lequel nous allons. Nous sommes au coeur de la nature, elle nous réserve encore des surprises si nous savons la ménager.

     
       Anne-Marie Sémah est directrice de recherche à l'IRD et Josette Renault-Miskovsky, directrice de recherche honoraire au CNRS. Toutes deux sont patynologues, et respectivement spécialistes de l'Asie/Pacifique et de l'Europe méditerranéenne. Elles enseignent au Muséum national d'histoire naturelle dans le cadre du Master : «Evolution, Patrimoine naturel et Sociétés» - Spécialité Quaternaire et Préhistoire - Paléoenvironnements, lignée humaine, histoire des Sociétés. En 2004, elles ont déjà publié aux éditions Errance-Artcom
        -L'Evolution de la végétation depuis deux millions d'années.

    votre commentaire
  •  

    Dépolluer votre graisse interne (Drs Michel BRACK, Arnaud COCAUL)

                                                                    2017  176 p.  15 €

      Les chercheurs viennent de découvrir un nouvel organe : le tissu adipeux péri-viscéral, véritable « aspirateur à polluants et à toxiques ». Et attention : cette graisse interne n'est pas réservée aux seules personnes en surpoids, elle peut aussi concerner les minces.
      Cette graisse a un rôle particulier : absorber et stocker les polluants et les toxiques (ce qui évite qu'ils partent dans les organes nobles comme le coeur, le cerveau...), mais elle les communique aussi à notre microbiote, allant jusqu'à perturber les messages qu'il envoie à notre cerveau. Conséquences : nos choix alimentaires peuvent être modifiés, de nouvelles pathologies se déclarer (arthrose, Parkinson, cancer...), et nos fringales décuplées sans raison apparente.
       Pour éviter ou arrêter ces désordres, il convient donc non seulement de traiter notre microbiote mais aussi de dépolluer et de faire fondre cette mauvaise graisse, grande perturbatrice de l'intestin et du cerveau.
      C'est ce que nous propose ce livre, avec un programme très facile et ludique de 4 semaines : 1. Focus sur mon ventre / 2. Je nourris mon ventre / 3. Mon ventre chausse ses baskets / 4. Objectif zenitude.

     
       Le Dr Michel Brack est médecin spécialiste de prévention et du stress oxydatif. Ex médecin attaché à l'INSERM, à la Pitié-Salpêtrière, il dirige le Collège du Stress Oxydatif. Il est auteur de nombreuses publications sur le vieillissement, parmi lesquelles
       -La Révolution des antioxydants (Albin Michel, 2006).

    votre commentaire
  •  

      L'enfant du désert (Pierre RABHI)

                                                                                      2017    112 p.   18 € (9-12 ans)

      Pour la première fois, Pierre Rabhi se raconte aux enfants !
      Un récit poétique et engagé, reccueilli et co-écrit par Claire Eggermont, et magnifiquement illustré par Marc N'Guessan.

      De sa naissance en 1938 dans un village du désert algérien jusqu'à aujourd'hui où il parcourt le monde pour partager son savoir et sa sagesse, Pierre Rabhi semble avoir vécu mille vies. D'abord petit employé de banque puis ouvrier à la chaîne, il a, très tôt, quitté ces univers étouffants et voulu expérimenter d'autres façons de vivre, en accord avec la nature. Il est d'abord devenu agriculteur, puis essayiste. Aujourd'hui encore, c'est un infatigable conférencier, partageant ses idées autour d'une agroécologie respectueuse de l'environnement et des Hommes.

       Pour la première fois, grâce ce livre, il s'adresse aux enfants pour leur raconter sa vie, ses rencontres, et ses idées fortes et généreuses : son enfance dans le désert algérien, sa découverte du monde des " Roumis " avec son adoption par un couple de Français, son arrivée en France, à Paris, puis son installation en Ardèche avec sa femme Michèle, ses débuts sur la terre rude des Cévennes, ses partages d'expériences auprès de jeunes en France et au Burkina Faso (où il a failli devenir ministre de l'agriculture de Thomas Sankara !), ses conférences aux quatre coins du monde, sa création d'associations et de centres de formation en agroécologie, son engagement et sa parole publique...

    Le tout porté par une parole belle et poétique. Car Pierre Rabhi est avant tout un conteur, et il ne l'oublie pas quand il s'adresse aux enfants du monde...


    • Paysan, essayiste et penseur, Pierre Rabhi est l'un des pionniers de l'agroécologie en France. Il défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous, et notamment aux plus démunis, tout en préservant les patrimoines nourriciers.
      Il est l'auteur d'une vingtaine de livres à succès, dont

      - Vers la sobriété heureuse (Actes Sud), ou encore

      -La puissance de la modération (Hozhoni) et

      - La convergence des consciences (Le Passeur).

    • Collaboratrice de Pierre Rabhi depuis 2005, Claire Eggermont a dirigé le journal de son association Terre & Humanisme pendant plusieurs années et a co-fondé le Mouvement Colibris. Journaliste et écrivain, elle contribue à la rédaction de ses chroniques pour le magazine Kaizen et l'épaule régulièrement pour ses projets éditoriaux. Elle a aussi écrit plusieurs livres pour enfants.

      Marc N'Guessan est auteur de nombreux albums de bande dessinée chez Vents d'Ouest et Soleil Productions ( Aberzen, Gadel le fou, Ling Ling...). Il a notamment réalisé l'adaptation de la série Arthur et les Minimoys de Luc Besson.


    votre commentaire
  •  

    L'art de la paix (Morihei UESHIBA)

    2017    128 p.   12,90 €

    Un notebook illustré et en couleur avec de nombreuses citations de L'Art de la Paix

        Les enseignements du fondateur de l'aïkido Morihei Ueshiba sont remplis de la plus haute inspiration montrent que la véritable voie du guerrier repose sur la compassion, la sagesse, l'absence de peur, ainsi que sur l'amour de la, nature.

      Tiré des entretiens et des écrits de Morihei Ueshiba, fondateur de l'art martial japonais connu sous le nom d'Aïkido, l'Art de la Paix propose un chemin de non-violence vers la victoire tout autant qu'un contrepoint d'importance à des classiques tels que Le Traité des Cinq Roues de Musashi ou L'Art de la Guerre de Sun Tzu.


    votre commentaire
  •                                                             2017    175 p.   16 €

        Bisphénol A, phtalates, parabènes, pesticides... Nous sommes de plus en plus confrontés à ces produits dans la vie quotidienne. Nous savons qu'ils sont nuisibles, mais pourquoi ? Comment ? Quels dangers représentent-ils véritablement ? Et surtout, est-il possible de les éviter ? 

      Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques qui interviennent sur notre système hormonal. Cette action sur nos hormones a une influence néfaste sur notre santé, à notre insu. Nous les respirons. Nous les consommons. Nous les portons. De plus en plus d'études scientifiques les incriminent comme responsables d'infertilité ou de l'augmentation de la fréquence de certains cancers.

      Ce livre, écrit par une médecin endocrinologue, fait le point et propose des solutions de prévention:
    - produits de beauté, jouets en plastique, engrais, fruits et légumes... Quels sont les produits de consommation les plus concernés par les perturbateurs endocriniens ?
    - comment apprendre à reconnaître les produits nocifs pour notre santé ?
    - comment modifier progressivement ses habitudes de consommation pour préserver son capital santé, sans pour autant supprimer tous les produits qui nous font plaisir ? 

      Un livre essentiel pour préserver sa santé et celle de ses proches !
      Valérie Foussier est médecin endocrinologue. Elle est l'auteure de plusieurs ouvrages dont:
      -"La thyroïde nous en fait voir de toutes les couleurs",
      -"Comment mieux supporter les traitements du cancer" et
      -"Revivre après un cancer du sein", parus chez le même éditeur.

    votre commentaire
  •                                                              2017   238 p.   22 €

      Ce livre est issus de l'expérience de la communauté bouddhiste internationale de Thich Nhat Hanh. Il présente un panorama complet des pratiques de la pleine conscience à travers de nombreuses activités, pour aider adultes et enfants à diminuer le stress, à développer la concentration et la confiance en soi, à faire face aux émotions difficiles et à améliorer la communication.

      Moine bouddhiste vietnamien, érudit et poète, inlassable défenseur de la paix, THICH NHAT HANH figure parmi les personnalités les plus engagées du bouddhisme dans le monde occidental. Depuis plus de trente ans, il réside dans le Sud-Ouest de la France, au Village des Pruniers, où il a fondé une communauté qui accueille chaque année de nombreux participants venus du monde entier. Il est l'auteur de best-sellers dont:
       -"Pratique de la méditation à chaque instant",
       -"La Peur",
       -"Conversations intimes avec le Bouddha",
       -"L'Énergie de la prière",
       -"L'Art de communiquer en pleine conscience",
       -"Savourez" et
       -"Les Bienfaits du silence".

    votre commentaire
  • L'espérance de vie en bonne santé est stable depuis 10 ans

     16 janvier 2018
    http://www.europe1.fr/sante/lesperance-de-vie-en-bonne-sante-stable-depuis-10-ans-3547733

    L'espérance de vie en bonne santé est stable depuis dix ans en France, à 64,1 ans pour les femmes et 62,7 ans pour les hommes, selon une étude de la Drees.

    L'espérance de vie en bonne santé est stable depuis dix ans en France, à 64,1 ans pour les femmes et 62,7 ans pour les hommes, selon une étude de la Drees publiée mardi. Cet indicateur publié par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) mesure le nombre d'années qu'une personne peut compter vivre sans souffrir d'incapacité dans les gestes de la vie quotidienne.

    Des résultats assez proches de la moyenne européenne. Selon le dernier bilan démographique de l'Insee, publié mardi, l'espérance de vie à la naissance a progressé pour les hommes à 79,5 ans en 2017 (+0,2 point par rapport à 2016, +2,1 points par rapport à 2007). Elle est restée stable pour les femmes par rapport à 2016, à 85,3 ans (+0,9 point par rapport à 2007). "Alors que la France occupe l'une des meilleures places en matière d'espérance de vie à la naissance, elle est assez proche de la moyenne européenne pour l'espérance de vie en bonne santé", observe la Drees.

    Cette mesure s'appuie sur les réponses à une question posée dans le cadre d'une enquête européenne (Statistics on income and living conditions): "êtes-vous limité(e), depuis au moins six mois, à cause d'un problème de santé, dans les activités que les gens font habituellement ?". Ces chiffres signifient que la proportion d'années vécues sans incapacité au sein de l'espérance de vie se situe autour de 80% pour les hommes et de 75% pour les femmes, ces dernières déclarant davantage de limitations fonctionnelles, légères ou fortes, dans les activités du quotidien, selon la Drees.


    votre commentaire
  •                                                             2018   196 p.   25 €

      "Non, la permaculture n'est pas une simple technique de jardinage ! Mais c'est quoi au juste la permaculture ? Bien au delà de la technique de jardinage à laquelle elle est trop souvent réduite, la permaculture est tout à la fois une philosophie, une science, un ensemble de techniques ou de pratiques, et une stratégie. Une philosophie qui nous invite à adopter un positionnement bienveillant, à être dans une posture d'observation constante, à envisager les opportunités plutôt que les problèmes, à considérer les situations dans leur ensemble plutôt que fragmentées...
       Applicables à de nombreux domaines (jardinage, éco-construction, gestion de l'eau...), la permaculture apparaît de plus en plus comme la solution qui nous permettra de répondre à l'ampleur de la crise écologique qui s'annonce.
       Changer nos modes de vie pour produire nous-mêmes une plus grande part de notre alimentation, mieux préserver nos sols, économiser davantage l'eau et l'énergie.
        En route pour la transition écologique grâce à la permaculture !"
      Gregory Derville est enseignant à l'Université de Lille, spécialisé sur les politiques environnementales. Il s'implique localement à plusieurs niveaux (promotion du vélo en ville, jardin partagé, association Beauvais en transition) et anime des conférences et des stages d'initiation à la permaculture.
      Depuis 35 ans, la Scop Terre vivante édite des livres d'écologie pratique, ainsi que le magazine Les 4 Saisons du jardin bio. Terre vivante a également ouvert des Jardins écologiques en Isère proposant des stages pratiques.                                           www.terrevivante.org

    votre commentaire
  • « Les vaccins sauvent des millions de vies ! », nous assène-t-on…

    Ah ? Pour l'instant, il semblerait surtout qu'ils tuent (en faisant gagner beaucoup d'argent) !

    vieetsantenaturelle@solutions-emailing.com 

      

    Pour signer la pétition (réservée aux praticiens de santé):

     

    Pour télécharger la plainte pénale:

    https://www.solutions-emailing.com/image/26818Company/plainte-penale.pdf

     

       Pour télécharger le formulaire à remplir:

    https://www.solutions-emailing.com/image/26818Company/Formulaire_des_signataires_penal_02.pdf 

     

    À chaque fois que je lis des témoignages de parents dont les enfants sont décédés à la suite d'une vaccination, et généralement après d'atroces souffrances, un sentiment de dégoût et de révolte vis-à-vis de nos responsables politiques et des partisans de « vaccins-à-tout-prix-et-quoi-qu'ils-contiennent » me bloque la respiration, me noue le ventre et la colère me gagne : je les ai crus, je leur ai fait confiance et je me suis vacciné et j'ai fait vacciner mes enfants et ma vie aurait pu devenir un enfer !

    Pourquoi ? Réellement ?

    En fait, lorsqu'on étudie à fond la question, on est conduit à la conclusion que les intérêts des actionnaires de l'industrie pharmaceutique et de leurs obligés sont la seule justificationDifficile de penser une seconde qu'il y aurait réellement d'autres raisons à ces vaccinations de masse ! La vaccination obligatoire leur permet de se remplir très facilement les poches d'encore plus d'argent ! 

     

    On nous dit : les vaccins ont sauvé des millions de personnes ! Voilà une affirmation dont j'aimerais connaître les fondements scientifiques et, surtout, connaître également ceux qui se sont occupés du décompte… Car, enfin, en cas d'épidémie, scientifiquement, il me semble impossible de démontrer qu'un vaccin a sauvé une vie dès lors qu'au moins une personne non vaccinée a eu la vie sauve pendant la même épidémie… Ce qui a été le cas de toutes les épidémies, sinon ne serions pas là.

     

    D'ailleurs, pour d'aucun, la fin des grandes épidémies mortelles tient surtout à celle des guerres meurtrières et ravageuses (pensez aux conditions d'existence dans les tranchées de la guerre de 14-18), à celle des famines et aux progrès de l'hygiène…

    Quant aux effets de l'inoculation dans le corps, de virus atténués ou non, de leurs adjuvants(aluminium) ou auxiliaires (mercure, formol), ce que l'on peut faire avec une relative certitude, c'est surtout compter les maladies et les morts qui la suivent, comme aujourd'hui aux Philippines ou en Inde.

     

    On veut nous culpabiliser avec les 10 morts officiels de la rougeole en France entre le 1er janvier 2008 et le 31 décembre 2016

    http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Rougeole/Points-d-actualites/Archives/Epidemie-de-rougeole-en-France.-Actualisation-des-donnees-de-surveillance-au-22-mai-2017.

     

    Au nom de ces 10 morts en 9 années, la ministre de la Santé, Agnès Buzin, et ses amis justifient souvent l'obligation vaccinale de masse contre 11 maladies avec 73 vaccins (vous avez bien lu, il s'agit de 11 maladies, mais de 73 vaccins !). 

    Ces dix morts sont dramatiques, nous en sommes tous d'accord… 

    Mais ce ne sont les seuls ! 

    Dans leur livre « Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux », les professeurs Bernard Debré et Philippe Even dénoncent les 20 000 morts provoqués par an en France par les médicaments (soit 180 000 morts en 9 ans pour 10 morts de la rougeole).

    A ce sujet, que fait la ministre de la Santé pour arrêter l'hécatombe ? Ce serait pourtant possible sans obliger de vacciner les nourrissons avec des produits contenant du formol, du mercure et de l'aluminium.

    (Rappelons que les professeurs Debré et Even ont été sous le coup d'une interdiction d'exercer la médecine pendant 1 an (dont six mois avec sursis) par le Conseil de l'Ordre des médecins suite à la publication de ce livre !

     

    Autre exemple, il y aurait près de 30 000 décès dus au cancer du poumon en France (ce qui représente 270 000 morts sur 9 ans contre 10 morts de la rougeole) dont la Principale cause serait le tabac. Que fait la ministre de la Santé pour arrêter l'hécatombe ?

    Pourquoi ne pas interdire le tabac pour sauver toutes ces victimes ?

    http://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Cancer-du-poumon/Quelques-chiffres 

      

    Je pourrais prendre d'autres exemples de milliers de morts qui pourraient être évités grâce à des mesures autoritaires et obligatoires de santé publique (alcool, obésité, diabète de type 2, etc.) et poser à chaque fois la même question : Que fait la ministre de la Santé pour arrêter l'hécatombe ? Ce serait pourtant possible sans… 

     

    En attendant, rejoignez les 1000 premiers signataires de cette plainte pénale et résistons ! 

    Résistance !

            Bien cordialement à vous. 

            Pierre Lefevre.


    votre commentaire