•  

    Les sentinelles (Film)

    SORTIE NATIONALE LE 8 NOVEMBRE

    https://www.les-sentinelles.org/

    documentaire 1h31mn   DE PIERRE PEZERAT

     https://www.les-sentinelles.org/contact/

     hervemillet@destinydistribution.com

     

     Le 15 octobre le film a reçu le coup de coeur de l'ADEME au festival Atmosphères de Courbevoie !

       Josette Roudaire et Jean-Marie Birbès étaient ouvriers, en contact avec l'amiante.

    Paul François est agriculteur, il a été intoxiqué par un pesticide de Monsanto, le Lasso.

    Ils ont rencontré mon père, Henri Pezerat, chercheur au CNRS, qui a marqué leurs vies en les aidant à se battre pour que ces empoisonnements ne restent pas impunis.

    Les ouvriers agricoles de la coopérative de Nutréa Triskalia, intoxiqués par des insecticides, n'ont pas connu Henri, mais ils sont le vivant symbole de ceux qu'il a défendus toute sa vie, des sentinelles. 

    Chacun d'eux raconte, des années 1970 à 2015, les combats menés, l'interdiction de l'amiante, l'attaque de Paul contre Monsanto, avec à chaque fois le rôle décisif joué par Henri. Qu'ils soient ouvriers ou paysan, ils partagent le même sentiment : la justice n'est pas encore passée, ni pour les responsables du grand mensonge de l'amiante, encore moins pour ceux de la catastrophe annoncée des pesticid


    votre commentaire
  •   Téléthon 2011 : une escroquerie très rentable démasquée

      http://www.wikistrike.com/article-l-arnaque-du-telethon-121490466.html

    h-4-2652695-1322982249-copie-3.jpgTELETHON VIVISECTION ! Un rapport qui fait mal : la Cour des comptes épingle l'utilisation des dons par l'AFM Association Française contre les Myopathies...

    SANS GENES l'AFM !

    On pourrait dire que l'AFM a de mauvais gènes, en inversant  l'accent de la corde sensible. Dans notre série ANTI TELETHON ANTI VIVISECTION, nous avons trouvé cet article relatant le profit personnel retiré des dons du Téléthon par  la directrice de l'AFM, Association Française contre les Myopathies.

    Il n'y aurait pas de raison pour que cela change en 2011 quand on voit ce charity showbizness qui fait de moins en moins l'unanimité,l'élection des miss France attirant plus d'audience. Sacrées rémunérations, achat de maison, avantages en nature et suppléments de voyages d'agrément, facture de France Télévision inclus, c'est ce qu'on lit sur le rapport de la Cour des Comptes 2004. Ca fait mal mais ça nous serait bien égal si l'AFM ne tuait pas des animaux pour ses recherches et ne décevait pas l'espoir des malades. Et si  elle ne faisait pas  APPEL A LA SOLIDARITE NATIONALE représentant des dizaines de millions d'euros chaque année, en plus des dons hors antenne et l'Etat. L'AFM un business comme un autre.  

    Elle n'est pas la seule : l'UNICEF France fait aussi appel à la générosité alors qu'elle soutient l'horrifiante torture en public des taureaux, avec ses dons, en se trouvant dans les villes amies des enfants pour faire la fiesta avec eux lors des corridas. Elle pervertit les enfants sans remplir aucune mission pédagogique (voir nos pages mot clé : Unicef France). Mais l'AFM brasse des sommes considérables pour d'hypothétiques résultats et ça fait beaucoup réfléchir en ces temps de "crise de la dette des grandes fortunes". Elle multiplie les articles pour se défendre contre les anti Téléthon, qui sont pourtant aussi des scientifiques et pas seulement en France, et les présente comme insensibles à la détresse des malades, un sujet inattaquable dont ils ne sont pas dupes.

      Justement, le CLAM Collectif de Libération Animale de Montepllier avait mis en ligne dès le 2 octobre 2011 un modèle de lettre à envoyer à l'AFM pour demander des comptes, officialiser la vérité sur les meurtres d'animaux et justifier un refus de donhttp://clam34.org/spip.php?article704  : Soyons nombreux à exiger une science moderne, performante, et réellement éthique, à la hauteur de la générosité des français !  

     SES METHODES DE RECHERCHE SONT PERIMEES ET INUTILES ! 

    De quoi faire pleurer à chaudes larmes les donateurs mais surtout les malades et leurs familles qui attendent si désespérement des solutions de la science et aussi les TROIS MILLIONS d'animaux innocents cruellement massacrés chaque année pour rien ! Exactement pour rien. Il est attesté que le "succès" de la torture sur les animaux n'est fiable que de 37 à 50 % : c'est aussi aléatoire que de jouer à pile ou face(Antidote Europe, notre article La charité pour l'enfer !).

     Les chercheurs modernes sensés et progressistes tirent la sonnette d'alarme : il faut passer aux moyens substitutifs, beaucoup plus rapides et moins chers qui existent depuis longtemps ! Malgré cela, l'AFM continue, depuis 25 ANS que dure le Téléthon, à assassiner, à perdre un temps pourtant si précieux et l'argent des dons, provenant majoritairement  des braves "Français moyens" émus et charitables. Mais on oublie aussi les énormes subventions que le gouvernement lui verse pour mener grand train. Un gouffre. Le Téléthon serait devenu un  véritable  système de fonctionnement, une vieille institution poussiéreuse qui rémunère une foule de services satellites (industrie de l'élevage d'animaux de laboratoire compris) et de personnes enracinées dans un confort 5 étoiles -sauf les bas salaires- auquel personne ne semble prêt à renoncer pour la cause. C'est sûr que ça n'avancera pas ainsi.   

    Oui c'est la tête d'un pauvre chat décapité dans le formol. Que lui est-il arrivé ? Il a été "expérimenté" pour ses cordes vocales... Les maladies génétiques restent incurables parce que les méthodes de recherche sont inapplicables aux animaux. Puissent les hurlements des animaux parvenir à l'AFM afin que la  science progresse et cesse cette abomination !      

    "Téléthon : La directrice s’achète une maison et des rémunérations à 100 000 euros (avec vos dons)" 

    "Pierre Bergé (note d'Unanimus : co-fondateur de Sidaction, mécène, PDG et ami de feu Yves Saint Laurent) a déclaré que l’Association Française contre les Myopathies réalise des achats immobiliers avec les dons du Téléthon. Est-ce vrai ?

    Que lit-on dans le rapport de la Cour des comptes sur l’AFM (qui date de 2004)?
    Des choses étonnantes.
    Notamment à la page 79 du rapport.

    –  L’achat d’une maison dans l’Essonne pour la directrice générale de l’association
    Or, note la Cour des Comptes: « bien que l’AFM ait exposé chaque année dans son rapport annuel la composition de l’ensemble de son patrimoine immobilier, cette maison n’y a jamais figuré. Les donateurs n’ont donc pas eu connaissance de son achat, de son utilisation ou de son coût. »

    D’autres pratiques de gestion de l’association sont également critiquables: la Cour évoque des rémunérations supérieures à 100 000 euros bruts (page 8.).

    Et sans parler de ce paragraphe étonnant (page 81): « De même, à l’occasion d’une mission à Papetee, un cadre de l’association est allé passer un samedi et un dimanche à Bora-Bora : le coût du trajet en avion entre Papetee et Bora-Bora ainsi que celui de l’hébergement et de la restauration ont été imputés en missions sociales dans le compte d’emploi. »
    Note de la rédaction du Post: l’association a reçu le prix « Cristal de la transparence en 1998 rappelle Bakchich, qui a effectué un comparatif entre l’AFM et le Sidaction. !!!  

    Sur RMC, Marc Reidiboym, auteur d’un livre sur les comptes des associations Donateurs si vous saviez, explique: « l’AFM a des pratiques critiquables… comme la plupart des associations. Certains investissements immobiliers se sont avérés hasardeux (l’achat d’un centre de conférence sous-utilisé sans l’Essonne). 

    – La facture de France Télévisions pour le coût de la réalisation de l’émission augmente chaque année. Il y a de la transparence, mais il n’y en a pas assez ».
    (Sources: Bakchich, RMC, Cour des Comptes)

    – Le total des indemnités versées (indemnités conventionnelles et transactionnelles) a été de 192.655 euros et 191.728 euros pour deux autres cadres de direction partis respectivement après quatorze et quinze années passées à l’AFM.D

    – Les avantages en nature

    Un certain nombre d’avantages ont été consentis par l’AFM à plusieurs salarié

    35.1 – Logement de fonction Après la nomination de sa directrice générale en 1991, l’AFM a acquis une maison dans l’Essonne pour 0,256 M »36″ ; bien que la directrice générale ait quitté l’AFM en 1998, elle a occupé cette maison jusqu’au milieu de l’année 1999″37″. Si l’achat de la maison a été, comme le prévoient les statuts de l’association, approuvé par l’assemblée générale, le procès-verbal de celle-ci ne fait pas apparaître que la destination de la maison avait été portée à la connaissance des adhérents.

     L’AFM a invoqué pour justifier l’achat de ce bien immobilier la nécessité de loger son directeur général dans l’Essonne. Cependant, aucun autre directeur général de l’AFM n’a résidé ou ne réside dans l’Essonne ni n’a bénéficié d’un logement de fonction. Or les associations reconnues d’utilité publique « ne peuvent posséder ou acquérir d’autres immeubles que ceux nécessaires au but qu’elles se proposent », selon l’article 11modifié de la loi du 1er juillet 1901.

      Bien que l’AFM ait exposé chaque année dans son rapport annuel la composition de l’ensemble de son patrimoine immobilier, cette maison n’y a jamais figuré. Les donateurs n’ont donc pas eu connaissance de son achat, de son utilisation ou de son coût.
       
    35) L’association n’a pas toujours communiqué à ce sujet au cours de l’instruction des informations cohérentes avec les documents comptables. Dans plusieurs cas, une première réponse présentait les pratiques de l’AFM sous un jour plus modeste et plus conforme aux dispositions législatives et réglementaires que dans la réalité.  

    36) Cette maison comprend cinq chambres et un jardin de 1000 m². 

    37) Elle a ensuite été louée par l’AFM à une société, puis revendue en 2003 avec une moins value de 30 490 euros."

    SOURCE : http://pensetouseul.unblog.fr/2009/11/23/telethonla-directrice-sachete-une-maison-et-des-remunerations-a-100-000-euros-avec-vos-dons/

    Relayé en clair par LE COIN UTILE : http://lecoinutile.com/?p=4987 

    Unanimus.overblog


    votre commentaire
  •                                                                          2017      112 p.    13,50 €

       Sensibiliser les enfants à l'écologie est aujourd'hui devenu une priorité pour les adultes désireux de former de futurs éco-citoyens. Et pour favoriser le rapprochement avec la nature, quoi de mieux que des activités ludiques, à base d'éléments glanés lors de promenades en forêt, de balades sur les marchés ou d'un pique-nique dans le jardin ?
      Pour encourager la créativité des enfants à partir de 2 ans, cet ouvrage regroupe une vingtaine de recettes de base pour fabriquer pâte à modeler, peinture végétale, colle de farine, pains d'argile, préludes à une série d'activités certifiée "zéro déchet " et 100% eco-friendly !
      Au programme : découpage, collage, dessin, modelage, tissage, initiation au land art et aux vertus du recyclage... Une façon amusante de démontrer que "faire " vaut mieux qu'"acheter", tout en sensibilisant les plus jeunes au respect de l'environnement.

       Nathalie Boisseau. Après avoir travaillé dans le domaine de la création graphique et du développement web, et rédigé des articles pour la presse magazine (Aladin, Biba, Plaisir de peindre, Prima, Pratique des arts), elle crée, en 2007, www.espritcabane.com, site consacré à l'écologie pratique, orienté vers la décoration, le bricolage et l'entretien de la maison. Dans la collection "Tout beau tout bio", Nathalie Boisseau est l'auteure de plusieurs ouvrages :

       -La Chambre de bébé au naturel,

      -Le Ménage au naturel,

      -Créations au naturel,

      -Peindre et décorer au naturel (tomes 1 et 2) et

      -La Peinture suédoise.


    votre commentaire
  • La Grande kermesse du Téléthon

    Publié par Sylvie Simon  (1927-2013)  7 Décembre 2013,

      http://www.sylviesimonrevelations.com/article-la-grande-kermesse-du-telethon-

    Catégories : #Société - Corruption - Dérives- Scandales Sanitaires

    Article remonté du 10 décembre 2011

       Cette année, comme les autres depuis 22 ans, nous avons eu droit à la grande kermesse du Téléthon qui nous a démontré la grande générosité des Français, encore plus grande en cette année de restriction financière, grâce aux émouvantes évocations d’enfants atteints des maladies dites « orphelines » qui « vont disparaître grâce aux découvertes de la science ».

       Tout d’abord, lorsque des sommes aussi importantes sont recueillies et induisent de telles conséquences, leur usage mériterait d’être décidé par un conseil scientifique et social qui ne soit pas inféodé à l’organisme qui les collecte, comme c’est le cas actuellement.

       Ainsi, en avril 2005, le magazine Capital a publié un article qui nous a appris qu’une grande partie des fonds recueillis chaque année par l’AFM grâce au Téléthon servait à améliorer le quotidien de ses dirigeants. La Cour des comptes avaient relevé, entre autres, les salaires des dix principaux cadres qui atteignaient en moyenne à cette époque 7 676 euros par mois, sans compter les voitures de fonction, virées dans des quatre étoiles à Bora Bora, achats de vêtements personnels et de meubles, ainsi qu’une coquette villa avec jardin, femme de ménage et jardinier dans l’Essonne pour sa directrice de l’époque.

       Qu’en penseraient les « généreux donateurs », dont certains ont de petits moyens mais se privent « pour aider des enfants malades », s’ils apprenaient qu’ils n’aident qu’une industrie prospère avec des pouvoirs financiers vertigineux ? Grâce à l’intervention de la Cour des comptes, cette gabegie a peut-être disparu, mais les salaires des dirigeants n’ont surement pas été réduits malgré la « crise » qui ne touche pas tout le monde, loin de là.

       Mais le point le plus important est cette science génétique qui cherche à éblouir tout le monde et que personne ou presque ne remet en cause. Rappelons-nous une interview de Jacques Testart, Directeur de recherche à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), spécialiste en biologie de la reproduction, « père scientifique » du premier bébé éprouvette français, donc bien placé pour nous parler des « progrès » de la génétique.

    Cette interview a été publiée en 2007 par Internationalnews, reproduite alors par de nombreux sites, et reste toujours d’actualité.

    4160175774_7a703effd9.jpg

       Le Pr Testart s’indignait alors contre « La grande escroquerie du Téléthon » :
       « C’est scandaleux. Le Téléthon rapporte chaque année autant que le budget de fonctionnement de l’Inserm tout entier. Les gens croient qu’ils donnent de l’argent pour soigner. Or la thérapie génique n’est pas efficace. Si les gens savaient que leur argent va d’abord servir à financer des publications scientifiques, voire la prise de brevets par quelques entreprises, puis à éliminer des embryons présentant certains gènes déficients, ils changeraient d’avis. […]
       « Faute de pouvoir guérir les vraies maladies, on va chercher à les découvrir en amont, avant qu’elles ne se manifestent. Cela permettra une mainmise absolue sur l’homme, sur une certaine définition de l’homme. »


       Ce constat rejoint celui de Bertrand Jordan, Docteur en Physique nucléaire reconverti à la Biologie moléculaire, ancien directeur de recherches au CNRS, qui écrit : « La communauté médico-scientifique, dont les gènes sont le fonds de commerce, nourrit le grand public d’illusion ».

       Pour Bertrand Jordan, les imposteurs sont tous ceux qui contribuent à de telles dérives, par légèreté, par inconscience, parfois aussi par intérêt, les scientifiques imprudents, naïfs ou même malhonnêtes, les médias qui cherchent avant tout le sensationnel, les hommes politiques qui évitent d’aborder des questions difficiles comme la contradiction entre droit aux soins et économie libérale et enfin les citoyens qui n’assument pas leurs responsabilités et se contentent d’idées simples, faciles à comprendre (cf. Les imposteurs de la génétique).

    1118096050_66f1de95e4.jpg  En outre, les adeptes de la thérapie génique sont souvent les mêmes que ceux des OGM, alors que plus des ¾ des Français les refusent. Mais ils ne font jamais le rapprochement entre ces deux méthodes et persistent à donner des sommes qui pourraient être consacrées à des maladies tout aussi terribles, et cent ou mille fois plus fréquentes. En effet, le potentiel caritatif n’étant pas illimité, ce que l’on donne aujourd’hui au Téléthon, on ne le donnera pas demain contre d’autres maladies, comme le paludisme qui tue 2 millions de personnes chaque année, alors qu’une grande partie des sommes recueillies pour le Téléthon alimentent d’innombrables laboratoires dont elles influencent les orientations.

       De toute manière, étant donné que ces laboratoires cherchent en vain à guérir la maladie depuis plus de 50 ans, la thérapie génique ne doit pas être la stratégie idéale pour soigner la plupart des maladies génétiques. Si ces pistes étaient bonnes, l’AFM (Association française contre les myopathies), qui recueille et redistribue à sa guise les fonds collectés, aurait dû trouver depuis belle lurette.

       Et enfin, cette recherche persiste à tester les médicaments en torturant longuement des animaux : chiens et chats volés à leurs maîtres, des labradors spécialement élevés pour servir de cobayes, des singes spécialement importés avec les dangers qu’ils représentent, alors qu’on sait que les expériences sur les animaux ne sont pas valables pour les humains. Pour en avoir la preuve, il suffit de constater la toxicité des nombreux médicaments retirés de la vente après avoir tués des milliers de personnes, alors qu’ils avaient été approuvés grâce à ces expériences aussi inutiles que sauvages.

      Enfin, cette thérapie génétique n’est pas sans rappeler l’eugénisme qui vise à « améliorer » l’espèce humaine, ce qui risque de déboucher sur des perspectives terrifiantes. On est proche des expériences de certains nazis, tel le fameux Dr Mengele. Il existe déjà des querelles juridiques en ce qui concerne la prise de brevets sur le génome humain et, malgré la position ferme du Comité international de bioéthique, on se demande s’il ne se laissera jamais influencer par les intérêts financiers colossaux que représente le marché de la génétique.


    votre commentaire

  • desert-Namibie                                 Désert de Namibie
                                                         Crédit : Katja / Pixabay - Licence :

    Les sécheresses font plus de victimes et provoquent plus de déplacements de populations que cyclones, inondations et séismes réunis. Ces catastrophes naturelles, moins spectaculaires, sont pourtant moins médiatisées.

    Depuis les années 1970, les superficies touchées par la sécheresse ont doublé, et ce sont souvent les femmes, les enfants et les personnes âgées qui payent le plus lourd tribut.

    A ce jour, 168 pays (sur 197) se disent touchés par la désertification, processus de détérioration des sols dans les régions arides qui se répercute sur la production alimentaire et qui est exacerbé par la sécheresse.

    Sécheresse : définition

    D'après la définition des climatologues, on parle de sécheresse lorsqu'il n'y a pas eu de précipitations sur une zone pendant une longue période. La sécheresse ne sera pas déclarée de la même façon selon les pays et leur climat; par exemple :

    • en France, on parlera de "sécheresse absolue[1]" lorsqu'il n'y aura pas eu de pluie pendant 15 jours consécutifs au minimum ;
    • aux Etats-Unis, si une zone étendue reçoit seulement 30 % de précipitation ou moins que d'habitude pendant au moins 21 jours, alors on parlera de sécheresse ;
    • en Australie, lorsque qu'un terrain reçoit moins de 10 % de précipitation par rapport à la moyenne annuelle, il est déclaré en état de sécheresse ;
    • en Inde, il faut que les précipitations annuelles soient inférieures de 75 % aux normales saisonnières.

    La sécheresse ne doit pas être confondue avec l'aridité[2]. En effet, une région aride peut connaître des épisodes de sécheresse. Le manque de pluie sera une caractéristique permanente du climat de la zone aride. Il s'agit généralement de régions où la pluie est rare et les températures sont élevées. La sécheresse sera donc un phénomène ponctuel sur une zone.

    Les différents types de sécheresse

    Il existe plusieurs types de sécheresses :

    • la sécheresse météorologique correspondant à un déficit prolongé de précipitations ;
    • la sécheresse agricole qui se caractérise par un déficit en eau dans les sols d'une profondeur maximale de 2 mètres, qui a un impact sur le développement de la végétation. Ce type de sécheresse va dépendre des précipitations reçues sur la zone, ainsi que de l'évapotranspiration[3] des plantes. Cette sécheresse sera donc sensible au climat environnant, soit l'humidité, les précipitations, la température ambiante, le vent mais aussi le sol et les plantes ;
    • la sécheresse hydrologique se manifeste lorsque les cours d'eaux (nappes souterraines, lacs ou rivières) montrent un niveau anormalement bas. Les précipitations vont être un facteur clé, mais aussi du type de sol contenant les cours d'eau, selon s'il est perméable ou non ce qui va jouer sur l'infiltration et le ruissellement de l'eau.

    Les causes des sécheresses

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •                                                                  2017    64 p.   8 €  

       La viande soulève des débats passionnés. Alors, pour passer à l'action, dédramatisons ! Entre les postures radicales "viandard" ou "vegan", mille voies sont possibles et celle qui convient à l'un ne sera jamais tout à fait la même que pour son voisin.
      Si plus personne aujourd'hui ne peut ignorer qu'il est urgent de s'emparer de ce sujet dans notre quotidien, on oublie trop souvent, en effet, cette notion essentielle : à chacun de le faire à son rythme et à sa manière. Comment ?
      Cet ouvrage apporte des réponses simples, dont la force est de s'appuyer, précisément, sur nos différences. Il nous entraîne dans un passage à l'acte personnalisé et libérateur.
      Où le "moins" se transforme en "plus" : plus de saveurs, de couleurs et de nutriments.
      Et où le "mieux" permet enfin de rendre sa noblesse à un aliment "de choix", issu du vivant : la viande.
      Une démarche d'ouverture, bien plus que de vertu, qui nous amène à renouer avec cette longue histoire commune qui lie les hommes et les animaux.

       Gilles Daveau est consultant et formateur en "cuisine alternative" depuis 1987. Il intervient auprès des pouvoirs publics et des collectivités locales et anime des ateliers de cuisine pour tous. Il est le coauteur de

      -Savez-vous goûter... les légumes secs ? (Presses EHESP, 2014) et l'auteur du

      -Manuel de cuisine alternative (Actes Sud, 2014).

      Etienne Friess est illustrateur de bandes dessinées et de livres jeunesse. Il a publié aux éditions Margot:

       -Ici reposent tous les oiseaux (2013)

      -Félicien et son orchestre (2014)

      -Les indiens sont à l'ouest (Little Village, 2015)

      -Selpan (Les P'tits Béréts, 2016).


    votre commentaire
  •                                                             2017   320 p.   23 €

       " Madame, si vous refusez l'opération, vous ne serez plus là à Noël ", s'entend dire Maryse à l'automne 2011, alors qu'elle vient de décliner une intervention chirurgicale pour soigner son cancer du sein pour cause d'allergie grave aux produits anesthésiants. Son médecin, le Dr Charrié, accepte de respecter et accompagner sa démarche, à condition de suivre des principes nutritionnels anti-cancer précis.

      Noël 2016 : le cancer de Maryse s'est stabilisé, voire a régressé, et elle mène une vie normale et pleine d'entrain...

      Fruit d'une rencontre entre une patiente, son médecin formé à l'endobiogénie et une journaliste spécialisée en santé, cet ouvrage présente des principes nutritionnels inédits pour lutter contre le cancer et les maladies inflammatoires.

       Le fonctionnement de la cellule cancéreuse, les facteurs de risques, les aliments et plantes interdits ou au contraire à favoriser y sont clairement répertoriés. 

     Que ton alimentation soit ton premier médicament !

      •• Un guide exceptionnel réunissant principes nutritionnels inédits, conseils pratiques et recettes adaptées pour lutter contre le cancer.

      •• Des explications scientifiques habilement vulgarisées pour donner au lecteur une vue globale de la manière dont la cellule cancéreuse – et plus largement le processus inflammatoire – se nourrit et pour comprendre comment l’affamer et ainsi freiner, voire stopper le processus : fonctionnement de la cellule cancéreuse, facteurs de risques, aliments interdits ou à favoriser…

      •• Le résultat d’une belle rencontre entre une patiente malade du cancer, écartée des protocoles de soins classiques et condamnée à court terme par la médecine conventionnelle, dont la maladie est aujourd’hui stabilisée, voire en régression, et un médecin porte-parole d’une nouvelle approche médicale prometteuse et riche de 40 ans de succès thérapeutiques et de publications scientifiques récentes.

      •• La mise en application d’une médecine exigeante, personnalisée et intégrative qui, sans écarter le recours aux traitements chimiques nécessaires, s’appuie sur l’implication du patient dans son hygiène de vie et son alimentation, ainsi que sur les plantes comme outil thérapeutique de prédilection.

      •• Un exemple qui permet de montrer le poids de l’alimentation dans la pathologie cancéreuse ou inflammatoire et la possibilité pour chacun d’être véritablement acteur de sa santé, même et surtout lors de maladies graves. 

      •• 150 recettes patiemment concoctées par la patiente au fil des années, sur les conseils du Dr Charrié, qui permettent de mettre en application les principes nutritionnels théoriques préconisés par le médecin.

      •• Des conseils très pratiques pour bien s’alimenter en toutes circonstances, faire ses courses, s’organiser…

      •• Un outil unique pour tous ceux qui veulent prendre en main leur santé et leur assiette, appelé à devenir un compagnon indispensable du quotidien. L’ouvrage sort juste avant la 24ème édition de la campagne «Octobre rose ». Cette campagne a pour objectif de mobiliser les femmes et leur entourage sur le cancer du sein et sur l’importance du dépistage, de sorte que le mois d’octobre de chaque année soit une plateforme d’information, de sensibilisation, de dialogue et de lutte contre le cancer du sein.  

         Le docteur Jean-Christophe Charrié est médecin généraliste installé depuis 1998 à La Rochelle. Prix national des thèses de Médecine générale en 1998, il s'est formé à la phytothérapie clinique dès 1997 à la Faculté de pharmacie de Monastir (Tunisie) en collaboration avec la Société française d'endobiogénie et médecine (SFEM). Membre de la SFEM de 1998 à 2008, il en a suivi l'enseignement interne et y a été également formateur.
    Depuis 2008, il enseigne la phytothérapie clinique dans le cadre de la Société internationale de médecine endobiogénique et de physiologie intégrative (SIMEPI) en France et à l'étranger.
       Sa dernière action a été de former les médecins de santé publique de la ville de Mexico, dans le cadre d'une convention de leur ministère de la Santé, permettant l'introduction obligatoire depuis 2009 de la plante médicinale dans le système de santé publique et gratuit du district fédéral de Mexico. Il enseigne également à des médecins et des pharmaciens en France, dans le cadre d'un partenariat entre la SIMEPI et l'Association des usagers de la plante médicinale Phyto2000.


    votre commentaire
  •   Chers colibris,

     

    Nous avons le plaisir de vous annoncer l'ouverture des inscriptions au nouveau MOOC "Conception en permaculture" ! Il se déroulera du 29 novembre à mi-février 2018.
      La permaculture est cette "science du design écologique". Avec l'hiver qui arrive, c'est le moment propice pour se poser et réfléchir aux projets que nous mènerons à la prochaine belle saison !
     
    Pour ceux qui n'en ont pas encore suivis, les MOOC de Colibris sont des formations gratuites, en ligne, ouvertes à tous. Ils peuvent rassembler plusieurs milliers de personnes pendant quelques mois. Cela vous permet de les suivre à votre rythme, et d'où vous voulez !
     
    Pendant la durée de ce MOOC, vous allez constituer une communauté d'apprentissage autour de la permaculture. Vous bénéficierez des apports d'une dizaine d'intervenants et d'intervenantes spécialistes, français comme étrangers, mais aussi de la dynamique que vous, participants, allez créer. Ainsi des rencontres en présentiel et des activités dans des lieux inspirants permettront d'être en lien, au-delà de nos écrans.
     
    Ce MOOC est l'occasion de comprendre ce qu'est la permaculture, son éthique, ses principes et les méthodes de conception qu'elle propose. La permaculture n'est pas un ensemble de techniques de jardinage, elle est avant tout une philosophie, une “science” diraient certains, pour concevoir des projets résilients et efficaces en s'inspirant des processus naturels. Elle s'applique dans de nombreux domaines, et en particulier pour concevoir son lieu de vie, une oasis, un potager...
       
       Alors, inscrivez-vous dès maintenant,
      https://colibris-universite.org/formation/mooc-conception-en-permaculture
    grâce au tout nouveau site de l'Université des colibris (attention peinture fraîche !), qui va s'enrichir de nombreux contenus et formations dans les prochains mois ! Les formations de Colibris passent désormais par ce nouveau site, qui vous demandera de créer un compte.   M

    votre commentaire
  • Sommeil : les enfants plus sensibles que les adultes à la lumière des écrans

    Psychomédia
    Publié le 4 novembre 2017

     

    Avec leurs cerveaux, leurs habitudes de sommeil et leurs yeux qui se développent encore, les enfants et les adolescents sont particulièrement vulnérables aux effets perturbateurs du sommeil de la lumière des écrans, selon une analyse des études sur le sujet publiée dans la revue Pediatrics.

    La grande majorité des études indiquent que les enfants et les adolescents qui utilisent davantage les médias à écran sont plus susceptibles de souffrir de troubles du sommeil. 

    Monique LeBourgeois de l'Université du Colorado à Boulder et ses collègues ont examiné les études qui traitaient des raisons pour lesquelles les médias numériques nuisent au sommeil.

    Sur plus d'une soixantaine d'études menées avec des jeunes de 5 à 17 ans dans le monde entier, 90 % ont constaté que plus de temps d'écrans est associé à un sommeil plus tardif, moins long et de moins bonne qualité

    Des facteurs biologiques, neurologiques et environnementaux jouent tous un rôle.

    Parce que leurs yeux ne sont pas pleinement développés, les enfants sont plus sensibles que les adultes à l'impact de la lumière sur l'horloge biologique interne.

    « La lumière est le principal chronométreur de l'horloge cérébrale », explique la chercheure. « Lorsque la lumière frappe la rétine dans l'œil dans la soirée, elle supprime la mélatonine, une hormone qui favorise le sommeil, retardant ainsi la somnolence et perturbant le rythme de l'horloge biologique. Nous savons que les plus jeunes ont des pupilles plus grandes et que leurs lentilles sont plus transparentes, de sorte que leur exposition et leur sensibilité à cette lumière sont plus grandes que celles des adultes. »

    Une étude a montré que lorsque les adultes et les enfants d'âge scolaire étaient exposés aux mêmes quantité et intensité de lumière, les niveaux de mélatonine des enfants diminuaient deux fois plus. Des études ont également montré que la lumière bleue à courte longueur d'onde, omniprésente dans les appareils électroniques portatifs, est particulièrement puissante pour supprimer la mélatonine.

    La « stimulation psychologique » des médias numériques, qu'il s'agisse d'une exposition à des contenus violents ou à des textos d'amis, peut aussi nuire sommeil en augmentant l'activation cognitive, notent les auteurs.

    « Les années préscolaires sont une période de développement très sensible au cours de laquelle l'utilisation des médias numériques est de plus en plus répandue », souligne la chercheure.

    Plus de 75 % des jeunes ont des médias à écran dans leur chambre à coucher et 60 % les utilisentx dans l'heure qui précède le coucher.

    La chercheure fait les recommandations suivantes aux parents :

    • Limitez l'utilisation des médias par les enfants dans l'heure qui précède le coucher.

    • Éteignez tous les appareils de médias électroniques, dont les vôtres, à l'heure du coucher et chargez-les dans un endroit central à l'extérieur des chambres à coucher.

    • Retirez tous les médias électroniques de la chambre à coucher de votre enfant ou adolescent, dont les téléviseurs, les jeux vidéo, les ordinateurs, les tablettes et les téléphones.

    Psychomédia avec sources : University of Colorado Boulder, Pediatrics.

    Lumière anti-sommeil des tablettes, smartphones et liseuses : deux stratégies efficaces

    Psychomédia
    Publié le 21 novembre 2015

    Les derniers modèles de tablettes et de smarphones émettent toujours des longueurs d'onde de lumière bleue particulièrement nocives pour le sommeil, montre une étude publiée dans la revue Frontiers Public Health. Même la liseuse Kindle qui n'émettait pas ces longueurs d'onde auparavant en émet maintenant.

    Paul Gringras du King’s College London et ses collègues ont analysé la lumière bleue émanant d'une tablette (l'iPadAir), d'un smartphone (l'iPhone 5s) et d'une liseuse (la Kindle Paperwhite).

    Les trois appareils émettaient une lumière enrichie d'ondes courtes pouvant nuire à la production de l'hormone mélatonine qui favorise le sommeil.

    Deux stratégies étaient efficaces pour réduire la lumière bleue :

    • des verres (lunettes) teintés orange et bloquant la lumière bleue (souvent publicisés pour les travailleurs de quart), peu dispendieux et disponibles dans le commerce ;
    • l'installation d'une application qui réduit l'émission de lumière à courte longueur d'onde.

    Puisqu'il ne faut pas s'attendre à ce que les gens utilisent systématiquement ces deux solutions, les chercheurs proposent que les fabricants dotent les appareils d'un mode « heure du coucher » automatique (sur le modèle du « mode avion ») qui remplacerait les émissions de lumière bleue et verte par une lumière jaune et rouge et réduirait l'intensité.

    Psychomédia avec source : Frontiers in Public Health.
    Tous droits réservés 

    Pour plus d'informations, voyez les liens ci-dessous : (sur Psychomédia)
    • Sommeil : 7 solutions à la lumière bleue des écrans et d'autres sources
    • La lumière en soirée influence la faim, la résistance à l'insuline et le sommeil

    votre commentaire
  • EDITO

    Par André Cicolella

    Président du Réseau Environnement Santé 

    reseau-environnement-sante.net

     

     
    RES-ACTUS n°32 Octobre/Novembre 2017

     

     DEMAIN, TOUS CRÉTINS ?

    C’est le titre du documentaire de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade, diffusé sur Arte, le 11 novembre. Cet intitulé peut sembler provocateur mais il correspond pourtant aux données scientifiques. Les perturbateurs endocriniens perturbent les hormones thyroïdiennes et par voie de conséquence la formation du cerveau du fœtus. Il en résulte une baisse du QI. Sans être tous crétins, les enfants d’aujourd’hui sont globalement moins intelligents qu’ils ne devaient être et sont davantage touchés par l’autisme et l’hyperactivité. Par ailleurs, nous sommes moins fertiles et certains même stériles, nous sommes plus atteints de cancers du sein et de cancers de la prostate, plus touchés par l’obésité, le surpoids, le diabète, et les maladies cardio-vasculaires… En outre, toutes ces maladies touchent des populations de plus en plus jeunes. A l’occasion de la journée mondiale de l’AVC, le RES a organisé une conférence de presse en Alsace, une région où le taux d'AVC a été multiplié par 4 en 17 ans, notamment chez les moins de 45 ans. L’AVC fait en France autant de victimes que le Sida chez les moins de 45 ans ! L'exposition aux Perturbateurs Endocriniens pendant la grossesse et la petite enfance en est une des causes principales. Il y a donc urgence à agir… Et pourtant, une nouvelle fois, l’interdiction programmée du glyphosate est repoussée au niveau européen. De même, les Etats Généraux de l’Alimentation n’abordent pas la question de la contamination de l’alimentation par les PE, alors que les estimations de l’ANSES montrent que 80 % de la charge en PE provient de l’alimentation.

    L’Assemblée générale de l’ONU de septembre 2018 traitera une nouvelle fois de la réponse à apporter à « l’épidémie mondiale de maladies chroniques ». L’OMS propose comme objectif général une diminution de 30 % de mortalité d’ici 2030, et plusieurs objectifs ciblés, comme l’arrêt de la progression de l’épidémie d’obésité et de diabète. Cependant, la Stratégie Nationale de Santé est lancée sans faire référence à ces objectifs. Il est temps que la société civile se prenne en main. Le colloque organisé par le RES, le 10 octobre dernier à Paris, « Villes et Territoires sans Perturbateurs Endocriniens », en a apporté la preuve. Les collectivités locales agissent déjà via leurs achats, dans les capitales à Paris, Madrid, Stockholm mais aussi dans les villes plus petites, celles de Cœur d’Ostrevent, Grande Synthe, Limoges avec le programme « crèches sans PE », Guéret et sa « maternité sans PE » … Demain, tous crétins ? Non, si nous réagissons.

    Le RES demande l’organisation d’Etats Généraux de la Santé Environnementale pour que l'on s’attaque enfin sérieusement aux causes des maladies.     


    votre commentaire
  •  5 court-métrages d’animation pour sensibiliser le jeune public à l’écologie et à l’environnement.

    36 minutes  14,95 €
    https://www.littlekmbo.com/product-page/ma-petite-plan%C3%A8te-verte

    LE PROGRAMME COMPLET

    Bienvenue chez moi ! - Corée du Sud - 2012 - 5’30 :

    Comme son igloo a fondu, un petit inuit décide de partir à la recherche d’une nouvelle maison. En chemin, il rencontre des animaux polaires qui fuient. Où trouver un nouveau chez soi ? Comment aider les animaux ?

    S’il vous plaît, gouttelettes ! - Mexique - 2013 - 5’

    Ponkina aime jouer avec l’eau. Parfois elle en gaspille un peu trop… Un beau jour, il n’y en a plus ! La petite fille décide alors d’aller trouver la source de l’eau chérie. 

    Paola, poule pondeuse - Belgique - 2008 - 6'

    Paola est une poule qui travaille dans une usine. Un jour elle reçoit une carte postale de sa cousine qui vit dans une ferme. Paola décide de s’évader et de la rejoindre. Son aventure vers une vie nouvelle commence.

    Prends soin de la forêt, Pikkuli ! - Finlande - 2015 - 5' :

    Par une belle journée, au fond des bois, de petits animaux décident d’organiser un fête et de jouer de la musique. Mais la forêt est pleine de déchets et d’objets dangereux, un tout petit oiseau, prend alors les choses en main.

    Le bac à sable - Canada - 1995 - 13’ :

    Il faut une maison pour Nounours !

    Deux enfants imaginent un vaste espace pour leur peluche. Mais ce n’est pas facile de protéger un animal sauvage. Ni de préserver un coin de nature...

       Little KMBO s'est donné pour vocation de faire vivre leurs premières expériences de cinéma à de très jeunes spectateurs, de donner accès à des films adaptés à tous âges, à des créations venues des quatre coins du monde, à des histoires à caractère pédagogique. Et ce, en offrant des pistes de travail, du matériel et un accompagnement destinés aux acteurs de l’éducation à l’image afin de mettre en place des séances jeune public.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • 2017   160 p.    15 € 

       Smartphone cassé, lave-linge en panne, pantalon trop vite usé, imprimante inutilisable... quel est le point commun entre tous ses biens de consommation ?

      Ils sont tous victimes d'obsolescence programmée, symbole d'une société du gaspillage, qui nuit autant à l'environnement qu'aux consommateurs, tout en reposant sur un modèle économique à bout de souffle.

       Comment sortir de ce modèle économique et social ?

      Comment et pourquoi les acteurs politiques en sont venus à voter au Parlement en juillet 2015 une loi sanctionnant le délit d'obsolescence programmée ?

      Autant de questions auxquelles répond cet ouvrage en proposant non seulement d'analyser le problème et ses enjeux, mais aussi de passer en revue les solutions possibles.

    Laetitia Vasseur : « Tout le monde a intérêt à l’obsolescence programmée »

    M le magazine du Monde | Mis à jour le 24.02.2017 | Par Damien Dubuc

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  ........

      La psychologue américaine Jean M. Twenge étudie depuis vingt-cinq ans le comportement social et affectif des jeunes. Elle a observé ces dernières années un séisme.

    Dans un article intitulé « Les smartphones ont-ils détruit une génération [1] ? », elle explique que tout a changé à partir de 2012.

    Cette année-là, plus d’un ado sur deux était équipé d’un smartphone. Aujourd’hui, c’est quatre sur cinq.

    Durant cette période, les évolutions suivantes se sont produites. Elles concernent toutes les classes de la population, riches ou pauvres :

    • les symptômes dépressifs se sont accrus de 50 % chez les filles et de 21 % chez les garçons, de 2012 à 2015 ;
    • le nombre de filles qui se sont suicidées a triplé entre 2007 à 2015, et celui des garçons doublé ;
    • le nombre de jeunes qui voient des amis tous les jours a baissé de 40 % entre 2000 et 2015 ;
    • actuellement, les jeunes de 16 ans sortent moins que ne le faisaient ceux de 12 ans en 2009. Ils sont en train de cesser progressivement de sortir et de se socialiser dans les parcs, squares, etc., et restent seuls chez eux avec leur smartphone ;
    • en 2015, seuls 56 % des élèves de terminale sont « sortis » avec quelqu’un, contre 85 % des jeunes dix ans plus tôt, un chiffre qui était stable depuis les années 1960 ;
    • le nombre d’enfants qui manquent de sommeil a augmenté de 57 % entre 1991 et 2015 ;
    • aux États-Unis, où l’obtention du permis de conduire était le rêve de tous les jeunes autrefois, le passeport pour la liberté, on observe un désintérêt massif des adolescents, qui préfèrent rester dans leur chambre sur leur smartphone et se faire conduire par leurs parents ;
    • concernant la consommation d’alcool, les rencontres amoureuses, les adolescents se comportent comme nous le faisions à 15 ans, et ceux de 15 ans comme nous le faisions à 13 ;
    • s’ils sortent moins souvent, les rares fois où ils le font sont abondamment communiquées sur Snapchat, Instagram ou Facebook. Ceux qui ne sont pas invités se sentent donc cruellement exclus : le nombre de jeunes filles se sentant rejetées et isolées a augmenté de 48 % de 2010 à 2015 et le nombre de garçons de 27 %.

         .......

    « Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… »

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •                                                               2013   405 p.   22 €

       Dix-huit militants altermondialistes ont été suivis pendant cinq ans, en France et en Allemagne, pour cet ouvrage. L'enquête a été menée à partir de données empiriques collectées lors d'entretiens et d'observations ainsi que par le biais de questionnaires. Les trajectoires de ces activistes engagés "pour un autre monde" mettent en lumière l'opportunité qu'a représentée l'émergence de l'altermondialisation pour des jeunes militants déçus par l'offre politique nationale, puis les mécanismes de défection et de reconversion qui ont touché la majorité de l'échantillon.

      L'analyse fait apparaître plusieurs explications à ces fluctuations de l'engagement : si elles résultent pour partie d'inflexions dans la trajectoire biographique des acteurs observés, elles sont aussi directement corrélées à l'évolution du mouvement et des organisations alterrnondialistes, ainsi qu'au changement des opportunités politiques et militantes nationales.

       Enfin, la comparaison franco-allemande permet de relativiser la dimension transnationale de l'altermondialisation et de réaffirmer l'ancrage militant national du mouvement altermondialiste.

       Ariane Jossin est chercheuse en Sciences politiques et en Sociologie au sein de l'UMR IRICE (CNRS, universités de Paris I et Paris 4, La Sorbonne). Elle est spécialiste de la sociologie du militantisme, des migrations et du genre.


    votre commentaire
  • De l'agent orange au glyphosate, comment Monsanto a tout fait pour couper l'herbe sous le pied de ses détracteurs

    Une enquête du "Monde" a montré comment le géant des produits phytosanitaires a contré les études sur la dangerosité du glyphosate, composant de l'herbicide Roundup. Et ce n'est pas la première fois que la firme américaine utilise ce type de méthodes très controversées. 

    Une marche contre Monsanto à Marseille, le 20 mai 2017.        Une marche contre Monsanto à Marseille, le 20 mai 2017. (CITIZENSIDE / AFP)

    Carole Bélingard    France Télévisions

           Mis à jour le 24/10/2017 
     

     http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/de-l-agent-orange-au-glyphosate-comment-monsanto-a-tout-fait-pour-couper-l-herbe-sous-le-pied-de-ses-detracteurs_2405936.html#xtor=EPR-51-[de-l-agent-orange-au-glyphosate-comment-mon

    Un géant des produits phytosanitaires à la réputation sulfureuse. En 2016, Monsanto a dégagé un chiffre d'affaires de plus de 13 milliards de dollars. Notamment grâce à son produit phare : le glyphosate présent dans le désherbant Roundup. Les Etats-membres de l'Union européenne doivent décider, mercredi 25 octobre, du renouvellement, ou non, du glyphosate pour les dix prochaines années. Mais la firme ne se résume pas au glyphosate. Monsanto, fondé à Saint-Louis dans le Missouri (Etats-Unis), en 1901, s'est d'abord distingué en devenant le numéro 1 mondial dans la production de la saccharine, un édulcorant artificiel. Rapidement, l'entreprise s'est diversifiée dans la fabrication d'herbicides, puis les biotechnologies. Et les scandales ont commencé à fleurir.

    Franceinfo revient en cinq histoires sulfureuses sur la trajectoire de cette firme américaine en passe d'être rachetée par un autre géant de l'agrochimie, l'allemand Bayer.

    Le scandale de "l'agent orange"

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Un traité international sur le devoir de vigilance des multinationales ébauché en 2018 

    Le devoir de vigilance impose aux entreprises de contrôler le respect des droits humains tout au long de leur chaîne d’approvisionnement. Intégré depuis le début des années 2 000 dans les textes internationaux destinés aux multinationales mais non contraignant, il commence, doucement à prendre corps dans le droit dur.

    Un traité international sur le respect des droits humains, légalement contraignant pour les multinationales, est en cours d'élaboration au niveau onusien.
    Aref Karimi / AFP

    C’est une vague de fond. La responsabilité des multinationales sur le respect des droits humains, tout au long de leur chaîne d’approvisionnement, tend à sortir du domaine de l’autorégulation. Le chemin sera long et pavé d’embûches. Mais le mouvement est là, poussé par les scandales humains et environnementaux comme celui de l’effondrement du Rana Plaza qui, en 2013, a tué plus de 1 000 ouvriers au Bangladesh.  

    Fin octobre, un groupe intergouvernemental de travail, mandaté par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, planchait pour la troisième année consécutive sur ce sujet. Il vise à élaborer un instrument international contraignant destiné à prévenir les violations des droits humains par les multinationales et les pénaliser en cas de manquement. L’initiative onusienne, portée par l’Équateur, l’Afrique du Sud et de nombreux pays en développement, date de 2014. La session d’octobre 2017 a permis d’élaborer de pemières pistes pour un traité. Celle-ci reprend en grande partie les éléments de la loi française sur le devoir de vigilance (1) de mars 2017.

    On y retrouve l’obligation pour les sociétés transnationales de mettre en place des procédures de prévention et de suivi de leurs opérations dans le but d’éviter les violations de droits humains, par le biais d’un "plan de vigilance"(2). Mais le texte va plus loin en mentionnant notamment le renversement de la charge de la preuve. Cela signifie que c'est à l'entreprise accusée par des plaignants de prouver qu'elle n'en est pas responsable d'un dégât. C'est un point que la société civile avait poussé sans succès dans la loi française mais et qui doit permettre une meilleure protection des victimes.

    Vents contraires

    En tant que pays pionnier en la matière, la France est attendue par la société civile et les pays en développement comme un acteur central pour faire aboutir ce processus (3). Si celle-ci fait effectivement partie des plus allants sur le sujet dans le monde occidental – ce traité est une "nécessité" et la France y "participe de manière active et assidue" a assuré le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian -, son influence reste de fait limitée, du fait de son appartenance à l'Union européenne. 

    Or cette dernière est pointée du doigt par la société civile pour sa position ambigüe par rapport à un tel traité. Mais si Bruxelles est critiqué pour son manque d’allant, les États-Unis, l’Australie ou le Canada, qui font partie des plus grands pays d’accueil des multinationales, sont eux carrément aux abonnés absents. La confédération syndicale internationale dénonce le lobby des entreprises quand les ONG pointent celui des pays occidentaux.

    L’adoption d’un traité international contraignant n’est donc pas pour demain mais la poursuite des négociations doit être interprétée comme un signal pour les multinationales. Prochaine étape : l’élaboration d’une ébauche de traité par le président du groupe de travail onusien en 2018.

    Béatrice Héraud @beatriceheraud   © 2017 Novethic - Tous droits réservés

    (1) http://www.novethic.fr/isr-et-rse/actualite-de-la-rse/isr-rse/devoir-de-vigilance-les-nouvelles-obligations-des-entreprises-144342.html

    (2) http://www.novethic.fr/empreinte-sociale/droits-humains/isr-rse/comment-anticiper-la-mise-en-place-des-plans-de-vigilance-144002.html

    (3) Dans une lettre ouverte datée du 18 octobre 2017, 242 députés français ont demandé au président de la République de soutenir publiquement le traité lors des négociations onusiennes.

     


    votre commentaire
  •   http://www.dailymotion.com/video/xavgs2http://www.dailymotion.com/video/xavgs2

     


    votre commentaire
  •    Alors que les rites traditionnels n’ont plus la cote, la question de funérailles écologiques prend tout son sens et s’impose de plus en plus comme un critère de choix. Pour aider les familles à y voir plus clair, la Fondation Services Funéraires de la Ville de Paris, à l'approche de la Toussaint, a publié une étude qui compare l’impact environnemental de l’inhumation et de la crémation, les deux seules pratiques légales en France. 

       La crémation est de plus en plus plébiscitée par les Français avec une croissance de 56 % depuis 1975. Cette année, le taux de crémation atteindra ainsi 40 %. L’argument écologique est évoqué en deuxième position. Mais ce rite est-il vraiment moins impactant pour la planète que l’inhumation ? Pour le savoir, la Fondation Services Funéraires de la Ville de Paris (SFVP) a lancé une étude (1) avec la start-up Verteego. Un travail inédit.

    Les recherches, dont le périmètre est limité à la région parisienne, ont pris en compte l’ensemble du cycle de vie du service, de la prise en charge du corps jusqu’à sa décomposition. Matières premières, logistique, consommation d’énergie, déchets… Tout a été passé au crible. Et les conclusions sont particulièrement éclairantes.

    L’inhumation équivaut à 3,6 crémations

    Si l’on s’intéresse à la crémation, le premier poste d’émissions de gaz à effet de serre (GES) est évidemment la consommation de gaz. La quantité moyenne nécessaire est de l’ordre de 42 mètres cubes. Puis viennent les crématoriums (construction et utilisation) et le cercueil (origine du bois, vernis et teintes). Ainsi, une crémation équivaut en moyenne à 3 % des émissions d’un Français sur un an. Elle produit environ 1 kilogramme de déchets à traiter car dangereux mais aussi, 1 kg de déchets à valoriser comme les chutes de bois ou encore les métaux issus de prothèses.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • COMMUNIQUE

    Les Professeurs Luc Montagnier, Prix Nobel de Médecine et Henri Joyeux, Prix international de cancérologie, résument en 7 points leur conférence de presse commune du 7 novembre 2017.

     
    1/ Nous ne sommes pas contre les vaccinations contrairement à ce que diffusent des médias et des communicants médiatiques, y compris médecins, sous influence directe ou indirecte des laboratoires fabricants. La science vaccinale est complexe, et notre environnement a beaucoup changé depuis un siècle ce qui rend difficile les vaccinations en masse comme autrefois.

    2/ Nous nous opposons pour 3 raisons essentielles à l’obligation vaccinale des 11 vaccins proposée dès la 6ème semaine de vie du nourrisson, dont les défenses immunitaires sont en construction : 

    • la somme des vaccins proposés injecte au nourrisson une quantité d’aluminium excessive, adjuvant bio-persistant ayant démontré sa nocivité localement au point d’injection et aussi sa pénétration sous forme d’agrégats aluminiques jusqu’au cerveau et dans d’autres zones du corps (os, reins) comme cela a été démontré chez les ouvriers respirant les poussières lors de l’extraction de la bauxite (maladies professionnelles).
    De plus, l’aluminium présent dans les vaccins vétérinaires s’est révélé toxique pour les animaux, responsable directement ou indirectement de sarcomes (cancers de mauvais pronostic) dans la zone de vaccination dans les 3 ans post vaccination et dans d’autres zones du corps 5 ans plus tard : ostéosarcomes, fibrosarcomes, chondrosarcomes.. au niveau des membres, du thorax et de l’abdomen. Nos chats seraient-ils mieux soignés que nos enfants, puisque l’aluminium a été retiré des vaccins vétérinaires par une filiale de Sanofi ? 

     

    • l’excès de vaccins peut être responsable de mort subite du nourrisson dans les jours ou les mois qui suivent la vaccination : 250 à 300 cas sont répertoriés en France dont 25% des cas n’ont pas de cause précise. Selon une enquête scientifique menée pour un procès aux Etats Unis, l’hypervaccination déclencherait la formation subite de cytokines*, molécules inflammatoires toxiques pour un organisme fragile.
    • la vaccination contre l’hépatite B pour un nourrisson de 6 semaines n’a aucun intérêt de santé et peut être délétère dans l’avenir, en particulier responsable de phénomènes allergiques, de maladies auto-immunes dont les maladies neuro-dégénératives, sclérose en plaques en particulier, chez des enfants ou adolescents. 

    3/ La loi actuelle imposant la vaccination contre Diphtérie-Tétanos-Polio avant les 18 mois de l’enfant est raisonnable, et ne doit pas être changée, ce qui implique la re-fabrication du vaccin trivalent sans aluminium, tel qu’il a existé et qui a été imposé par décision du Conseil d’Etat le 8 février 2017. Rappelons également que l’Institut Pasteur avait utilisé le phosphate de calcium comme adjuvant sans danger, et que son partenaire majoritaire a choisi de le remplacer par un composé d'aluminium pour des raisons purement financières. 

    4/ L’allaitement maternel tel qu’il est recommandé par l’OMS, 6 mois intégral et une année matin et soir avant et au retour du travail est l’idéal pour la santé du nourrisson et celle de sa mère quand elle est en bonne santé. Il assure les défenses immunitaires du nourrisson et évite les vaccinations précoces qui peuvent être prévues au delà de la 2ème année de l’enfant.

    5/ Le principe constitutionnel de précaution doit être mis en application à propos des vaccins qui doivent subir les mêmes contrôles que les médicaments avant leur mise sur le marché, et doit rendre la liberté vaccinale à tous les Français, telle qu’elle est appliquée en Suède, Allemagne et dans d’autres pays du monde. 

    6/ Nous attirons en plus l’attention du législateur à propos du vaccin ROR (contre Rougeole, Oreillons et Rubéole) qui injecte des virus atténués qui ne sont pas sans danger chez des nourrissons fragiles et impose une vaccination au cas par cas. 

    7/Nous demandons instamment aux parlementaires de ne pas voter cette loi qui va contre l’intérêt de la santé des enfants et impose aux médecins et aux familles un dlcktat industriel et administratif. 

    Les médecins généralistes ou pédiatres ne doivent pas être dépossédés de leur compétence, et de leurs facultés de juger scientifiquement de l’intérêt de telle ou telle vaccination dans une relation de confiance avec la famille, dont ils gardent la responsabilité.


    Professeur Luc Montagnier

    Professeur Henri Joyeux

        Publiés par sante-nature-innovation.fr


    votre commentaire
  • 2017   280 p . 7,90 € (Poche)

       Voici le premier guide grand public sur les additifs basé sur la science. Vous saurez en quelques secondes si un aliment peut être acheté sans inquiétude.

      Vous découvrirez ce que cachent réellement les codes ou les noms compliqués qui figurent sur les emballages : des additifs sans risque comme le E 330 ou le E 920, ou plus problématiques comme le E 250 ou le E 621.

      Pour classer les 338 additifs autorisés, nous avons analysé les études scientifiques et défini 4 catégories :
       -rouge : additif qu'il vaut mieux éviter
       -orange : à éviter dans des circonstances précises
       -gris : additif douteux
       -vert : additif qui ne pose pas de problèmes

      Avec, pour chaque additif : les aliments dans lesquels on le trouve, la dose à ne pas dépasser et s'il vaut mieux l'éviter chez l'enfant ou en cas d'allergie, diabète, maladie rénale, prédisposition au cancer, risque cardio-vasculaire...

      Parmi les révélations de ce livre :
       -Les 7 colorants soupçonnés de favoriser l'hyperactivité
       -Pourquoi les additifs au phosphate sont sur la sellette
       -Comment les émulsifiants peuvent perturber la flore intestinale
       -7 édulcorants à éviter en cas de glycémie élevée

       Ce guide a été réalisé par les journalistes scientifiques de LaNutrition.fr sous la direction d'Anne-Laure Denans, docteure en pharmacie et diplômée en nutrition.


    votre commentaire
  •                                                               2016   224 p.  19,95 €  

       Efficacité et économie sont les mots d'ordre de ce livre, véritable "bible du ménage" qui regroupe plus de 400 recettes et conseils sur l'entretien naturel de la maison.

      Préparez vous-même vos produits d'entretien et dites adieu sans regrets aux détergents nocifs pour la santé et l'environnement. Grâce à plus de 400 recettes simples à réaliser avec une dizaine d'ingrédients faciles à trouver, dégraissez les casseroles, détartrez les robinets, fabriquez un gel toilettes efficace, lavez, détachez et parfumez agréablement linge, sols ou tapis...
       Docteur en chimie, impliquée dans l'écologie, Cécile Berg nous donne ici la preuve que l'on peut, à moindre coût, avoir une maison propre, saine et qui sente vraiment bon . 

      Cécile Berg est docteure en chimie elle est au fait des principes de sécurité et d'efficacité des composants chimiques.

      Linda Louis est photographe et a illustré aux éditions La Plage de nombreux ouvrages de cuisine sauvage.


    votre commentaire
  •                                                               2015    304 p.  19,90 € 

          DES REVELATIONS QUI VONT CHANGER VOTRE VISION DE L'ALIMENTATION


      On nous serine que les graisses font grossir, qu'il faut des féculents à chaque repas et que sans activité physique régulière, on ne peut pas perdre de poids. Faux ! dit Gary Taubes. Non seulement ces « recommandations » ne nous ont pas fait maigrir, mais elles ont au contraire fait exploser le nombre des diabétiques et des obèses.
      Pourquoi ? Parce qu'elles sont basées sur de la mauvaise science, écrit-il : la théorie selon laquelle on grossit parce qu'on consomme plus de calories qu'on en brûle est une absurdité qui a causé des dommages incalculables.
    Taubes remonte dans le temps et remet à plat 200 ans de recherche sur l'obésité. Sans idées préconçues, ne prenant en compte que les preuves tangibles, Taubes révèle une incontournable réalité : toutes les calories ne sont pas équivalentes. Nos problèmes de poids proviennent avant tout des glucides (pain, féculents, sucres...) qui, en générant de l'insuline, génèrent de la graisse.
       Il répond aussi aux questions restées sans réponse : pourquoi certains sont-ils gros et d'autres pas ? Quelle est la part de l'exercice physique et de la génétique dans notre corpulence ? Et surtout, quelle alimentation suivre toute sa vie pour ne pas grossir.
      
    « Les conclusions de Taubes sont surprenantes au départ mais incroyablement convaincantes au final… » --Newsweek
       Gary Taubes est le plus célèbre journaliste scientifique américain. Ses articles et ses livres ont été récompensés par de nombreux prix, dont trois de l'Association des écrivains scientifiques. Il enseigne à l'École de santé publique de l'université de Californie (Berkeley).
      Pourquoi on grossit est bestseller aux États-Unis. 
     

    votre commentaire
  •                                                              2016     234 p.     21 €    

       Après

       -Rêver l'obscur. Femmes, magie et politique,(1)

      dans lequel elle racontait sa participation à de nombreux mouvements antimilitaristes et antinucléaires aux Etats-Unis dans les années 1975-1982, on retrouve Starhawk vingt ans plus tard en première ligne du combat contre la globalisation financière portée par l'OMC, le FMI et la Banque mondiale.

       Ces chroniques ont été écrites "en direct de la rue", lors des contre-sommets altermondialistes, de Seattle en 1999 à Gênes en 2001, en passant par Québec et le Forum Social de Porto Alegre.

      Starhawk a été une chroniqueuse autant qu'une visionnaire de ce mouvement, jusqu'au 11 septembre 2001 qui survient alors que le FMI et la Banque mondiale devaient se réunir à Washington et que de nouvelles manifestations y étaient prévues.

      De ce mouvement est directement issu le mouvement actuel pour la justice climatique, qui continue de clamer haut et fort, comme ce fut le cas en décembre dernier à Paris à l'occasion de la COP 21, ce que Starhawk n'a jamais cessé d'écrire : Un autre monde est possible !  

        Starhawk est écrivaine et militante politique ; elle vit à San Francisco.

      (1) : Lucide et vivifant, Rêver l'obscur, Femmes, magie et politique campe les fondements de la pensée de l'activiste californienne Starhawk, figure majeure de l'écoféminisme. Paru en 1982 aux États-Unis, cet essai ouvre des pistes essentielles pour en finir avec le sentiment d'impuissance face à l'oppression des femmes et au saccage écologique.


    votre commentaire
  •                                                               2017   256 p.   19,90 €  

       Halte aux aliments ultra transformés !

      Et si les conseils nutritionnels avaient tout faux ? Une fois ce sont les graisses qu'il faut éviter. Une autre fois les sucres. On colle des pastilles vertes, orange, rouges sur des emballages selon des critères surannés. Pendant ce temps, obésité, diabète et cancers progressent.

       Selon Anthony Fardet, les vrais coupables ce sont les aliments ultra transformés qui ont envahi nos supermarchés depuis les années 1980 – ils représentent jusqu'à 80 % des produits vendus en grandes surfaces !

       Ces aliments sont conçus au sein des centres de recherche et développement de Big Food. Objectif : fabriquer à bas prix des produits qui ressemblent à des aliments, qui ont le goût d'aliments... mais qui n'ont plus rien d'un aliment.

       L'ultra transformation déstructure l'aliment d'origine et lui fait perdre ses vertus santé. Elle nécessite aussi l'ajout d'une kyrielle d'additifs et d'agents " cosmétiques " suspects. Ces faux aliments, écrit Anthony Fardet, sont la première cause de mortalité.

       Il est urgent de revenir aux fondamentaux. D'abord en sachant identifier un aliment ultra transformé et le livre en donne les caractéristiques, exemples à l'appui.

       Ensuite en mangeant vrai. Pour y parvenir, l'auteur révèle les 3 règles d'or d'une alimentation saine et holistique. Celle-ci favorise aussi une agriculture éthique et durable.

       En suivant les conseils de ce livre nous pouvons tous gagner au moins 10 ans d'espérance de vie en bonne santé.

      Anthony Fardet est docteur ès sciences, chargé de recherche en alimentation préventive et holistique


    votre commentaire
  •                                                            2017    352 p.   16,90 €  

       Une boîte à outils à l'usage des parents pour une vie de famille zen et joyeuse !

      Vos journées s'enchaînent sans répit, vous rêvez de matins chantants, de repas sans négociations ni menaces, de soirées paisibles en famille avec vos enfants ? En s'appuyant sur la pédagogie Montessori et les neurosciences, cet ouvrage détaille les journées de vos enfants, étape par étape, et prodigue une multitude de conseils pour les aider à développer leur autonomie, gérer leurs tempêtes émotionnelles et instaurer une ambiance positive et sereine au sein de votre famille.

      Vous trouverez dans ce livre :

    - Les rituels indispensables à chaque étape clé de la journée pour faciliter l'organisation du quotidien
    - Les conseils d'aménagement de votre maison et les choix d'accessoires pour aider vos enfants à être autonomes
    - Des idées d'activités pour développer leurs compétences
    - Les astuces pour adopter un mode de vie apaisé et une alimentation positive

      Une journée Montessori, c'est donner à nos enfants les racines pour les rendre autonomes et les ailes pour développer leurs super pouvoirs !

       Audrey Zucchi a fondé le site No Milk Today, qui propose un véritable parcours éducatif entre parents et enfants, inspiré de la pédagogie Montessori et des dernières découvertes sur le cerveau de l'enfant. Elle offre des kits composés d'accessoires adaptés aux enfants ainsi qu'un livret pédagogique avec l'intervention de nombreux experts.


    votre commentaire
  • 2016   207 p.  22,40 €

       C'est un fait incontournable : l'écologie est entrée dans notre vie. Si avoir un mode de vie écologique a longtemps rimé avec contraintes et efforts, il n'en est plus ainsi. Pour preuve, ce gros volume, qui va changer - en bien - votre quotidien !

    ! Il va vous permettre de :
     Consommer moins et mieux,  de faire de substantielles économies, réduire votre impact écologique, assainir votre environnement, réduire vos déchets, avoir une belle peau et de beaux cheveux soyeux, préparer de bons petits plats healthy - de nombreuses recettes figurent dans l'ouvrage -, vous sentir zen, créer…
      Parce que chaque petit geste compte, des conseils faciles à appliquer au quotidien, des recettes et des DIY pour la maison, la beauté, la cuisine… Apprenez à faire vous-même vos produits ménagers ainsi que vos cosmétiques et cuisinez bio en gâchant le moins possible !  Ce sont donc mille et un petits secrets, astuces, conseils verts qui vous sont proposés et expliqués.

    Devenez un adepte de la Green life !


    votre commentaire


  •  

    11 octobre 2017

    http://sortirdunucleaire.org/France-Anomalie-generique-Le-refroidissement-des-reacteurs-ne-sera-plus-assure-en-cas-de-seisme-impor

       Le 11 octobre 2017, l’exploitant des centrales nucléaires françaises a annoncé une anomalie générique de niveau 2 : en cas de séisme, les tuyauteries des stations de pompages qui assurent l’apport en eau nécessaire au refroidissement des réacteurs ne tiendront pas. Mal entretenues, corrodées, elles ont perdu en épaisseur, et donc en résistance. Selon l’annonce de l’exploitant 20 réacteurs sont concernés. Mais si on y regarde d’un peu plus près, c’est la moitié du parc nucléaire français qui perdrait totalement ou partiellement la possibilité de refroidir les réacteurs. Quelques jours après l’annonce d’EDF, l’ASN publie un communiqué de presse et l’IRSN une note d’information qui viennent préciser un peu ce qu’a communiqué l’exploitant. En effet, ce sont bien au moins 29 réacteurs qui sont concernés. Et en effet, l’origine du problème vient de la corrosion et de la rouille qui a rongé les tuyaux, de fait d’un manque d’entretien. En cas de perte totale de refroidissement, la fusion de ces réacteurs ne pourra pas être évitée, ce qui s’était passé à Fukushima, avec les conséquences que l’on connait.

    Il y a quelques mois, le 20 juin 2017, l’exploitant des centrales nucléaires françaises annonçait une anomalie générique de niveau 2 affectant 20 réacteurs : en cas de séisme, les ancrages des diesels de secours ne tiendront pas (http://sortirdunucleaire.org/France-Anomalie-generique-des-20-reacteurs-de-1300-MWe-les-systemes-auxiliaires-des-diesels-de-secours-ne-tiendront-pas-en-cas-de-seisme), avec pour conséquence la perte d’alimentation électrique des réacteurs. Il s’agissait à la fois de problèmes de conception génériques et de problèmes locaux liés à un mauvais état ou à un mauvais montage des ancrages des systèmes auxiliaires. Les centrales de Belleville, Cattenom, Flamanville, Golfech, Nogent, Paluel, Penly et Saint-Alban étaient concernées.

    Moins de 4 mois plus tard, le 11 octobre, EDF annonce une nouvelle anomalie générique toute aussi grave pour la sûreté, affectant aussi 20 réacteurs : cette fois-ci, ce sont les tuyauteries des stations de pompage qui ne résisteront pas en cas de séisme. Sachant que les stations de pompage permettent d’approvisionner en eau le système de refroidissement des réacteurs, la conséquence serait donc une perte totale de refroidissement de ceux-ci. Les réacteurs concernés sont ceux de Belleville (1 et 2), Cattenom (1, 2, 3 et 4), Chinon (B3 et B4), Cruas (1 et 4), Dampierre (1, 2, 3 et 4), Golfech (1 et 2), Nogent-sur-Seine (1 et 2) et Saint-Laurent-des-Eaux (B1 et B2). En cas de séisme "de référence" [1], les tuyauteries se rompraient, entrainant l’inondation de la station de pompage, ce qui rendrait impossible le refroidissement du réacteur.

    Mais si on y regarde d’un peu plus près, ces défauts (dus selon EDF à des épaisseurs de tuyauteries trop faibles) touchent plus de réacteurs que les 20 annoncés. En effet, pour 9 autres réacteurs EDF a démontré la tenue au séisme, mais sans pouvoir garantir qu’il n’y aurait pas d’inondation des stations de pompage (Cruas 2 et 3, Paluel 3 et 4, Saint-Alban 1et 2, Tricastin 1, 3 et 4). Et Paluel 2 est toujours en cours de contrôle, on ne sait donc pas ce qu’il en est pour ce réacteur à l’arrêt depuis la chute d’un de ses générateurs de vapeur lors de son remplacement en mars 2016. Cette anomalie générique de niveau 2 concerne donc au moins la moitié du parc nucléaire français.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •                                                             2017     352 p.    19,90 €

      La guerre au sucre est déclarée

      Le sucre est dans notre vie. Dès le berceau, dans les biberons, les petits pots. Plus tard, dans les jus de fruits, les aliments préparés, le pain de mie, les biscuits, la charcuterie, les laitages. On l'ajoute au café sans y penser.  La vérité, c'est que nous nageons dans une mer de sucre.

       Chercheur et clinicien engagé, le Dr Robert Lustig a consacré ces 15 dernières années à faire émerger la vérité sur le sucre : un aliment toxique et addictif dont les industriels et les autorités ont trop longtemps minimisé les effets dévastateurs.

       Dans ce livre devenu best-seller, il démonte point par point les arguments des industriels pour dédouaner le sucre et apporte les preuves scientifiques des dégâts qu'il provoque :
    Comment la phobie des graisses, entretenue par les autorités, a permis la dissémination du sucre dans tous nos aliments
       Comment le sucre, en bouleversant les hormones qui contrôlent la satiété, nous fait manger sans faim
    Pourquoi le fructose (contenu dans le sucre) est aussi toxique que l'alcool pour le foie
    Pourquoi le sucre est la principale cause du syndrome métabolique

       Surtout, Robert Lustig propose au lecteur des stratégies scientifiquement fondées pour perdre du poids et retrouver la santé – et ça ne passe pas par moins de graisses !

       Son livre change radicalement notre rapport à la nourriture et ouvre la voie à une vie plus saine et plus heureuse.

       " Aucun scientifique n'a fait plus que le Dr Lustig pour alerter sur les dangers potentiels du sucre. " - GARY TAUBES, auteur de

        -Pourquoi on grossit
       " Un livre brillant, accessible à tous, que devraient lire tous ceux qui se préoccupent de leur santé et de celle de leurs proches. " - DR ANTHONY FARDET, auteur de

      -Halte aux aliments ultra-transformés ! Mangeons vrai

      Le Dr Robert Lustig est pédiatre et endocrinologue à l'université de Californie (San Francisco). Il est l'une des grandes figures internationales de la lutte contre l'obésité, l'industrialisation de l'alimentation, l'excès de sucre. Sa vidéo " Sugar : the bitter truth " ( Sucre, une vérité amère) a été vue plus de 4 millions de fois.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • 2011     117 p.    16,30 €

      Maria Thun, pionnière du jardinage biodynamique et de l'utilisation des rythmes lunaires et planétaires, nous dévoile ici plus d'une centaine de ses meilleurs trucs et astuces, résultat d'un demi-siècle de recherche assidue.

      Vous découvrirez dans ce livre comment renforcer vos laitues avec des tisanes, les multiples talents de l'ortie, la recette du "Feu de Thun", comment récolter les meilleures carottes, quelles sont les meilleures méthodes de conservation. Suivez Maria Thun au fil des saisons pour des récoltes qui récompenseront tous vos efforts.   

    Maria Thun est considérée comme une pionnière de l'agriculture biodynamique. Elle avait en effet 2 ans en juin 1924, lorsque l’anthroposophe Rudolf Steiner théorisait l’agriculture biodynamique à Koberzyce (actuelle Pologne). Née dans une ferme allemande, elle était infirmière durant la seconde Guerre Mondiale. C’est pendant cette période qu’elle rencontra et épousa Walter Thun, professeur d’art à Waldorf, dans une école appliquant les préceptes de Rudolf Steiner.

    Suite à des années d’observations, ils établissent en 1952 des corrélations entre la croissance des radis et la position de la lune par rapport au zodiaque. L’idée de formaliser ces interactions entre les plantes, les éléments et le calendrier lunaire naît à ce moment. Le Calendrier des semis de Maria Thun est publié pour la première fois en 1963. Cet outil célèbre cette année sa cinquantième édition, il existe aujourd’hui en 30 langues. Le calendrier de Maria Thun rend compte de la position des astres et détermine ainsi les jours favorables aux différents travaux (travail du sol en jour racine, taille en jour feuille, etc.). Aussi bien utilisé en jardinage qu'en viticulture, ce calendrier est le livre de base de tout biodynamicien.

    Ce calendrier fait cependant partie des éléments controversés de la biodynamie, suscitant le rejet des scientifiques et des vignerons conventionnels. La prise en compte des alignements planétaires et des interactions zodiacales semble en effet passablement ésotérique. Les vignerons biodynamiciens précisent cependant que les jours feuille, fruit, racine et fleur déterminés par le calendrier ne dictent pas leurs travaux, mais les conseillent.

    Depuis 1976 la famille Thun vivait dans le village de Dexbach (Allemagne). Maria Thun est morte le 9 février 2012.


    votre commentaire
  •  13 octobre 2017

    Et si, en fusionnant avec Bayer, Monsanto échappait à la justice

     La journaliste Marie-Monique Robin craint que le mariage entre Bayer et Monsanto permette à ce dernier d'échapper aux milliers de plaintes des victimes du glyphosate. Juridiquement pourtant, une fusion obligerait Bayer à répondre aux actes de Monsanto. Reste à savoir si le rapprochement entre les deux multinationales prendra bien cette forme.

      Les manifestations et plaintes visant Monsanto se multiplient à travers le monde.
      Marie-Monique Robin, capture d'écran du documentaire Le Roundup face à ses juges

    C''est le mariage de deux géants. D'un côté, le spécialiste des médicaments, Bayer, de l'autre, celui des pesticides et des OGM, Monsanto. Une fusion très décriée qui permettrait à la nouvelle entreprise d'avoir le monopole (1)  sur plusieurs activités de ces deux secteurs. Mais derrière ces intérêts commerciaux, cette union est-elle une stratégie pour permettre à Monsanto d'échapper à la justice ? C’est ce que soupçonne la journaliste d’investigation et réalisatrice du documentaire Le Roundup face à ses juges,(2) 

     Marie Monique Robin.

    "C’est surprenant de voir que Bayer accepte de payer 59 milliards d’euros pour une firme qui ne les vaut pas. Monsanto ne va pas très bien, il est en train de licencier des milliers de personnes et son chiffre d’affaires s’élevait à 15 milliards d’euros l’année dernière", explique la réalisatrice.

    Échapper à des milliards de dollars d'indemnisation

    Monsanto pourrait ainsi avoir accepté de fusionner avec Bayer pour ne plus avoir à répondre de ces actes devant la justice. De fait, le géant est de plus en plus visé par des plaintes mettant en cause les effets du glyphosate, l’agent actif de son désherbant le plus vendu au monde, le Roundup.

    Aux États-Unis, 3 500 agriculteurs, maraîchers et jardiniers en ont déposé une. Et le nombre de plaignants pourrait grimper à 10 000. "Le dossier des avocats est complet. Des documents internes montrent que la firme savait que le glyphosate était cancérigène, qu’elle a manipulé les agences de réglementation, qu’elle a payé des scientifiques pour dire et écrire n’importe quoi… Des milliards de dollars pour indemniser les victimes sont en jeu", estime Marie Monique Robin.

    Juridiquement, Bayer devra répondre des actions de Monsanto

    Pour l’instant, la Commission européenne enquête sur le projet de fusion, craignant que ce rachat contrevienne aux règles de concurrence de l’Union européenne (3) et mène "à des prix plus élevés, une qualité inférieure, moins de choix et moins d’innovation". Dans une lettre coécrite avec l’ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage, Marie Monique Robin a également demandé à Bruxelles de plancher sur la responsabilité juridique de Monsanto après la fusion. "Il faut qu’on ait la certitude que Bayer endossera tous les litiges de Monsanto", souligne la journaliste.

    Juridiquement, si le rachat se fait sous forme de fusion, "Bayer vient au droit de Monsanto", explique en termes juridiques à Novethic François Lafforgne, avocat de l’agriculteur charentais Paul François dont Monsanto a été reconnu responsable de son intoxication. "L'entreprise devra donc répondre des plaintes", traduit-t-il.

    "Ce rachat est très opaque, on n’est même pas sûr que ça soit une fusion !"

    "Bayer récupère le passif et l’actif de Monsanto", ajoute Charles Joseph-Oudin, l’avocat des victimes du Médiator, de la Depakine, des contraceptifs Essure.(4) "C’est obligatoire dans le cas d’une fusion, il ne peut y avoir de dérogation".

    Une analyse dont convient l’avocate et ancienne ministre Corinne Lepage, mais qui ne freine pourtant pas ses craintes. "Ce rachat est très opaque, on n’en connaît pas les modalités. On n’est même pas sûre que ça soit une fusion !", estime-t-elle.

    De manière générale, ce rapprochement est vu d'un mauvais oeil par la société civile car elle permettra de "rendre des personnes malades avec les pesticides de Monsanto et de les soigner avec les médicaments de Bayer. Un juteux commerce", conclut Marie-Monique Robin.  

    Marina Fabre @fabre_marina       © 2017 Novethic - Tous droits réservés

     (1) (http://www.novethic.fr/empreinte-terre/sante-environnementale/isr-rse/fusion-bayer-monsanto-une-menace-pour-la-sante-et-l-environnement-143957.html)

    (2) (http://www.novethic.fr/gouvernance-dentreprise/entreprises-controversees/isr-rse/video-les-coulisses-du-tribunal-de-monsanto-1)

    (3)  (http://www.novethic.fr/gouvernance-dentreprise/entreprises-controversees/isr-rse/l-europe-inquiete-de-la-fusion-bayer-monsanto-lance-une-enquete-approfondie-144751.html)

    (4) (http://www.novethic.fr/empreinte-terre/sante-environnementale/isr-rse/bayer-stoppe-la-commercialisation-des-implants-essure-en-france-144828.html)


    votre commentaire