•                                                             2012    216 p.   18 €  

      Le « Grenelle de l’environnement » a prévu de réduire de moitié l’utilisation de pesticides à l’horizon 2018. Maintes questions se posent en effet depuis des années sur leurs effets sur la santé, et il est tout à fait probable que la disparition totale des abeilles dans certaines régions est due à leur emploi intensif.

      Aussi doit-on envisager dès à présent le remplacement de ces produits, que ce soit dans les vastes exploitations agricoles, dans les jardins grands et petits des « rurbains », voire dans ces cultures miniatures qui agrémentent les balcons et terrasses des citadins. De nouvelles stratégies doivent permettre à ces adjuvants de la vie, de la beauté et de la fécondité des plantes, qui font aujourd’hui l’objet d’intenses recherches (stimulation des défenses naturelles des végétaux, utilisation de produits peu ou pas nocifs, développement de plantes qui « dépolluent » les sols, symbiose avec des champignons, etc.), d’éviter le recours systématique à des produits chimiques.
       Botaniste et fervent écologiste avant l’heure, Jean-Marie Pelt fait ici le point sur l’ensemble de ces perspectives prometteuses et parfois très originales dont certaines sont d’ores et déjà mises en œuvre à travers le monde.

       Président de l’Institut européen d’écologie, Jean-Marie Pelt fut un botaniste-écologiste qu’on ne présente plus. Écologiste, il l' a été bien avant l’heure et il s'est fait connaître par ses nombreux ouvrages dont les plus récents chez Fayard sont :

       -La Terre en héritage (2000, 2003),

       -Les Nouveaux Remèdes naturels (2001, 2003),

      -L’Avenir droit dans les yeux (2003),

      -Le Nouveau Tour du monde d’un écologiste (2005),

      -C’est vert et ça marche !(2007),

      -Nature et Spiritualité (2008),

      -La Raison du plus faible, 

      -Le monde a t-il un sens (2014, co-écrit avec Pierre Rabhi).

      Disparu en 2015, il laisse derrière lui une soixantaine d'ouvrages.


    votre commentaire
  • 2007    314 p.   23 €

       Chacun peut constater les changements climatiques de notre planète. C'est pour l'instant le signe le plus tangible d'un bouleversement écologique majeur qui s'annonce. Un scénario catastrophe se dessine ainsi à l'horizon, qui impose des changements rapides et radicaux si nous ne voulons pas que notre légèreté fasse le malheur de nos enfants. Grâce à l'émergence de la notion de développement durable, en mettant en oeuvre ce nouveau concept dans toutes ses dimensions - économique, écologique, sociale, éthique -, nous pouvons relever les défis du futur.
       Dans C'est vert et ça marche ! Jean-Marie Pelt nous entraîne dans un nouveau tour du monde écologiste. Préservation de la forêt en Amazonie, en Afrique, en Chine, gestion de l'eau douce partout où elle se fait rare, exemples de villes 100 % vertes en Allemagne, au Danemark et, plus surprenant, également au Brésil, multinationales éprises d'écologie, mais aussi mutualités impliquées dans ce combat, volonté de préparer l'après-pétrole, de construire un habitat qui recourt aux énergies renouvelables, etc. D'un continent à l'autre, il dresse un inventaire impressionnant des expériences de développement durable qui ont fait leurs preuves et qui démontrent qu'une autre voie est possible.  

    Extrait

    Non au scénario catastrophe !

      La question de l'avenir est au coeur de l'aventure humaine. Depuis la nuit des temps, les hommes ont tenté de se projeter dans le futur, au-delà de la mort. Et dans nos sociétés sécularisées, marquées du sceau du progrès, les parents veulent pour leurs enfants une vie meilleure que la leur. C'est à cette tâche que s'emploient les acteurs du progrès ; car, selon le célèbre adage des «Trente Glorieuses», «le progrès scientifique et technique génère le progrès économique et social». Progrès dont les fruits doivent être récoltés en continu dans une marche ininterrompue vers des lendemains qui chantent.
       Pourtant l'évolution à long terme dépasse les préoccupations des politiques et autres décideurs contraints d'avancer «le nez dans le guidon». Car dans les démocraties soumises au rythme des consultations électorales, les résultats doivent être perceptibles à très court terme. Plus avant, nul ne sait ce qu'il adviendra. Peut-être le Déluge.
       Imaginons l'avenir d'un enfant naissant à l'instant même. Et imaginons parallèlement qu'aucune inflexion ne soit donnée à la course au progrès, à la croissance et au développement purement quantitatifs tels qu'ils se poursuivent à l'heure actuelle, dopés par la mondialisation de l'économie. Comment sera notre planète quand cet enfant atteindra 70 ans ?

       Jean-Marie Pelt est professeur émérite de biologie végétale et de pharmacologie à l'université de Metz et président de l'Institut européen d'écologie. Il a notamment publié chez Fayard:

       -De l'Univers à l'être

      -Le Jardin de l'âme

      -Les Langages secrets de la nature

      -La Loi de la jungle

      -La Solidarité chez les plantes, les animaux, les humains


    votre commentaire
  • Alternatives énergétiques (Yona Friedman )

    2011    224 p.   19 €

          Notre civilisation industrielle était basée sur l’énergie bon marché. Celle-ci devenant de plus en plus rare et coûteuse, il nous faut maintenant imaginer une nouvelle politique de l’énergie qui devrait reposer beaucoup plus sur une nouvelle politique sociale et globale que sur la recherche de gadgets technologiques.

       Nos modes de vie et de production, nos utilisations des matières premières et des biens produits sont, pour l’instant encore, régis par une parfaite inconscience quant au gaspillage de l’énergie et des ressources de la planète. Alors que le monde découvre la faillite d’un certain mode de vie, il nous faut regarder cette crise en face, examiner quelles alternatives seraient souhaitables, ne pas nous laisser surprendre.

    Accepter ce qui nous est utile dans cette crise et la récupérer à notre profit, c’est là l’idée maîtresse de ce livre humaniste.

      Yona Friedman, architecte, auteur de la théorie sur l’architecture mobile et de l’autoplanification, a été consultant auprès de l’UNESCO, du Conseil de l’Europe, du ministère de l’Environnement, etc. Depuis de nombreuses années, il s’efforce d’apporter aux habitants du Tiers Monde les connaissances nécessaires à leur survie, et participe à de nombreuses réalisations humanitaires dans ces régions du monde.


    votre commentaire
  • Le pouvoir d'agir ensemble (Rob HOBKINS, Lionel ASTRUC)

                                                         2015     160 p.    20 €  (Actes Sud)  

       « Lorsque j'ai véritablement pris conscience du changement climatique et des problèmes liés à la nécessité de se passer du pétrole, j'ai étudié les réponses que les gens y apportaient dans le monde et qui me semblaient compassionnelles. Et je n'ai rien trouvé qui me donne de l'énergie. Les Américains qui écrivaient sur le «peak oil» parlaient de se retirer dans les montagnes du Nebraska avec quatre ans de papier toilette, des boîtes de haricots et des armes à feu. Ça ne me paraissait pas la meilleure solution… » Rob Hopkins a alors cherché comment tous ces enjeux pourraient rapprocher les gens plutôt que les séparer, comment ils pourraient stimuler leur créativité et leur capacité à innover.

       " Un jour de l’année 2005, Rob Hopkins, simple citoyen britannique, sort de chez lui et part frapper à la porte de ses voisins, dans la petite ville de Totnes – où il vient à peine d’emménager. Il leur propose rien de moins que se réunir pour organiser une nouvelle économie à l’échelle de leur territoire. Un nouveau modèle, la Ville en Transition, à partir des atouts disponibles localement : ne plus attendre que les aliments arrivent du bout du monde à grand renfort de pétrole, mais mettre en place des circuits courts et cultiver toutes les terres disponibles (jardins, toits, squares municipaux…) ; ne plus déplorer la pollution, mais regrouper ses concitoyens autour d’un projet de coopérative d’énergies renouvelables de proximité ; ne plus fulminer à propos des banques et de la Bourse, mais adopter une monnaie locale qui fertilise le territoire, etc.

       Son expérience n’a pas seulement fait ses preuves à Totnes, elle s’est répandue dans 1 200 villes de 47 pays. Chacune de ces Villes en Transition transforme sans moyens ni notoriété son territoire pour le rendre plus autonome et plus résilient face aux chocs qui s’annoncent. Autant d’oasis, tous reliés, où venir puiser des solutions.
       La personnalité de Rob Hopkins et son épopée réveillent ce que nous avons de meilleur en nous. Rob Hopkins ranime un espoir enfoui sous des années de désillusions ou de résignation au “réalisme économique”. L’aventure des Villes en Transition donne envie de passer à l’action et dévoile les opportunités insoupçonnées que chacun porte en lui pour changer."

      Par Baptiste Brelet (Responsable partenariat)  pour Terraéco.net


    votre commentaire
  • 2016    234 p.   17 €

      L’érosion de la biodiversité est un fait incontournable, une tragique certitude.
    Au rythme des découvertes actuelles, il faudrait plus d’un millénaire pour décrire la totalité des espèces de la planète. Et l’espèce humaine ?  Avec ces 7 milliards 300 millions d’individus est-elle un succès de l’évolution ? Sans doute, et pourtant… Apparue il y a moins de 200 000 ans, elle est parvenue à elle seule à déséquilibrer l’ensemble de la biosphère érodant la biodiversité, abusant des ressources, modifiant les climats et polluant la nature.
      En partant de ce constat lucide et éclairé, Jean-Marie Pelt veut nous dire que nous sommes tous concernés par le devenir de notre planète et que  c’est en respectant toutes les formes de la diversité que nous parviendrons à réconcilier et unir l’homme et la nature.
      Il nourrit ces pages d’histoires naturelles où se côtoient à loisir l’univers animal et végétal et il nous délivre, en témoin émerveillé et formidable passeur qu’il fut, un message de vigilance, de combat et d’espoir tout à la fois

     Botaniste, pharmacologue, écologiste avant l’heure (il fut président de l’Institut européen d’écologie), Jean-Marie Pelt nous a quittés à la fin de l’année 2015, ce livre est en quelque sorte son livre testament. Il a publié l’ensemble de son œuvre aux Editions Fayard.
     

      Président de l’Institut européen d’écologie, Jean-Marie Pelt fut un botaniste-écologiste qu’on ne présente plus. Écologiste, il l' a été bien avant l’heure et il s'est fait connaître par ses nombreux ouvrages dont les plus récents chez Fayard sont :

      -La Terre en héritage (2000, 2003),

      -Les Nouveaux Remèdes naturels (2001, 2003),

      -L’Avenir droit dans les yeux (2003),

      -Le Nouveau Tour du monde d’un écologiste (2005),

      -C’est vert et ça marche !(2007),

      -Nature et Spiritualité (2008),

      -La Raison du plus faible,

      - Le monde a t-il un sens (2014, co-écrit avec Pierre Rabhi).

      Disparu en 2015, il laisse derrière lui une soixantaine d'ouvrages.


    votre commentaire
  •   Publié le par AriH    (beurk.com)

        « L’homme qui arrêta le désert » c’est l’histoire d’un paysan du Burkina Faso, Yacouba Sawadogo. Il ose défier les traditions des ancêtres et les autorités pour lutter contre l’avancée du désert et régénérer la Terre du Sahel, une des régions les plus arides au monde.

    homme qui a arrêté le désert

       Les terres dans de nombreuses régions du monde subissent la dégradation du climat. De 1975 à 1985, une série de sécheresses s’abat sur le Sahel provoquant un exode rural massif. Les habitants, faute de nourriture et d ‘eau, migrent vers le sud ouest où les pluies sont plus intenses et les terres plus fertiles.

      Pour lutter contre l’avancée du désert, Yacouba Sawadogo reprend une technique agricole traditionnelle, le Zaï. Il l’applique dans son village à Gourga, au nord-ouest du Burkina Faso. Le zai consiste à creuser des trous pour faciliter l’infiltration de l’eau pendant la saison des pluies. Mais en temps de grande sécheresse, la technique du zai ne suffit pas.

    « Avec la méthode ancestrale, les eaux de pluie s’évaporaient trop vite et les cultures se fanaient en un temps record. Il me fallait pallier à ce problème. » explique Yacouba Sawadogo.

      Yacouba Sawadogo ne renonce jamais. Tel un scientifique, il invente d’autres méthodes pour atteindre son  objectif, celui d’améliorer la vie des habitants de son village.

      Il décide alors de perfectionner la méthode du zai en creusant des trous plus grands pour recevoir l’eau pendant une plus longue période. Il ajoute aussi du compost au fond des trous pendant les saisons sèches. Pour que la pluie ne s’écoule pas trop vite en terrain plein, il construit des petits murets de pierre pour ralentir la coulée des eaux.

      Ses nouvelles méthodes ne plaisent pas tous et encore moins aux chefs des clans ceux décident qui a le droit de cultiver les terres. Ils lui reprochent de ne pas suivre la vraie méthode ancestrale, de creuser beaucoup trop tôt et de mettre du compost. Ils le prennent pour un fou.

      Malgré les contestations, Yacouba Sawadogo poursuit son chemin. Pour améliorer les sols, il introduit des termites qui ont la même fonction que les vers de terre. Elles régénèrent la terre en profondeur. Les termites creusent des tunnels pour laisser passer les eaux de pluie, participent à la décomposition des matières organiques et enrichissent la terre. 

    Yacouba Sawadogo l'homme qui a arrêté le désert

     

       Yacouba Sawadogo, se moque bien de ce qu’on pense de lui. Il réussit à rendre une zone stérile en terre fertile dans une des régions de l’Afrique les plus arides, le Sahel .
       Ses techniques permettent à l’eau souterraine d’atteindre des niveaux jamais connus. Yacouba Sawadogo connaît l’importance des arbres pour recevoir la pluie, pour lutter contre le vent et préserver les animaux. Il plante pendant vingt ans des arbres et parvient à créer une forêt d’une douzaine d’hectares.

       C’est un miracle pour Dr Chris Reij de Vrij Université d’Amsterdam. Pendant 25 années il suit avec admiration le travail de Yacouba Sawadogo :

     

      «Yacouba lui seul a eu plus d’impact sur la conservation … que tous les chercheurs nationaux et internationaux mis en place .. Dans cette région des dizaines de milliers d’hectares de terres qui étaient complètement improductives ont été rendues de nouveau productives grâce à des techniques de Yacouba.  

    Bande annonce du documentaire de Mark Dodd, « L’homme qui a arrêté le désert.«(sur le site beurk.com)

       En novembre 2009, Yacouba Sawadogo est invité à Washington DC et raconte son histoire. Fin 2009 la Fondation Bill et Melinda Gates Foundation rendent honneur aux petits paysans comme Yacouba Sawadogo qui luttent contre la famine et la pauvreté. Elles annoncent un investissement de 120 millions de dollars pour plusieurs programmes d’aide aux agriculteurs d’Afrique.

      Les organisations non gouvernementales, les scientifiques, les gouvernements  viennent à sa rencontre pour apprendre ses techniques de culture.

      Bien que Yacouba Sawadogo est reconnu dans le monde entier comme l’homme qui a arrêté le désert, il se heurte aux ambitions des autorités de son pays qui souhaitent s’accaparer des terres fertiles au nom du développement urbain.

      Mark Dodd réalise un film de 50 minutes sur l’histoire de Yacouba Sawadogo « L’homme qui a arrêté le désert ». Il projette le documentaire fin octobre 2011 lors de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) à Changwon en Corée du Sud.
       Le documentaire est disponible sur le site du producteur, 1080films

    Source :  1080films


    votre commentaire
  •  

     
    Attac a besoin de 50 000 € pour montrer le vrai visage d'Apple, Ikea, McDonald's, Société Générale...
     

    Chère amie, cher ami,

    Chaque année, les multinationales dépensent des milliards d’euros pour payer :

    • > des agences de communication afin nous vendre une image sublimée de leurs produits ;
    • > des cabinets d’affaires afin de cacher leurs profits dans les paradis fiscaux ;
    • > des lobbyistes qui murmurent à l’oreille des gouvernants afin de bloquer toute législation qui ne leur serait pas favorable.

    Nous, nous avons besoin d’une somme bien plus modeste, qui nous permettra de continuer à les traquer sans relâche, montrer leur vrai visage et dénoncer l’évasion fiscale !

      Pour faire un don allez sur :https://france.attac.org/se-mobiliser/rendez-l-argent/article/attac-a-besoin-de-50-000-eur-pour-montrer-le-vrai-visage-d-apple-ikea-mcdonald#don

    Si, grâce à vous, nous atteignons 50 000 € de contributions à cette campagne contre l’évasion fiscale :

    • > nous pourrons diffuser des centaines de milliers de tracts, autocollants et Petits guides pour en finir avec l’évasion fiscale, produire des vidéos… ;
    • > nos militant·e·s pourront poursuivre et multiplier les actions « d’opacification fiscale » engagées partout en France ;
    • > nous ne craindrons pas les prochaines arrestations de forces de l’ordre venues protéger ces multinationales et assumerons plus sereinement les poursuites judiciaires.
    • Leur vrai visage

    • > Apple abrite 215 milliards de dollars sur des compte offshore et refuse de payer une amende de 13 milliards d’euros pour évasion fiscale.
    • > McDonald’s envoie 24 % du chiffre d’affaires de ses restaurants au Luxembourg et a soustrait 1,5 milliard d’euros de recettes fiscales aux pays européens entre 2009 et 2013.
    • > BNP Paribas facilite l’évasion fiscale de ses clients et a créé 468 sociétés offshore via le cabinet Mossack Fonseca depuis les années 1980.
    • > Ikea a soustrait à l’impôt plus d’un milliard d’euros ces six dernières années au détriment de plusieurs États européens.
    • > Engie, une entreprise détenue à 33 % par l’État français, doit payer une amande de 300 millions pour évasion fiscale via ses 26 filiales luxembourgeoises.
    • > Starbucks, la plus grosse chaîne de cafés au monde, a réalisé un chiffre d’affaires de 95 millions en 2015 mais ne paie pas d’impôt sur les sociétés depuis son installation en France.
    • > Total possède 178 filiales dans des paradis fiscaux et ne paye quasiment pas d’impôt sur les sociétés en France.
    • > Société générale est la banque française championne de l’optimisation fiscale agressive avec 30 % de ses profits réalisés dans les paradis fiscaux.
    • > Zara évade ses profits via les Pays-Bas et a fait perdre à la France 76 millions d’euros d’impôts entre 2011 et 2014.

    Attac se mobilise pour que ces multinationales rendent l’argent qu’elles ont détourné depuis des années et qu’elles payent enfin leur juste part d’impôts dans les pays ou elles exercent leurs activités.

    Et ça marche

    Depuis 2014, Attac mène des opérations citoyennes de grande ampleur pour dénoncer les pratiques des multinationales. Cette campagne a déjà contribué au succès des Fralib contre Unilever et contraint Société générale à se retirer du projet de mine charbon Alpha Coal en Australie, Total d’un projet d’extraction de gaz de schiste en Algérie ou encore Sofiprotéol-Avril du projet d’usine de 23 000 porcelets des Sables-d’Olonne. En 2016, après de très nombreuses actions des Faucheurs de chaises, nous avons contraint BNP Paribas a annoncer la fermeture de ses filiales aux îles Caïmans !


    votre commentaire
  • Des petits barrages hydroélectriques, écolos et rentables, pour produire une électricité de proximité

     http://www.bastamag.net/Des-petits-barrages-hydroelectriques-ecolos-et-rentables-pour-produire-une

    par Sonia (Lutopik) 10 mars 2017

    Deux-mille petits barrages hydroélectriques sont abandonnés en France, depuis la domination de l’électricité nucléaire. Ercisol, une société à statuts coopératifs, a décidé d’investir dans ces énergies renouvelables de proximité et de réhabiliter plusieurs barrages dans les Vosges, tout en limitant au maximum les contraintes pesant sur l’environnement des rivières. Un seul de ces barrages peut alimenter en électricité un village de quelques centaines d’habitants.

    Cet article a initialement été publié dans le journal Lutopik.

    À Raon-l’Etape, cité vosgienne au milieu des forêts, coule la Meurthe. Une situation géographique propice au développement de l’industrie du papier. Dans cette petite ville de 6400 habitants, il a existé jusqu’à trois papeteries, dont une a cessé son activité il y a peu. Il y a encore une trentaine d’années, ces industries utilisaient l’eau de la Meurthe pour s’alimenter en énergie. Puis le nucléaire est arrivé, et les petits barrages hydroélectriques ont été abandonnés. « Hyper subventionnée, l’électricité nucléaire était beaucoup moins chère. L’État a volontairement tué les petites centrales hydroélectriques », déplore Jean-Paul François. Farouchement opposé au nucléaire et mû par l’envie de laisser un environnement sain à ses petits-enfants, ce professeur d’électro-technique fraîchement retraité s’est lancé dans la reconquête des petits barrages.

    Pour cela, il rejoint en 2014 Ercisol, une société fondée en 2010 par 35 associés qui se sont donnés pour objectif de développer des projets citoyens d’énergie renouvelable. Seuls deux d’entre eux ont travaillé ou travaillent directement dans le secteur de l’énergie renouvelable, mais chacun a quelque chose à apporter : des compétences en comptabilité, en maçonnerie, en relationnel. « Pour vivre, il faut de l’énergie. Mais il existe d’autres moyens de production qu’en polluant ou en passant par des grandes sociétés qui ponctionnent l’argent des contribuables », explique Jean-Paul François.

    « Je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse faire autant si rapidement »

    Chaque projet est soigneusement sélectionné : il doit être rentable, concourir au développement des énergies renouvelables décentralisées, sa mise en œuvre doit limiter au maximum les impacts négatifs sur l’environnement et favoriser les emplois locaux non délocalisables. Pour chaque projet, Ercisol crée une filiale afin de rassurer les banques qui lui prêtent de l’argent, d’offrir une transparence sur les financements, et encourage ses actionnaires locaux à investir dans le projet.

    Ercisol compte aujourd’hui 161 associés et gère deux petites centrales photovoltaïques dans le Territoire de Belfort et dans le Bas-Rhin, ainsi qu’un barrage hydroélectrique dans les Vosges. Trois autres projets de barrages sont en cours de réalisation, dont celui de Raon-l’Etape. Ercisol prévoit également de participer au financement de petites fermes éoliennes. La maison-mère a la forme d’une SAS à statuts coopératifs, dans laquelle tous les dirigeants sont bénévoles, y compris son président Louis Massias. « Je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse faire autant si rapidement, se réjouit-il. Nous avons atteint le plafond de capital de 800 000 € qu’on s’était fixé au départ et qui nous permettait des investissements à hauteur de 6 millions d’euros grâce aux emprunts. Aujourd’hui, on ne peut plus accepter de nouveaux actionnaires et nous allons devoir modifier les statuts pour inscrire un nouveau plafond à 2 millions d’euros. »

    Un barrage qui laisse passer poissons et canoës

    La filiale qui s’occupe du barrage vosgien s’appelle HydroRaon. Elle a acquis le site en 2014 pour 450 000 € auprès de la papeterie des Chatelles qui venait de faire faillite, et engagé 1,35 million d’euros afin de reconstruire le barrage et d’installer la turbine. Les travaux sont importants : le site est abandonné depuis une quinzaine d’années, et il faut entièrement créer les infrastructures permettant d’injecter l’énergie produite sur le réseau. Conformément à leurs aspirations environnementales, les membres d’Ercisol tiennent à limiter au maximum les impacts sur la nature : le barrage est doté d’une passe à poissons, d’un passage pour canoës et d’un système laissant circuler les sédiments afin de ne pas perturber le milieu aquatique en aval. Après une année de travaux, l’édifice est prêt : avec une puissance de 400 kW, il présente la même puissance que son aïeul, mais il est doté de toutes les technologies modernes pour la télégestion et s’intègre mieux dans son environnement.

    Du côté du local technique, à environ 1 km du barrage, les choses sont un peu plus compliquées. Afin d’optimiser au maximum la production, HydroRaon a investi dans une turbine qui peut atteindre 90 % de rendement dans des conditions de débit idéales. Mais une erreur du maître d’œuvre a décalé d’un an le lancement de la production : l’alternateur a dû être démonté et il ne sera remis en place que début 2017. Une fois opérationnel, le système produira 1847 MWh par an, ce qui devrait permettre d’alimenter environ 700 foyers hors chauffage et eau chaude. Comme sur son autre barrage de Moyenmoutier, à quelques kilomètres de là, un emploi à temps partiel (dix heures hebdomadaires) sera créé afin d’assurer la surveillance du site.

    Pour ce projet, la société HydroRaon et ses associés ont apporté un peu plus de 20 % du budget, avec le soutien d’Énergie Partagée Investissement (une association pour la promotion et le financement des projets d’énergie citoyenne). Pour le reste un emprunt a été contracté. En vertu de l’obligation d’achat, EDF s’est engagée par contrat à racheter l’électricité produite par HydroRaon à un tarif préférentiel : 10 centimes le Kwh au lieu de 5 centimes [1]. Chaque filiale est rentable dès la première année. Comme elles n’ont pas vocation à se développer, les bénéfices sont distribués chaque année aux associés. Les gains d’Ercisol avec HydroRaon seront réinvestis dans des projets de sensibilisation à la réduction des consommations énergétiques et dans de nouveaux projets d’énergies renouvelables (hydroélectricité, biogaz, éoliennes). Les centaines de petits actionnaires d’Ercisol devraient quant à eux recevoir des dividendes d’ici une dizaine d’années, de l’ordre de 4 %.

    2000 petits barrages hydroélectriques à l’abandon

    Environ 2000 petits barrages hydroélectriques sont aujourd’hui à l’abandon en France. Avec l’augmentation inévitable du prix de l’électricité nucléaire et les objectifs d’énergies renouvelables pour les années à venir, il y a un regain d’intérêt pour ces infrastructures. Cependant, la plupart de ces barrages présentent des hauteurs d’eau insuffisantes pour être rentables. « À Raon-l’Etape, on a 4,20 m de hauteur, ce qui n’est pas mal. Dès qu’on est en dessous de 1,5 m, ça n’intéresse plus personne », explique Jean-Paul François.

    Pour résoudre ce problème, Ercisol s’est lancé dans une recherche en partenariat avec l’Université de Lorraine. L’objectif est de mettre au point un prototype de turbine afin de diminuer les coûts du kilowattheure pour les petites chutes d’eau. Un espace est en cours d’aménagement à côté des locaux techniques d’HydroRaon pour expérimenter ces innovations. « Le nucléaire, avec ses coûts qui ne font qu’augmenter alors qu’ils baissent pour les énergies renouvelables, est un non-sens économique », dénonce Jean-Paul François. « Il existe déjà des sites où les coûts de production des énergies renouvelables sont beaucoup moins chers, comme par exemple au Nevada où le kWh photovoltaïque est à 3 centimes contre 6 pour le nucléaire. Développer les énergies renouvelables relève donc du bon sens écologique, mais aussi économique », martèle-t-il.

    Sonia Pignet (Lutopik)


    votre commentaire
  • CommunityForge: Donner & Recevoir, les fondements des Systèmes d’Echanges.

    Chers membres des bureau/comité/conseil d’animation d’un Système d’Echanges,

    vous recevez cet email car depuis un certain temps, votre association bénéficie des outils fournis par CommunityForge pour la gestion et l’animation de votre SEL, Banque du Temps ou autre monnaie complémentaire.

    • Nous travaillons en totale transparence. http://communityforge.net/comptabilite
    • Le logiciel est mis à jour tous les 3 à 4 ans. La version suivante en Drupal est déjà en préparation.
    • Chaque donateur recevra un exemplaire du livre blanc sur les monnaies complémentaires rédigé par Matthew Slater (langues disponibles: anglais, français et espagnol.
    • Il est maintenant possible de faire des échanges avec des SEL qui n’ont pas le même logiciel en passant par CES. Renseignez-vous auprès du helpdesk si vous êtes intéressés.
    • Le niveau de donation est très faible. Quelques association font des dons chaque année alors que la majorité n’en font pas.
    • Nous souhaitons renforcer le mouvement des SEL. Faire des dons est une manière efficace de supporter cette croissance d’une manière globale.
    • Nous avons besoin d’un peu d’argent, mais nous avons surtout besoin de nouveaux volontaires pour participer aux nombreuses tâches de CommunityForge.

    En 2015, nous avons créé 120 nouveaux sites sur nos serveurs. Aujourd’hui, des dizaines de milliers de citoyen­ne­s peuvent offrir, demander & échanger facilement des biens, des services ou des savoirs et ce d’une manière autonome, libre et transparente. L’économie devient ainsi plus coopérative.   

     

    De plus en plus d’associations nous font confiance. Grâce à l’engagement d’une quinzaine de bénévoles, qui ont contribué à hauteur de plus de 30’000 heures de travail, vous​ recevez ​  un service quasiment ­professionnel et un soutien permanent de notre équipe de support via le helpdesk. Ces outils ont également faciliter vos tâches de coordination, notamment dans la communication avec vos adhérents et la gestion des adhésions et des cotisations. 

    Il est important de garder à l'esprit que tous les utilisateurs de nos plateformes sont coresponsables de notre communauté. Il revient à chacun d'eux de trouver comment contribuer à l'effort commun. Notre association a besoin d'argent pour assurer son fonctionnement et ainsi poursuivre sa mission de soutien aux communautés.

    Ses principaux postes de dépenses sont :

    ● l'hébergement des sites sur les serveurs mis à notre disposition par notre fournisseur d'hébergement "Gandi"

    ● le coût lié à la sécurisation et à la gestion des serveurs

    ● des participations occasionnelles aux coûts de transport (formations, conférences et représentation de CommunityForge)

    ● divers coûts de gestion

    Donner pour couvrir une partie des frais techniques, et des formations. (Certains SEL nous transfèrent 1 € prélevé sur la cotisation annuelle, d’autres nous proposent une aide concrète) 

    Nous comptons sur vous comme vous comptez sur nous !

    L’équipe des bénévoles


    votre commentaire
  •  
                                                                                  2017      252 p.     12 € 

       La crise est l’expression d’un système économique capitaliste à bout de souffle, qui épuise le travail et la nature. Ce livre décrypte les causes de cette crise globale et pointe les raisons profondes de la permanence de cette situation. Dans ce nouvel ouvrage, Attac propose des voies pour une véritable sortie de crise en considérant que l’épuisement du système économique et social dominant constitue une opportunité historique pour opérer le basculement vers un système alternatif.

       La crise dure encore, alors qu’elle a éclaté depuis près d’une décennie. Elle est l’expression d’un système économique capitaliste à bout de souffle, qui épuise le travail et la nature.

       Ce livre décrypte les causes de cette crise globale et pointe les raisons profondes de la permanence de cette situation et de l’instabilité financière : les politiques d’austérité qui aggravent le chômage et les inégalités, les réformes néolibérales qui accroissent la précarité, et les injections massives de liquidité par les banques centrales qui alimentent les bulles spéculatives.

       Attac propose également des voies pour une véritable sortie de crise. L’épuisement du système économique et social dominant constitue une opportunité historique pour opérer le basculement vers un système alternatif. La mise en œuvre de ces alternatives ne dépend que d’une volonté politique qui aujourd’hui fait défaut. Or changer de modèle productif, mettre en œuvre la transition écologique, réduire le temps de travail, mettre la finance au service de la société constituent les voies d’une « bifurcation » pour laquelle de plus en plus de citoyens s’engagent.

    Coordonné par Jean-Marie Harribey, Michel Husson, Esther Jeffers, Frédéric Lemaire, Dominique Pliho

       Attac est une association qui milite pour plus de justice sociale et environnementale, et conteste radicalement le pouvoir pris par la finance sur les peuples et la nature.


    votre commentaire
  •    Même si notre belle planète est bleue, plus de 2 milliards d’individus sont encore privée d’eau potable. Mais avec des inventions comme Safe Water Cube, on se dit que les populations concernées ont encore un espoir ! Ce dispositif révolutionnaire purifie jusqu’à 1000 litres d’eau par heure. D’apparence simpliste, cette création renferme un trésor d’inventivité qui aura nécessité 6 années de recherche…

      http://pix-geeks.com/  30/10/2016  

    Anthony Brogat     Anthony Brogat

    Safe Water Cube : un dispositif qui permet de filtrer 1000 litres d'eau potable par heure

     

    Sans chimie, ni électricité

       Pour faire marcher Safe Water Cube il n’y a rien de plus simple. Commencez par remplir le grande cube en inox de 1.2 x 1.2 m puis actionnez la pompe manuelle. L’eau qui ressort du cube est prête à être dégustée ! Mais alors comment ça marche ? Non parce que dit comme ça, sans électricité, sans chimie et sans mécanisme complexe on peine un peu à imaginer ce qui se cache à l’intérieur de cette formidable invention. 

    5 étapes de filtration

       Après avoir actionné la pompe manuelle, l’eau encore impropre à la consommation va passer par 5 étapes de filtration parmi lesquelles une filtration céramique. Très fine, cette dernière va retirer tous les virus et bactéries à l’origine des diarrhées, dysenteries, choléra et hépatites pour ne garder qu’une eau cristalline et saine. Eau de pluie, eau de marre, eau de rivière et même boue : aucune eau n’est trop sale pour Safe Water Cube. Un vrai miracle de technologie 

    Cocorico !

    C’est à un certain Jean-Paul Augereau, un Nantais de 49 ans que l’on doit cette prodigieuse invention. Avant d’en arriver à ce résultat, notre Géo Trouvetout national aura passé 6 années à développer son concept. Lors d’une interview donnée à 20minutes, il explique avec fierté:

      Quand on va sur place, on se rend compte que l’arrivée de la Safe Water Cube est fabuleuse pour les habitants concernés. Ils sont bien conscients de leur situation et comprennent tout de suite les changements dans leur vie que la machine peut procurer.

      On trouve maintenant des Safe Water Cube au Bénin, au Sri Lanka, au Sénégal et prochainement à Haïti et en Côte-d’Ivoire. La machine est par ailleurs très facile à entretenir et ne requière rien d’autre que de l’eau et du vinaigre pour rester pleinement opérationnelle. Aucune maintenance n’est nécessaire. Jean-Paul si tu nous lis : R-E-S-P-E-C-T
     

    Sauver le monde

    La ville de Nantes a commandé une quinzaine de fontaines à l’inventeur. Elles ont été expédiées à Haïti le mois dernier. Cette machine peut sauver des vies en cas de catastrophes naturelles aussi dans des continents comme l’Afrique où à peine 40% de la population possède l’eau potable à domicile et où les femmes parcourent en moyenne 6 km chaque jour pour s’approvisionner…

    D’autres fontaines ont déjà été envoyées au Benin, au Sénégal, en Inde et au Sri Lanka grâce au financement d’associations.

    Pour finir, 5.500 euros, c’est son prix, livraison incluse. Un tarif bien raisonnable compte tenu de son utilité et totalement symbolique quand on sait qu’il peut sauver des vies…

    ► En savoir + : Le site internet et la page Facebook du Safe Water Cube


    votre commentaire
  •  Accorderie

    Bienvenue sur le site des Accorderies du Québec !

    L'Accorderie est un système d'échange de services entre individus et d'éducation à la coopération, créé à Québec en 2002. Ce système, qui a pour mission de lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale, permet aux membres (les AccordeurEs) de s'échanger des services de toutes sortes. Il y a maintenant plus d'une douzaine d'Accorderies au Québec, regroupées au sein du Réseau Accorderie. Ce site contient toute la documentation pertinente sur les Accorderies et leurs activités.

    Vous êtes membre? Vous avez aussi accès à l’Espace membre pour consulter les services offerts, modifier votre profil et vos offres de services, consulter votre état de compte, etc. N’hésitez pas à contacter votre Accorderie si vous avez besoin d’aide ou pour toute question sur L’Accorderie.

    Le Réseau des Accorderies de France lauréat de «La France s’engage»!

     Créé à partir du modèle né au Québec en 2002, le Réseau des Accorderies de France est lauréat de «La France s’engage»! 

    Ce concours, lancé à l’initiative du Président de la République François Hollande, récompense deux fois par an 15 projets innovants, sociaux et solidaires, et les aide en fournissant du soutien financier et un accompagnement privilégié.

    Importées en France par la Fondation Macif, les Accorderies de France partagent la même mission que celles du Québec: lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale en encourageant l’échange de services entre individus. Il y a maintenant 29 Accorderies en France. 

    Article publié sur le site de la Fondation Macif, d’où est tirée la photo.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  Xavier Ragot : « Nous sommes entrés dans la post-mondialisation »

      http://www.alternatives-economiques.fr/xavier-ragot-sommes-entres-post-mondialisation

    17/02/2017
    Xavier Ragot Président de l'OFCE et chercheur au CNRS

    L’arrivée à la tête des Etats-Unis d’un président prônant un protectionnisme dur est bien dans l’air du temps : celui d’un tassement des échanges mondiaux.

       L’arrivée au pouvoir de Donald Trump suscite bien des inquiétudes. Peut-il tenir son pari « libéral-protectionniste » et quelles en seraient les conséquences ?

    Xavier Ragot : Donald Trump entend mener une politique protectionniste doublée d’une relance keynésienne qui repose sur un plan de 1 000 milliards de dollars d’investissements dans les infrastructures et sur des baisses d’impôts massives. Pour ces raisons, je le qualifierai davantage de « national-keynésien ». Bien que l’effet relance de la consommation soit amoindri par la concentration des baisses d’impôts sur les plus riches, il est ainsi possible d’anticiper une reprise de l’activité dans les années à venir, une réduction du sous-emploi et une hausse de l’inflation. Selon la manière dont elle sera mise en oeuvre, la politique économique de Donald Trump pourrait donc avoir des effets bénéfiques à court terme. Sur le moyen et long terme, c’est une autre affaire.

    En effet, de nombreuses incertitudes subsistent. Outre la question de savoir jusqu’où le Congrès validera les mesures annoncées par le nouveau Président, sa politique de relance pose la question de l’aggravation de la dette publique. De façon assez paradoxale, le protectionnisme commercial voulu par Trump a besoin d’une ouverture aux capitaux internationaux pour financer la dette américaine au meilleur coût. Et il est impossible de prévoir quelle sera la réaction de la Réserve fédérale américaine à une hausse de l’inflation, laissant planer une menace de déséquilibre du système monétaire international.

    Quels impacts de ce virage ailleurs dans le monde ?

    Pour ce qui est des conséquences de la politique de Trump sur le reste du monde, il me semble qu’il ne faut pas les surestimer. Nous sommes déjà objectivement entrés dans une phase post-mondialisation, avec un ralentissement net du commerce mondial, dû en grande partie au fait que la Chine produit moins pour l’étranger et davantage pour elle-même. Il y a donc fort à penser que les récentes relocalisations d’emplois sur le sol américain (Ford, General Motors) ne sont pas le pur effet des annonces de Donald Trump, mais qu’elles sont fortement liées à un phénomène sous-jacent de démondialisation.

    Cependant, l’accompagnement de ces relocalisations par la nouvelle présidence pourrait entraîner leur médiatisation croissante, avec une montée des tensions diplomatiques et des pressions sur les multinationales. A mon sens, Donald Trump ne sera un acteur majeur de la démondialisation que s’il parvient à mettre en oeuvre sa réforme fiscale, d’une ampleur sans précédent : elle prévoit de ramener de 35 % à 15 % le taux de l’impôt sur les sociétés. Dans le cas contraire, son protectionnisme aura un effet très limité sur le reste du monde.

    Y compris pour la Chine et l’Europe ?

    Je crois aux capacités d’adaptation de la Chine. Elle a en effet géré la crise de 2008 et ses déséquilibres internes par une relance keynésienne sous forme de projets d’investissement massifs. Certes, il existe en Chine beaucoup d’entreprises « zombies », techniquement en faillite mais soutenues par le système bancaire, lui-même soutenu par l’Etat. Mais pour contrer cette accumulation massive de capital, source de déflation, Pékin cherche désormais à redonner du pouvoir d’achat aux ménages, afin de rééquilibrer le secteur des biens de consommation par rapport aux biens d’investissement. Je ne crois pas à l’implosion annoncée du système bancaire chinois, notamment parce que la dette du pays reste raisonnable et qu’elle peut être socialisée si nécessaire.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Non au monstre à deux têtes Baysanto !

    Margrethe Vestager, Commissaire à la Concurrence, Commission européenn

    Pétition : Aller sur :https://act.wemove.eu/campaigns/non-baysanto

    Une fusion Bayer-Monsanto serait un désastre pour nos agriculteurs. Et une catastrophe pour les insectes, les abeilles et les oiseaux. Nous vous demandons d’interdire cette fusion et de nous protéger des ravages causés par ces multinationales. Nous voulons également une transparence totale concernant votre processus décisionnel.

    Pourquoi est-ce important ?

    Bayer est l’un des plus grands producteurs de produits chimiques agricoles, d’engrais et de pesticides. Et Monsanto a une mainmise quasi totale sur les organismes génétiquement modifiés. À elles deux, ces multinationales pourraient avoir un contrôle absolu sur ce que les agriculteurs font pousser dans leurs champs, sur les produits qu’ils utilisent, mais aussi sur ce que nous mettons dans notre caddie, et donc dans notre assiette.

    Pour mener à bien cette fusion, les deux sociétés doivent obtenir le feu vert des autorités de la concurrence partout dans le monde, et notamment celui de l’Union européenne. Bayer a réussi à « convaincre » Donald Trump de soutenir cette super-fusion, [1] et une seule organisation a maintenant réellement le pouvoir de taper du poing sur la table : l’Union européenne.

    Nous savons que la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, mène déjà des négociations informelles avec Bayer à huis clos. Si nous n’agissons pas maintenant, cette super-fusion pourrait devenir une affaire conclue. Nous devons lui demander de dire non immédiatement.

    La super-fusion de Bayer et Monsanto n’est pas un cas isolé dans le secteur de l’agrochimie. ChemChina veut avaler le Suisse Syngenta, et la fusion de Dow Chemical avec DuPont est presque consommée. Les trois nouveaux géants de l’agrobusiness contrôleraient 70 % des produits agrochimiques dans le monde et 60 % du marché des semences.Un véritable coup de massue pour les agriculteurs aux quatre coins de la planète : un tel monopole les obligerait à se fournir en semences et pesticides auprès de seulement trois sociétés dans le monde.

    Ces multinationales ont déjà prouvé par le passé qu’elles faisaient passer leurs profits avant notre santé et l’environnement. L’agriculture industrielle est un cercle vicieux : toujours les mêmes cultures sur des champs à perte de vue, qui nécessitent toujours plus d’engrais et de pesticides. Parallèlement, ce modèle agricole entraîne un phénomène d’érosion des sols et une rupture totale de la chaîne alimentaire pour les insectes, les oiseaux et les animaux de petite taille.[2]

    Notre bataille est européenne, mais le combat contre ces super-fusions est mondial. Des mouvements portés par des agriculteurs, des consommateurs et des citoyens comme nous sont en train de se mobiliser. Aucune grande autorité de la concurrence n’a encore autorisé ces fusions. C’est à nous de mettre Margrethe Vestager face à ses responsabilités et de lui demander d’empêcher BaySanto de voir le jour.

    Références :

    [1]http://www.usinenouvelle.com/article/bayer-se-satisfait-d-une-reunion-constructive-avec-trump-sur-monsanto.N486984

    [2] http://www.slate.fr/story/118511/bayer-monsanto-mariage-nocif


    votre commentaire
  •   Cuba, une île bio où le miel coule à flot, alors que partout ailleurs les abeilles souffrent

    http://www.tigoo-miel.com/miel-bio-cuba

    Pour cause d’embargo, les agriculteurs cubains n’ont pas eu accès aux produits phytosanitaires pour protéger leurs cultures.Un article publié dans « the gu ardian » en février 2016,(https://www.theguardian.com/world/2016/feb/09/organic-honey-is-a-sweet-success-for-cuba-as-other-bee-populations-suffer) montre que ce fut un mal pour un bien. Bio malgré elle, l’île est aujourd’hui le seul endroit au monde où les abeilles sont en bonne santé. Le miel bio cubain s’exporte très bien, et l’apiculture s’y développe.

      Depuis bientôt 25 ans, Cuba n’avait plus accès aux pesticides pour la protection de ses productions agricoles

    Après l’effondrement de l’Union Soviétique en 1991, qui était le principal partenaire commercial de Cuba, l’île a été dans l’incapacité de se fournir en pesticides, par manque de devises étrangères et à cause de l’embargo des États-Unis. Par nécessité, le gouvernement a alors adopté une politique d’agriculture biologique, qui perdure aujourd’hui. Avec l’assouplissement de l’embargo suite à la restauration des liens diplomatiques entre les deux pays, les exportateurs de miel bio cubain constatent une forte croissance commerciale.

      La production de miel bio prend une place de plus en plus importante dans les exportations cubaines de denrées agricoles

    Longtemps connu pour ses cigares et son rhum, Cuba a désormais ajouté le miel bio à ses principales exportations agricoles. La vitalité de l’apiculture cubaine détonne au regard du reste du monde où l’usage massif des pesticides provoque le déclin des populations d’abeilles.
    Selon Théodor Friedrich, représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (ou ONUAA) à Cuba, le miel bio est ainsi devenu la quatrième exportation agricole du pays, derrière le poisson, le tabac et l’alcool, mais devant le sucre et le café, qui sont pourtant des produits réputés.
    « Tout le miel cubain est certifié bio. Il a un goût spécifique, très typique, qui en fait un produit très recherché. »

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • https://www.asso-sherpa.org/mandat

    Pourquoi « Sherpa » ?

    Les Sherpas sont un peuple montagnard originaire des régions du Népal dont les guides sont réputés pour leur endurance, leur dextérité et leur audace ; ils sont si fiables que leur nom est devenu synonyme de « porteur ». Comme eux, notre association ambitionne d’accompagner les populations victimes de crimes économiques dans leur quête de justice.

    Qui est Sherpa ?

    Sherpa, association loi 1901 basée à Paris, a été créée en 2001 en vue de protéger et défendre les populations victimes de crimes économiques.

    L’association rassemble des juristes et des avocats venus de divers horizons, et travaille en étroite collaboration avec de nombreuses organisations de la société civile à travers le monde.

    Les activités de Sherpa reposent également sur le généreux soutien de volontaires, de stagiaires et d’avocats travaillant pro bono.

    Que fait Sherpa ?

    Vision et Mission

    Convaincue que le droit constitue un outil précieux pour agir en faveur du développement, Sherpa a choisi de mettre ses compétences et son savoir-faire juridiques au service de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (ODM).

    Programmes

    • Globalisation et droits humains

    La Commission européenne a défini la RSE comme « L’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes » (Livre vert sur la responsabilité sociale des entreprises, 2001).

    Une telle position reste insuffisante pour Sherpa, qui milite vivement pour la mise en place d’un cadre juridique contraignant à l’endroit des entreprises transnationales.

    • Flux financiers illicites et développement

    Qu’il s’agisse de l’argent de la corruption ou de l’évasion fiscale des multinationales, les flux financiers illicites constituent un enjeu majeur de développement. Ils réduisent les ressources disponibles pour les services publics essentiels et aggravent le poids de la dette des États, particulièrement des pays du Sud. La situation est telle qu’aujourd’hui encore la plupart des gouvernements des pays en développement ne parvient pas à satisfaire les besoins humains les plus élémentaires.

    Sherpa mène des campagnes visant à dénoncer la fuite illicite des capitaux.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Kerlanic : une communauté autonome en danger en Bretagne

    http://toitsalternatifs.fr/habitatalternatif/kerlanic-communaute-autonome-bretagne/

      Pour aider la communauté allez sur : https://fr.ulule.com/oasis-kerlanic/

    Avant de fonder une communauté autonome, Audrey a travaillé durant 20 ans dans différents domaines comme l’animation socio-culturelle ou encore l’accompagnement social. Il y a 8 ans, à la naissance de son fils, elle a eu une soudaine prise de conscience sur la vie, sur la Terre et sur l’Humain. Notre société actuelle est dictée par la surproduction et la surconsommation. Les gens travaillent toute la journée pour payer des factures et s’offrir un confort matériel. Aller travailler très tôt, rentrer tard, ne pas voir ses enfants grandir… Audrey ne se voyait pas laisser l’éducation de son fils à quelqu’un d’autre. Elle ne se voyait plus devoir gagner de l’argent pour consommer toujours plus. Elle ne pouvait plus cautionner l’hyper-consommation de pétrole à travers les déplacements ou le plastique, ainsi que la lobotomie télévisuelle. Elle a donc décidé de sauter le pas de la vie en autonomie pour être maîtresse de sa vie et enseigner à ses enfants le respect de la terre.

    Kerlanic, une prise de conscience pour une communauté autonome

    Audrey ne savait pas vraiment par où commencer. Elle a d’abord quitté la région parisienne pour s’installé en Touraine. Elle a appris à vivre différemment : à s’informer sur l’éducation positive, l’instruction en famille, à cultiver son propre potager et à acheter des produits locaux. Au fur et à mesure des rencontres, elle s’est intéressée aux habitats alternatifs. Ça a été une seconde révélation.

    communauté autonome en France Kerlanic

    @Audrey de Kerlanic

    Après 3 années de vie en Touraine, Audrey a senti le besoin d’aller plus loin. Avec son ancien compagnon, ils achètent Kerlanic, une ferme bretonne du 17ème siècle, inhabitée depuis plus de 20 ans. La ferme est entièrement à rénover, il n’y a ni l’eau courante, ni l’électricité. À sa séparation, Audrey a décidé de continuer son nouveau projet de vie « seule ».

    Kerlanic est devenu un lieu de vie solidaire où se mêlent le désir d’un monde meilleur. Communauté autonome ne signifie pas autarcie, loin de là. D’autres personnes ont rejoint cette aventure humaine et positive.

    Permaculture, autonomie énergétique et matériaux recyclés ou écologiques

    Vivre simplement en respectant la nature et les humains. Audrey explique que « KERLANIC » est avant tout tournée vers le « Comment faire autrement », en toute simplicité volontaire.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Appelez un député européen sur CETA ! Voici comment faire

    https://stop-ttip.org/fr/blog/appelez-un-depute-europeen-sur-ceta/?noredirect=fr_FR

    January 18th, 2017

    Appeler vos députés européens au téléphone et discuter de l’accord CETA de libre-échange entre l’UE et le Canada, est probablement le moyen le plus efficace de les convaincre de voter contre cet accord dangereux en février 2017. Cependant, si vous ne l’avez pas déjà fait cela peut vous inquiéter de parler à un politicien professionnel sur une question aussi complexe.

    Ne vous inquiétez pas, vous n’avez pas besoin d’être expert. Vous êtes en droit en tant que citoyen de savoir comment votre représentant élu a l’intention de voter. Le but de ce guide est de vous donner quelques conseils sur comment avoir une conversation significative avec votre représentant européen.

    Quel député européen dois-je appeler?

    En principe, tous les 751 membres du Parlement européen sont censés représenter tous les citoyens de l’UE. Et tous ont leur mot à dire dans le vote final sur CETA. Bien sûr, ils sont plus susceptibles de vous écouter s’ils pensent que votre vote sera important pour eux ou leur parti dans les prochaines élections. Donc, si vous vivez au Royaume-Uni ou en France, vous devriez probablement choisir un élu dans la région où vous votez. Dans d’autres pays, vous voudrez peut-être parler à ceux qui ont leurs bureaux de circonscription près de chez vous.

    En introduisant votre code postal dans l’outil CETA CHECK, vous pouvez voir quels députés de votre région ne se sont pas encore engagés à voter contre CETA. Cliquer sur l’icône “info” à côté de leur nom pour obtenir leurs numéros de téléphone: un à Bruxelles, et (s’il existe) un dans leur bureau de circonscription.

    Quelques conseils

    Si vous voulez vous rappeler les arguments les plus importants contre CETA avant d’appeler, il existe d’excellents documents que vous pourrez utiliser :

    • Si vous n’avez pas beaucoup de temps, regardez la petite collection à la fin de ce guide.
    • Si vous voulez lire un peu plus en profondeur autour des mythes les plus courants diffusés par les partisans de CETA (ceux que vous allez probablement entendre au téléphone), nous vous recommandons l’excellente publication du Corporate Europe Observatory, « La grande escroquerie CETA » (disponible en anglais, allemand, français et bulgare).
    • Si vous souhaitez devenir un expert de CETA, lisez l’analyse d’experts publiée par une coalition d’organisations indépendantes de la société civile « Making sense of CETA » (en anglais ou en allemand).

    Restez poli et soyez vous-même. Quoi qu’il arrive, n’oubliez pas les règles de base de la courtoisie et du bon sens. Que vous soyez d’accord ou en désaccord avec la personne qui vous répond, et quelles que soient les opinions d’autres membres de son groupe politique, ne donnez pas une image négative des personnes qui défendent le même but que vous.

    La plupart du temps, vous échangerez avec un assistant parlementaire et non pas directement avec un député européen. Ceci n’est pas un problème: engager la conversation. Les assistants jouent un rôle important dans le développement des positions des députés européens.

    Si vous rencontrez une question à laquelle vous n’avez pas la réponse, ne paniquez pas. Vous n’êtes pas censé être un expert, seulement un citoyen concerné. Dites au député que vous ferez une recherche sur la réponse et que vous le recontacterez avec plus d’information, puis venez nous le demander.

    Ne vous laissez pas décourager par les abréviations ou les concepts du jargon de Bruxelles. Si vous ne comprenez pas un terme ou si vous n’êtes pas familier avec les procédures auxquelles ils se réfèrent, demandez-leur une explication.

    Si vous n’êtes toujours pas satisfait des arguments, n’abandonnez pas. Demandez quelle est la position du député sur ce sujet et pourquoi.

    Au cours d’un appel téléphonique, n’hésitez pas à proposer de rappeler avec plus d’informations, de rencontrer le MEP, ou d’envoyer des documents, des références, etc. Parfois, les assistants parlementaires vous demanderont d’envoyer un e-mail.

    N’hésitez pas à rappeler plus tard pour vérifier qu’ils l’ont lu et ce qu’ils en ont pensé.

    Appel téléphonique

    La meilleure façon de transmettre votre message à un député est de développer votre argument oralement. De cette façon, vous pouvez adapter votre discours à ses réponses, tout en exprimant votre grande préoccupation concernant l’objet de votre appel. Les députés ne reçoivent pas beaucoup d’appels des citoyens, ils sont donc particulièrement sensibles.

    Voici un schéma pour une conversation typique :

    • VOUS: Bonjour, je suis [Votre nom], je suis un citoyen européen et j’appelle de [votre pays], et j’aimerais parler à Mme / Monsieur le député svp.
    • ASSISTANT: Mme / M. MPE n’est pas disponible, je suis son assistant. Puis-je vous aider?
    • VOUS: J’ai entendu dire que le Parlement européen votera sur l’accord commercial UE-Canada CETA au début du mois de février et je veux savoir comment Mme / M. MPE va voter.
    • ASSISTANT: OK, je vois. Nous avons déjà eu ce genre d’appels. Je n’ai pas le temps. Pouvez-vous svp nous envoyer un e-mail?
    • VOUS: Désolé, mais Mme / M. MPE est-elle / il le représentant élu des citoyens comme moi ou avez-vous seulement le temps pour les lobbyistes d’affaires? J’ai déjà essayé d’envoyer des mails aux députés sur ce sujet, mais le seul retour que j’ai eu a été des réponses automatiques. Écoutez, ceci est sérieux : CETA menace les droits des citoyens, les normes environnementales et la protection des consommateurs et promeut les intérêts des grandes entreprises plutôt que ceux des petites entreprises locales.
    • ASSISTANT: Nous savons que les ennemis du libre-échange ont été occupés à diffuser de telles accusations générales, mais ils sont basés sur une opposition générale à la mondialisation et des craintes émotionnelles, pas sur le texte réel. L’isolementisme n’est pas une façon d’avancer, nous devons plutôt mettre en place des règles concernant la mondialisation. CETA est le meilleur accord commercial jamais négocié par l’UE.
    • VOUS: CETA est une longue liste de ce que les gouvernements et les parlements ne sont plus autorisés à faire. Par exemple, s’ils veulent lutter contre le changement climatique. Ou l’inégalité sociale. Ou réglementer les banques. Ou inverser les privatisations échouées. Ou s’attaquer à tout autre problème pressant de notre époque. Et CETA peut forcer les gouvernements à payer quand ils choisissent d’aller de l’avant avec des politiques pour lesquelles ils ont été élus par leurs citoyens. Est-ce vraiment le meilleur que Mme / M. MPE et l’UE sont capables de réaliser pour nous les citoyens?
    • ASSISTANT: Ce n’est pas vrai. CETA est un accord commercial progressif. Il mentionne les droits des travailleurs et l’environnement.
    • VOUS: Il contient quelques belles paroles, oui. Mais il n’y a pas de sanctions si ces principes sont violés. Les syndicats européens et canadiens ont proposé un protocole pour prêter de la force aux règles du travail de CETA, mais cela n’a pas été pris en compte. Pourquoi la quasi-totalité des syndicats comme la Confédération Européenne des Syndicats (CES) et les organisations environnementales vous appellent-ils à voter contre CETA si c’est si grandiose que vous le dites? Comment pouvons-nous mettre en œuvre l’Accord Climat de Paris si les pollueurs peuvent poursuivre les Etats pour adopter des lois pour éliminer les combustibles sales et dangereux comme le charbon et le nucléaire ?
    • ASSISTANT: Ne vous inquiétez pas. Nous avons noté ces inquiétudes et nos députés ont forcé la Commission à ajouter des déclarations supplémentaires à CETA qui veillera à ce que d’importantes réalisations européennes telles que le principe de précaution et le droit de réglementer demeurent intactes.
    • VOUS: Savez-vous qu’aucune de ces déclarations n’empêchera les investisseurs canadiens de poursuivre les législateurs européens? En théorie, nos Parlements peuvent encore réglementer, mais le coût des lois qui protègent les citoyens sera si élevé qu’ils n’oseront même pas essayer. Quelle municipalité reprendra les services privatisés de l’eau, de l’éducation, de la santé ou du bien-être social en main publique si le risque est d’être poursuivi par les investisseurs pour l’expropriation? C’est ainsi que les mécanismes de règlement des différends investisseur-État sont utilisés partout dans le monde et le système des tribunaux des investisseurs dans CETA créera exactement la même possibilité.
    • ASSISTANT: Oh non, CETA a un système de règlement des différends complètement nouveau, avec un tribunal indépendant. Voulez-vous plutôt conserver les anciens systèmes ISDS de centaines d’accords commerciaux bilatéraux?
    • VOUS: En tant que citoyen, je n’ai pas de tribunal spécial où je pourrais poursuivre des investisseurs étrangers lorsqu’ils me vendent des produits ou des services dangereux. Ni les entreprises nationales ne peuvent le faire, ni mon gouvernement. Pourquoi devons-nous accorder de tels privilèges aux investisseurs? L’UE et le Canada ont tous deux des systèmes juridiques fonctionnels. Pouvez-vous citer un seul cas où un investisseur canadien a été traité injustement par un tribunal européen?
    • ASSISTANT: Eh bien, vous savez qu’il ya des opinions très différentes à ce sujet. Cet accord est le résultat de 6 années de négociations, nous devons accepter des compromis sur certains points. Nous en discutons très intensivement dans notre groupe, nous avons eu beaucoup d’auditions et de débats au Parlement européen.
    • VOUS: Le texte final de CETA est disponible depuis mars dernier et les points problématiques ont été exprimés par des experts indépendants depuis lors. Les déclarations additionnelles ont été publiées fin octobre, si bien que Mme / M. MPE a eu le temps de se décider. Pourriez-vous svp discuter des questions critiques que je viens d’évoquer avec elle / lui et me faire savoir ce qu’elle / il pense? Je peux vous envoyer d’autres documents de référence où ces questions sont expliquées plus dans le détail.
    • ASSISTANT: OK, je vais faire rapport à Mme / M. MPE et voir ce qu’elle / il en pense.
    • VOUS: Merci beaucoup de m’avoir écouté. J’attends avec impatience de recevoir de vos nouvelles. Mon numéro de téléphone est [Votre numéro de téléphone] et mon adresse email est [Votre courriel]. Bonne journée.

    Comment votre appel s’est-il passé? L’avez-vous apprécié? Faites-nous part de votre expérience : info@cetacheck.eu

    Aviez-vous l’impression d’avoir pu faire une différence? Pensez-vous que vous pouvez encore vous améliorer? Alors il est temps d’appeler le prochain député européen !

    Arguments

    Nous avons sélectionné et regroupé les problèmes les plus brûlants concernant le CETA. Vous n’avez pas besoin de les utiliser tous lors d’un appel téléphonique. N’en prenez que quelques-uns, ceux qui vous préoccupent le plus.

    Démocratie

    Le CETA est un accord post-démocratique. Il renforce les intérêts particuliers de la grande industrie et affaiblit la démocratie.

    • L’accord CETA a été négocié en secret. Les objectifs de négociation de la Commission européenne ont été décidés en 2008 par les gouvernements des Etats membres de l’UE. Ce document lui-même était confidentiel jusqu’à ce que des fuites soient provoquées par la société civile en 2015.
    • Les parlements ne peuvent que dire oui ou non au CETA. Mais ils s’engagent ainsi à convertir intégralement en droit applicable le traité de 2270 pages. Le vote sur le CETA est ainsi du même coup une décision sur la protection des données, sur les brevets de médicaments, sur les douanes, sur la mise en œuvre obligatoire de licences de semences et sur bien d’autres choses encore. Jamais auparavant le Parlement européen n’a laissé passer des réglementations qui ont ainsi une telle portée avec une procédure parlementaire aussi courte et aussi superficielle.
    • Le CETA donne des droits spéciaux aux grands groupes industriels d’envergure internationale. Le chapitre 8 permet aux investisseurs issus du Canada de poursuivre en justice pour demander des dommages-intérêts à l’UE et à ses Etats membres, et inversement, si de nouvelles réglementations réduisent leurs profits et donc la valeur de leurs investissements. Aucune entreprise autochtone ne peut s’y référer. La protection contre „l’expropriation indirecte“ dépasse nettement la protection contre l’expropriation et la protection de la confiance dans le droit national. Le “Droit de réglementer” cité au chapitre 8 et dans les déclarations annexes ne change rien – les droits à dommages-intérêts existent néanmoins Par leurs filiales au Canada, 42 000 entreprises américaines pourraient poursuivre également en justice.
    • Le CETA donne aux lobbyistes la priorité par rapport aux députés européens. Les règles de coopération réglementaire (chapitres 25-27) constituent le contexte idéal des lobbyistes pour influencer le texte des projets de lois de l’UE avant même que ceux-ci ne parviennent au Parlement européen. La participation du Parlement européen, la représentation élue des citoyens n’est pas prévue.
    • Le CETA enferme le législateur. En de nombreux points, le CETA établit des dispositions très concrètes qui dépassent largement la politique commerciale classique. Si l’UE, les Etats membres ou les communes souhaitent modifier à l’avenir des règles qui sont fixées dans le CETA, le gouvernement fédéral canadien doit être d’accord. Les parlements perdent ainsi en marge de manœuvre et les citoyens perdent un peu de la possibilité de changer la politique par les élections.

    Callguide-Agriculture

    Agriculture

    Dans toute l’Europe, les exploitations agricoles, notamment celles qui appliquent une agriculture durable, subissent une forte pression. De plus en plus d’exploitations s’arrêtent et l’industrie s’incruste de plus en plus dans l’agriculture. Le CETA détruit l’agriculture paysanne et accélère l’industrialisation de l’agriculture.

     

    • Le CETA ouvre le marché de la viande bon marché. Par le CETA, les quotas d’importation en franchise douanière de viande de porc dans l’UE sont multipliés par 11 et ceux de viande de bœuf par 15. En moyenne, le prix d’achat de la viande de porc au Canada de 2005 à 2015 était de 28,4 % inférieur à celui de l’UE et celui de la viande de bœuf de 16,2 % inférieur. Les exploitations européennes n’ont donc aucune chance. Il n’existe en outre dans le traité aucune règle coercitive de protection des animaux. Alors que dans l’UE, tout le monde doit respecter les mêmes règles, le CETA engendre la menace d’une concurrence avec des normes différentes.
    • Le CETA renforce l’industrie semencière contre les agriculteurs. De nombreuses exploitations agricoles en Europe utilisent leur propre semence pour la culture des céréales. Pour les groupes industriels tels que Monsanto, c’est une épine dans l’oeil – ils veulent chaque année percevoir des redevances sur les licences. Pour cela, les agriculteurs devaient prouver qu’ils sèment de la semence sous licence. L’article 20.36 du CETA leur offre ce que la Cour de justice de l’UE leur interdit depuis des décennies : un renversement de la charge de la preuve. A l’avenir, les agriculteurs doivent prouver que leur semence n’est pas sous licence – ou ils doivent payer.
    • Le CETA apporte plus de génie génétique en Europe. Le Canada fait partie des pionniers les plus importants en matière de génie génétique dans le monde. L’article 25.2 alinéa 2 du CETA indique explicitement la „réduction des effets commerciaux désavantageux de la pratique de réglementations dans le secteur des produits de biotechnologie“ comme étant un objectif de l’accord. Ce qui signifie seulement que l’UE doit autoriser plus de plantes génétiquement modifiées.

    Droits des salariés

    L’Etat social selon le modèle européen doit sa réussite aux droits de codécision et à la sécurité sociale qu’il garantit aux salariés. Le CETA anéantit leurs intérêts.

    • Plus de concurrence sans règles communes. Le libre échange engendre dans le monde entier bien souvent une concurrence pour des faibles salaires, des temps de travail longs et des contributions sociales faibles. Pour éviter cela, il faut des règles claires contre le dumping social, fiscal et salarial. Le CETA n’a pas ces règles. Il y a certes un chapitre sur le commerce et le travail (chapitre 23) qui comporte de nombreuses belles phrases. Mais si elles ne sont pas respectées, seuls des débats sont prévus, mais pas de sanctions.
    • Les entreprises utilisent les tribunaux d’arbitrage pour manoeuvrer contre les droits sociaux. Des droits spéciaux pour les investisseurs, tels que l’ICS dans le CETA, renforcent les possibilités des grandes entreprises pour mettre en œuvre leurs intérêts. Ainsi, la société française Veolia porte plainte contre l’Etat égyptien concernant une compensation pour l’introduction d’un salaire minimum. Lutter pour de meilleures réglementations pour les salariés devient ainsi de plus en plus difficile.
    • Le CETA anéantit les emplois. Les prévisions économiques indiquent dans le meilleur des cas une légère augmentation de l’emploi de moins de 0,02 % dans les 10 années à venir. Des études moins positives parlent d’une perte de plus de 200 000 emplois dans l’UE. Tous les boulangers ne peuvent pas devenir demain exportateurs de prestations de service dans le bâtiment. Les prévisions indiquent de ce fait une augmentation du chômage de longue durée.

    callguide-verbraucherumweltschutz

    Protection de l’environnement et des consommateurs

    En tant que consommateurs, nous voulons être sûrs que nous achetons des produits sûrs. Nous ne voulons pas servir de cobaye de l’industrie. Nous ne voulons pas non plus que notre environnement soit pollué. C’est pourquoi, il existe en Europe le principe de précaution. Mais l’industrie juge cela trop restrictif. Le CETA est une attaque au principe de précaution et un danger pour nos droits de consommateurs.

    • Le CETA empêche le marquage. Le génie génétique dans les produits alimentaires doit en UE faire l’objet d’un marquage. Cependant jusqu’à présent nous ne savons pas si la viande, le lait et les oeufs ont été produits avec des aliments génétiquement modifiés. L’industrie du génie génétique peut utiliser la protection des investissements pour demander des dommages-intérêts si l’obligation de marquage est étendue.
    • CETA entrave la protection du climat. L’industrie canadienne est très intéressée pour exporter du pétrole issu des sables bitumineux. Mais les sables bitumineux sont les carburants les plus polluants et constituent un gros danger pour le climat. Déjà pendant les négociations du CETA, la Commission européenne a assoupli la directive sur la qualité des carburants projetée pour la protection du climat pour satisfaire l’industrie canadienne des sables bitumineux.
    • Le CETA entrave la protection de consommateurs. Depuis des années, l’UE discute sur une limitation des produits chimiques qui agissent dans le corps humain comme des hormones. Pour faire avancer les négociations du traité de libre échange, la Commission européenne a proposé au Canada et aux Etats-Unis de faire abstraction du principe de précaution dans ce cas.
    • Le CETA garantit aux entreprises d’exploitation minière leur activité polluante. La moitié de toutes les entreprises d’exploitation minière du monde sont issues du Canada. Elles font partie des grands bénéficiaires de l’accord relatif à la protection des investissements. Par exemple actuellement, l’entreprise d’exploitation minière canadienne Gabriel Ressources porte plainte contre les roumains pour n’avoir pas voulu accorder une autorisation d’exploitation minière d’or à Rosia Montana. La société y aurait utilisé du cyanure hautement toxique et l’aurait stocké derrière un remblai – une épée de Damoclès pour la région basse du Danube comme nous l’avons déjà vécu lors de la catastrophe écologique tristement célèbre de Baia Mare en l’an 2000. Avec le CETA, ces entreprises obtiennent des droits spéciaux d’action en justice dans tous les pays de l’UE aux dépens des êtres humains et de l’environnement. 

    callguide-kommune-1

    Services publics

    Les communes européennes qui ont privatisé au cours des trois dernières décennies des parties de leurs prestations de services publics ont la plupart du temps fait de mauvaises expériences. De plus en plus de ces communes reviennent en arrière lorsque c’est possible. Mais la plupart des gouvernements européens et la Commission européenne restent attachés au dogme selon lequel les entreprises privées à but lucratif sont meilleures d’une façon générale. Le CETA limite la marge de manœuvre des communes et soutient la privatisation des prestations de services publics.

    • Le chapitre relatif à la protection des investissements s’applique également aux communes. La Commission européenne a dû céder à la demande issue du Parlement européen selon laquelle il peut y avoir des cas où les communes sont amenées devant les tribunaux d’arbitrage des investisseurs. A partir de la zone de libre échange nord-américaine ALENA, il existe des exemples consternants. Ainsi, la commune mexicaine de Guadalcázar a été condamnée à payer 16,7 millions de dollars de dommages-intérêts car elle n’a pas autorisé une décharge de déchets toxiques pour protéger la nappe phréatique.
    • Le CETA élargie et renforce les obligations des marchés publics. Le CETA ouvre le marché des appels d’offres publics aux entreprises canadiennes. Par la détermination des seuils pour les appels d’offres internationaux dans les annexes du chapitre 19, il est plus difficile de les baisser de nouveau car une compensation doit être versée pour cela au Canada. Le CETA oblige les communes à choisir, lors des appels d’offres publics, toujours l’offre la plus avantageuse et interdit les exigences de qualité ainsi que les conditions visant à promouvoir les développements locaux.
    • Le CETA libéralise toutes les prestations de service qui ne sont pas exclues. Alors que d’autres accords commerciaux n’incluent que des secteurs économiques explicitement cités („liste positive“), le CETA rejette de ses règles tout ce qui n’est pas exclu („liste négative“). En outre, toutes les prestations de service qui n’existent pas encore tombent automatiquement sous le coup de l’accord et ne doivent pas être intégrées au service public.
    • Le CETA empêche la reprise des privatisations. L’article 8.4 (1) interdit explicitement même au niveau local de restreindre le nombre des entreprises qui exercent une activité économique, avec des „monopoles, des fournisseurs avec des droits exclusifs ou de l’exigence d’un contrôle des besoins économiques“. Ce qui signifie que la privatisation, effectuée par des gouvernements antérieurs par exemple, ne peut plus être reprise même si c’est la volonté démocratique des citoyens.

    votre commentaire
  • Published: 10 Jan 2017
    Short URL: http://farmlandgrab.org/26819
    Posted in:
     
     

    L’indicateur du Renouveau | 10 janvier 2017

    Mali : Crise du capitalisme : Les altermondialistes exigent la sortie des pays africains de la CPI

      Le cadre de partenariat France-Afrique datant de plus de 56 ans suscite des débats chez les acteurs des mouvements sociaux. Réunis à Ouéléssébougou le week-end dernier pour le 12e Forum des peuples, les altermondialistes ont sonné la résistance pour construire des alternatives face à une coopération qui, pour eux, n’a servi que les intérêts économiques, géostratégiques des seuls dirigeants français et africains et surtout la sortie immédiate des pays africains à la CPI.

      Les acteurs des mouvements sociaux d’Afrique et d’Europe s’organisent pour une meilleure gouvernance et démocratie en Afrique et un nouveau cadre de partenariat avec la France. Le signal est donné au 12e Forum des peuples du Mali dénommé “Sommet alternatif citoyen au 27e Sommet Afrique-France qui a porté sur le thème central : Les peuples du Sud exigent des alternatives pour un nouveau partenariat économique, social et sécuritaire entre la France et les Etats africains”.

      Le forum a réuni plus de 800 participants, venant des différentes régions du Mali, du Bénin, du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Conakry, du Togo, du Sénégal, du Maroc, de la Mauritanie, du Niger, de la RD Congo et de l’Europe. Il a été une véritable tribune d’expression sur la coopération France-Afrique datant de plus de 56 ans, qui n’a apporté, selon eux, aucun remède adéquat aux multiples défis que connait le continent africain.

    “Les participants au Sommet alternatif citoyen sont indignés des politiques de répression, de stigmatisation et de racisme des Etats du Nord à l’encontre des populations immigrées, reflet d’un passé colonial et d’un présent néocolonial. En dépit des accords sur le droit de libre circulation des personnes, ce droit est bafoué. Aussi les accords commerciaux inéquitables comme ceux des APE sont en train d’être imposés par l’Union européenne aux pays de l’Afrique-Caraïbes-Pacifique. Ils constituent des instruments en faveur des grandes puissances capitalistes et des multinationales du Nord contre les peuples”, a dénoncé Yvonne Ngoyi-yakabwe, présidente de la Dynamique des femmes de la société civile, point-focal marche mondiale des femmes.

    Dans une déclaration (http://www.farmlandgrab.org/26818) remise au sous-préfet de Ouéléssébougou, l’activiste de la République démocratique du Congo a ajouté que les peuples africains sont victimes des effets du dérèglement climatique causé principalement par les industries du Nord, de l’accaparement des terres agricoles, de l’agrobusiness et la destruction de l’agriculture vivrière. Toutes choses qui accentuent l’appauvrissement des paysans et la dépendance alimentaire de nos pays.

    “Face à cette crise globale du système capitaliste et à la faillite du mode de gouvernance néolibérale dicté par les multinationales et les puissances de l’Occident, les résistances s’organisent pour construire des alternatives, la sortie des pays africains de la Cour pénale internationale (CPI) et la création d’une Cour pénale africaine et la fin du financement de l’Union africaine par les fonds européens…”

    Bréhima Sogoba   Envoyé spécial           

    Source: Maliactu (http://maliactu.net/mali-crise-du-capitalisme-les-altermondialistes-exigent-la-sortie-des-pays-africains-de-la-cpi/)

    votre commentaire
  • Cet homme met à disposition les plans de sa maison éco-efficiente


     

       Lorsqu’il a voulu créer un espace d’accueil pour les bénévoles sur sa ferme biologique, H.R Jayaram a décidé d’honorer ce que nous offre la nature en mettant au point un abri à partir de matériaux naturels et locaux. Aujourd’hui, sa « maison de terre et de végétal » se tient fièrement debout, arborant un extérieur comme un intérieur qui n’a pas grand chose à envier aux constructions contemporaines. Petit tour du propriétaire.  

    Une maison écologique pour une ferme biologique

      Entièrement réalisée à partir de fibres végétales et de terre, le « cottage » de la ferme de Sukrishi, à Nelamangala, en Inde, est un petit bijou d’architecture verte. Lancée par un ancien avocat reconverti en fermier, sa construction est le résultat de la mise à contribution d’un « architecte de l’alternatif » talentueux et imaginatif. Parmi les matériaux utilisés, on trouve du bambou, du bois, des pierres de formes diverses et variées, et… de la boue ! Une construction qui utilise les techniques ancestrales de la bauge.

      Chaque matériau a ainsi été choisi pour ses propriétés ainsi qu’en vertu du respect de l’environnement. L’empreinte carbone de cette construction, également, a été réduite au minimum en allant chercher les matériaux à leur source, de façon locale. La fondation a ainsi été faite à partir de terre et de pierres, et la structure de la maison est quant à elle le résultat de l’assemblage astucieux du bambou et de l’argile. À l’intérieur de l’habitat, la terre, proche de l’argile, a également permis la création d’un mobilier directement creusé et sculpté à même le sol. Les créateurs du cottage argumentent ainsi que ce genre de constructions « va jusqu’à éliminer le besoin de tout rangement, ceux-ci pouvant directement être creusés à même le sol. »

      La ferme, quant à elle, s’étale sur plus de 40 hectares pour une variété importante de plantes, et des centaines de fruits et de légumes cultivés de manière biologique (sans intrants chimiques). Pour arroser les plantes, l’équipe de H.R Jayaram va jusqu’à utiliser l’eau de pluie récoltée et stockée. Durant l’année, le lieu accueille des curieux venus du monde entier. Ceux-ci peuvent alors profiter de cette maison originale et unique tout en participant éventuellement à la vie communautaire.

      Une construction qui s’adapte à tous les environnements

      Jayaram revendique que la terre et les différentes tiges végétales permettent une grande adaptation à tous les climats : l’été, la glaise permet de conserver la fraîcheur à l’intérieur, quand à l’hiver, la terre suffit à protéger du froid. Les fondations en mortier de terre quant à elles, composent directement le sol de la maison, et sont faciles à mettre en place sur différentes variétés de terrains. En permettant une construction solide à partir de matériaux facilement trouvables dans la nature, ce genre de constructions pourrait être une véritable solution à la pénurie de logements, ou au manque d’accès à certaines matières premières.

      Une aubaine, lorsqu’aujourd’hui, en Inde, c’est encore près d’un tiers de la population qui peut être considérée comme vivant dans une profonde pauvreté. Afin de permettre à tous de se construire de reproduire ce cottage unique en son genre, un tutoriel complet a été gracieusement publié. Merci H.R Jayaram !


    votre commentaire
  •                                                               2016    175 p.    10 €     

       "Nous appelons à définir ensemble un nouveau programme de résistance : pour nous, résister c'est créer." Reprenant cet appel lancé en 2004 par treize anciens résistants, 100 citoyens, tous reconnus dans leur domaine, ont conjugué leurs réflexions et leurs expériences pour élaborer un nouveau projet, #LesJoursHeureux

      Sur la démocratie, le vivre-ensemble, l'économie, l'écologie, ils proposent un cap à suivre et 120 actions immédiates. Pour qu'au brouillard de notre époque succèdent des jours heureux ! 

        Charte #LesJoursHeureux

    Le mouvement #LesJoursHeureux rassemble des citoyens désireux de sortir d’un cycle économique et politique qui empoisonne, au propre comme au figuré, la vie de la majorité d’entre nous. Ces femmes et ces hommes ont en commun la volonté d’abréger la période de doutes, de crainte du lendemain, de découragement, parfois de désespoir, que vivent beaucoup d’entre nous, depuis le début du XXIème  siècle.

    Ils-Elles se sont fixé-e-s pour objectif de faire advenir une société du « Bien vivre« , grâce à une grande consultation citoyenne, à partir l’automne 2016, sur la base d’analyses et de 120 propositions présentes dans le livre Et nous vivrons des jours heureux. (Actes Sud) et sur notre site internet.

    Cet ouvrage collectif réalisé par 100 auteurs se veut une actualisation, plus de 70 ans après sa rédaction, du programme du Conseil National de la Résistance « Les Jours Heureux », comme réponse aux enjeux d’aujourd’hui.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •                                                              2016     122 p.     13€

       « Il n'existe pas d'objets ou de techniques en soi écologiques, seuls les modes de vie peuvent l'être. »

      Voici le texte-manifeste d'une des principales figures du mouvement critique de la croissance en Allemagne, un plaidoyer sans concession pour une économie relocalisée et durable.

      Niko Paech démontre que si les citoyens occidentaux jouissent d'un niveau de richesse en biens et en mobilité qui n'a pas de précédent dans l'histoire humaine, c'est au prix d'un saccage des ressources naturelles. Il détaille d'abord le processus contemporain de suppression des limites à la fois géographiques, temporelles et corporelles. Il revient ensuite sur l'histoire de la pensée économique et montre à quel point celle-ci s'est peu à peu détachée de la réalité écologique. Il s'attaque à cette fin au « mythe du découplage » ou de la « croissance verte », et approfondit les différentes formes d' « effets rebonds » : matériel, financier et psychologique.

       Convaincu qu'une issue est possible pour sauver la planète, l'auteur donne, en fin d'ouvrage, les contours d'une société de « post-croissance » durable et moderne. Au terme de ce parcours, une évidence se fait jour : et si se délester du superflu, tout en allégeant nos consciences, pouvait aussi nous rendre plus heureux ?

      Titre original : Befreiung vom Überfluss (auf dem Weg in die Postwachstumsökonomie)
      Édition originale : Oekom, 2012.

    Traduit de l'allemand par Gabriel Lombard.

       Né en 1960, Niko Paech est un économiste allemand, professeur à l'université d'Oldenburg, cofondateur de l'Association d'écologie économique (Vöö basée à Berlin). Il représente dans son pays le courant de la soutenabilité « forte », critique de la croissance et de toute forme de marketing vert. Il est présenté par de nombreux médias comme la figure du mouvement allemand de « post-croissance ».


    votre commentaire
  •  
                                                         
                                                         2004   126 p.  3,50 € (en Poche)
     
        Social, humain, local, durable... Le développement a récemment revêtu des " habits neufs " qui satisfont les critères des organisations internationales telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international.
      Mais la logique économique est restée la même, et le modèle de développement conforme à l'orthodoxie néolibérale.
      Or le développementisme repose sur des croyances eschatologiques en une prospérité matérielle possible pour tous - que l'on sait dommageable et insoutenable pour la planète. Il faut donc remettre en cause les notions de croissance, de pauvreté, de besoins fondamentaux, et déconstruire notre imaginaire économique, ce qui affecte l'occidentalisation et la mondialisation.
      Certes, il ne s'agit pas de proposer un impossible retour en arrière, mais de penser les formes d'une alternative au développement : notamment la décroissance conviviale et le localisme.

       Professeur émérite d'économie à l'université de Paris-Sud (Orsay), Serge Latouche est spécialiste des rapports économiques et culturels Nord-Sud et de l'épistémologie des sciences sociales. Il est notamment l'auteur de:

    • Les Dangers du marché planétaire, Presses de Sciences Politiques, 1998 
    • Fouad Nohra, Hassan Zaoual et Serge Latouche, Critique de la raison économique. Introduction à la théorie des sites symboliques, L'Harmattan, 1999 
    • La Planète uniforme, octobre 2000 
    • La Déraison de la raison économique : Du délire d'efficacité au principe de précaution, Paris, Albin Michel, 2001 
    • « En finir, une fois pour toutes, avec le développement », Le Monde diplomatique,‎ 2001 (résumé [archive]) 
    • Justice sans limites, Paris, Fayard, 2003 
    • Décoloniser l'imaginaire : La Pensée créative contre l'économie de l'absurde, Parangon, 2003 
    • « Pour une société de décroissance », Le Monde diplomatique,‎ 2003  
    • « Et la décroissance sauvera le Sud », Le Monde diplomatique,‎ 2004  
    • Survivre au développement : De la décolonisation de l'imaginaire économique à la construction d'une société alternative, Paris, Mille et Une Nuits, 2004 
    • L'Invention de l'économie, 2005 
    • Le Pari de la décroissance, 2006 
    • Petit traité de la décroissance sereine, Paris, Mille et Une Nuits, 2007 
    • Entre mondialisation et décroissance. L'autre Afrique, 2008 
    • Didier Harpagès et Serge Latouche, Le Temps de la décroissance, éditions Thierry Magnier, coll. « Troisième Culture », 2010, 160 p. 
    • Sortir de la société de consommation, Arles, Actes Sud, coll. « Les liens qui libèrent », 2010 
    • Vers une société d'abondance frugale : Contresens et controverses sur la décroissance, Paris, Fayard - Mille et une nuits, 2011 
    • Bon pour la casse : Les déraisons de l'obsolescence programmée, Les liens qui libèrent, 2012 
    • L'âge des limites, Mille et une nuits, 2012, 152 p. 
    • Jacques Ellul contre le totalitarisme technicien, Le passager clandestin, 2013, 107 p.

    votre commentaire
  •                                                                2015    520 p.    25 €   

       Découvrez en détail tous les concepts liés à la décroissance !

      Lorsque la langue usuelle ne permet plus d'exprimer ce qui demande à être articulé d'urgence, c'est qu'il est temps d'apprendre un nouveau vocabulaire. Ce livre étudie les principaux mots-clés de la décroissance et fournit une véritable boîte à outils pour penser une transformation radicale de nos sociétés qui mette enfin l'accent sur l idée de « vie bonne ». La diversité des entrées de ce dictionnaire encyclopédique, rédigées par les meilleurs spécialistes, montre que ce concept touche, certes, aux enjeux écologiques et environnementaux, mais qu il est loin de s'y limiter.

      Avec entre autres des contributions de Mauro Bonaiuti, Arturo Escobar, Marco Deriu, Tim Jackson, Paul Ariès, Serge Latouche, Agnès Sinaï... Une source d'inspiration indispensable ! en partenariat avec l'Institut Momentum Détail : Le vocable « décroissance » occupe aujourd'hui une place grandissante dans le débat public.

      Sa signification demeure cependant incertaine pour beaucoup. Pour échapper à l'ignorance ou à la mauvaise foi qui tantôt l'assimilent à la stagnation actuelle des économies occidentales, tantôt le dénoncent comme un projet de « retour à la bougie » de quelques « écolo-réactionnaires », il était donc plus que temps de proposer au public un état des lieux détaillé de ce qu'il recouvre réellement. Depuis sa première apparition, dans les années 1970, la notion s'est considérablement enrichie, au point de devenir un enjeu de réflexion pour tous ceux qui en appellent à une transformation sociale radicale.

      Cet ouvrage, composé d'une soixantaine d'articles de fond, en constitue la première synthèse thématique se proposant d'en définir les contours et d'en cerner les multiples sources intellectuelles. Il s'agit ici de souligner les grands axes des problématiques embrassées par la décroissance, de présenter les formes d'action qui s'y rattachent ou s'en revendiquent et, en laissant ouvert le débat interne sur un certain nombre de questions clés, d'exposer et de nourrir une discussion collective et internationale déjà bien engagée.

      La diversité des entrées de ce dictionnaire encyclopédique, rédigées par les meilleurs spécialistes, montre que ce concept touche, certes, aux enjeux écologiques et environnementaux, mais qu'il est loin de s'y limiter.

      On y découvrira:

      -que la décroissance se donne pour tâche d'étudier en profondeur le poids des logiques économiques et industrielles sur les conditions d'existence sur la planète, et de réfléchir à d'autres formes d'organisation de la production et des échanges ;

      -qu'elle instruit une critique en règle de nos choix de société et de leur rapport à ce qu'elle nomme la « vie bonne », tout en jetant les bases de contre-modèles possibles ;

      -enfin, qu'elle s'intéresse à toutes les expériences collectives actuelles qui témoignent, un peu partout dans le monde, de l'existence de résistances créatrices et vivaces au dogme de la croissance.


    votre commentaire
  • 2015   110 p.   9 €

       Dans les années à venir, nous devrons faire face aux impacts du réchauffement climatique, à la dégradation accélérée de notre environnement et à la raréfaction des ressources qui maintiennent notre civilisation en vie, trois bouleversements qui vont s'accompagner de profonds changements sociétaux.
      Il devient urgent de s'y préparer pour infléchir les trajectoires en développant notre résilience, cette capacité des êtres et des systèmes socio-écologiques à absorber les chocs et à se transformer.
      Mot d'ordre du mouvement des villes en transition, mobilisateur pour certains, synonyme de résignation pour d'autres, la résilience comprend plusieurs facettes. Elle s'adresse à la fois aux individus, aux collectivités et aux élus locaux qui sont en première ligne pour maintenir les fondamentaux de notre société : santé, alimentation, transport. gestion des ressources vitales, énergie, habitat.
      Loin de prôner le repli sur soi, les stratégies de résilience encouragent le partage, la coopération, l'autonomie créatrice et l'imagination de tous les acteurs locaux. Les auteurs de ce livre nous offrent une boussole qui pourrait s'avérer bien utile pour traverser ce siècle sans chavirer. 
     

       Fondatrice de l'Institut Momentum, Agnès Sinaï est journaliste environnementale.

      Raphaël Stevens est chercheur spécialisé en résilience des systèmes socio-écologiques, formateur et auteur.

      Hugo Corton est ingénieur centralien, diplômé de Sciences Po.

      Poblo Servigne est chercheur indépendont, auteur, formateur et conférencier.

      Tous sont chercheurs associés à l'Institut Momentum.


    votre commentaire
  •  

                                                                     2015   74 p.   8 €

       Depuis près de cinquante ans, Pierre Rabhi en est persuadé : c'est en nous reconnectant à la terre qui nous nourrit, en prenant le temps de comprendre le miracle qui transforme une graine en de multiples fruits, que nous trouverons les ressources nécessaires pour construire une société véritablement intelligente et pérenne. Car, selon lui, l'agriculture tient la place centrale de nos organisations humaines. Elle conditionne non seulement notre capacité à nous nourrir et donc à survivre, mais également la possibilité d'élaborer nos cultures et toutes les activités qui constituent nos sociétés.
      Or, nous sommes aujourd'hui face à un choix.
       Continuons-nous à favoriser l'agriculture industrielle, responsable de près de 70 % des destructions écologiques sur la planète et de la disparition de millions de petits paysans ?
       Ou prenons-nous le tournant de l'agroécologie qui, selon nombre d'experts, permettrait de nourrir sainement l'humanité tout en régénérant les écosystèmes ?
      Pierre Rabhi, un des pionniers de l'agroécologie, met les choses au point dans un dialogue passionnant avec Jacques Caplat, chercheur et agronome. A la fois scientifique, politique et philosophique, cet ouvrage éclaire la relation entre l'être humain et la nature, et propose des solutions à mettre en oeuvre par tous.

       Agriculteur, écrivain et penseur français d'origine algérienne, Pierre Rabhi est l'un des pionniers de l'agroécologie. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont

      -Semeur d'espoirs avec Olivier Le Noire (Actes Sud, 2013) et

      -Vers la sobriété heureuse (Actes Sud, 2010).

      Jacques Caplat est agronome et ethnologue. Il est l'auteur de nombreux rapports et conférences sur l'agriculture biologique, ainsi que des livres

      -Changeons d'agriculture - Réussir la transition (Actes Sud, 2014) et

      -L'Agriculture biologique pour nourrir l'humanité - Démonstration (Actes Sud, 2012).


    votre commentaire
  • De l’Inde à l’Europe, une longue marche en 2020 pour l’écologie et les exclus de la mondialisation
     
    Short URL: http://farmlandgrab.org/26740

    Posted in:  India

    Reporterre | 24 novembre 2016

    Benjamin Joyeux

    Le mouvement Ekta Parishad est né en Inde pour défendre les paysans spoliés de leurs terres. En organisant de grandes marches non-violentes, il a remporté des succès, raconte l’auteur de cette tribune. Et prépare, pour 2020, une grande marche de New Delhi à la Suisse afin de défendre un autre modèle de développement à l’échelle mondiale.

    Jalgaon, Maharashtra, ouest de l’Inde, 4 octobre 2016 au soir : dans un centre culturel dédié à Gandhi, au sommet d’une colline dominant la ville, quelques dizaines de femmes font le débriefing de la conférence à laquelle elles viennent de participer. À l’invitation du mouvement Ekta Parishad (qui signifie « forum de l’unité », en hindi), environ 200 femmes, militantes féministes et pacifistes de 26 nationalités différentes, viennent de débattre de paix, de non-violence et de féminisme pendant trois jours. Parmi l’assistance, un homme, Rajagopal P.V, les traits tirés mais l’air enjoué, traverse la salle, félicitant les participantes pour la qualité des débats. Malgré l’heure tardive et une journée visiblement chargée, il accepte de parler de son organisation et de ses actions. Et celles-ci sont nombreuses et impressionnantes, depuis la création d’Ekta Parishad en 1991.

    Au départ, Ekta Parishad a été créé pour défendre des paysans expulsés de leurs terres par les autorités indiennes cherchant à fournir des terrains les moins chers possible à des entreprises pour y implanter leurs usines. Le mouvement s’est constitué en suivant deux axes : d’une part la mobilisation des habitants dans chaque « panchayat » (équivalent local de nos conseils municipaux), d’autre part le lobbying et le plaidoyer auprès des autorités, locales tout d’abord, puis régionales et nationales. Les campagnes menées par Ekta Parishad lui ont en effet fait comprendre très rapidement les limites des actions locales, et le mouvement s’est lancé à partir de 2005 dans une vaste campagne nationale et internationale d’action non-violente. Le but : promouvoir un autre modèle de développement, après avoir acquis une certaine visibilité dans le milieu altermondialiste en ayant participé activement en 2004 au Forum social mondial de Bombay.

    Le gouvernement indien a besoin de terres à vendre aux plus offrants

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • 2011     51 p.   5,60 €

           Ce texte de Pierre Rabhi nous amène à ouvrir les yeux sur le devenir de la planète et de l'espèce humaine, et propose une réflexion sur la "nécessaire décroissance". Il apporte des solutions concrètes, réalistes, que chacun peut mettre en oeuvre.

      Depuis maintenant des décennies, Pierre Rabhi mène un incessant combat pour la réhabilitation des cultures traditionnelles cultures au sens agricole du terme, comme au sens spirituel. Homme du concret, il s'est révélé également un admirable conteur dans le récit de son parcours hors du commun,

      -Du Sahara aux Cévennes, et dans ses

      - Paroles de terre, véritable roman de l'âme africaine. Avec

      -Le Gardien du feu,

      on navigue encore dans des eaux frontalières où s'interpénètrent le mythe et l'histoire, les rites traditionnels et les problématiques urgentes d'aujourd'hui. Il faut écouter ces histoires qui nous parlent de notre histoire à tous. Il faut écouter l'appel de Pierre Rabhi, cet homme qui infatigablement, sans jamais élever le ton de la voix, tente de hausser le niveau de notre humanité.


    votre commentaire
  • 2015    213 p.    8 €

       Ce sont des hommes d'une grande sagesse, réunis pour la première fois : un moine bouddhiste, un psychiatre, un agriculteur philosophe et un professeur de médecine.
       Face au mal-être contemporain, face à la crise de sens et aux désastres écologiques, ils proposent des remèdes.
       Après avoir discuté, dialogué, échangé, chacun a écrit un chapitre, fruit de son expérience, donnant au lecteur des pistes pour agir et des conseils pratiques. C'est en se changeant que l'on changera le monde.

       Christophe André est psychiatre. Depuis plus de vingt ans, il s'interroge sur les valeurs que chacun peut développer pour une vie meilleure (l'estime de soi, l'imperfection).

      Jon Kabat-Zinn est professeur émérite de médecine. Depuis trente ans, il se bat pour adapter la méditation au monde occidental. Il en a fait un outil de soin, scientifiquement validé. Après avoir conquis les hôpitaux, la pleine conscience est entrée dans les écoles et les entreprises.

      Pierre Rahbi le est le père de l'agro-écologie et défend, depuis plus de quarante ans, un monde plus respectueux de l'homme et de la terre. Par ses actions en Ardèche puis en Afrique et au Maghreb, par ses nombreux essais, il se bat pour une « sobriété heureuse ».

      Matthieu Ricard est moine bouddhiste. Il a passé sa vie dans l'intimité des plus grands maîtres spirituels.

      Ilios Kotsou, chercheur en psychologie des émotions, et Caroline Lesire, engagée dans la coopération au dévelop-pement, ont coordonné ce travail. Ils présentent en fin d'ouvrage une cinquantaine d'associations dans le domaine de l'éducation, de l'écologie, de la consommation, etc.


    votre commentaire
  •                                                                            2015    304 p.   29,90 €    

        Comment pouvons-nous répondre aux bouleversements engendrés par le changement climatique ? L’humanité arrivera-t-elle à poursuivre son développement sans épuiser davantage la planète ?

        Pour répondre à ces interrogations, les photographes et les rédacteurs du collectif Argos ont enquêté au Texas, aux Pays-Bas, en France mais aussi au Bangladesh, au Bhoutan, au Burkina Faso, au Cap-Vert, aux Émirats arabes unis et en Indonésie. À chaque fois, les journalistes ont décrit et expliqué les initiatives prises par les populations concernées pour réduire leur empreinte environnementale. En abordant différents domaines tels que l’agriculture, les transports, l’habitat ou encore l’économie circulaire.

       De leurs reportages au long cours, ils ramènent des histoires passionnantes d’hommes et de femmes qui nous aident à comprendre qu’une nouvelle voie est possible – moins polluante, moins gourmande en énergies fossiles, plus en harmonie avec notre environnement. Leurs textes et leurs photos nous montrent que cette voie est porteuse d’espoir pour les générations futures. Et surtout qu’elle fait envie…
     

      Fondé en 2001, Argos réunit sept rédacteurs et photographes engagés dans des projets documentaires. Le collectif, basé à Paris, a déjà publié deux ouvrages de reportages :

       -Réfugiés climatiques  (Éditions Carré, 2010) et

       -Gueules d’Hexagone (Intervalles, 2012).
     

       De 2001 à 2015, le climatologue Jean Jouzel  a été vice-président du groupe scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). 

       Argos rassemble 11 rédacteurs et photographes, tous engagés dans le journalisme documentaire. Créé en 2001, le collectif Argos témoigne des mutations du monde contemporain - économiques ou écologiques, locales ou globales, néfastes ou porteuses d'espoir. Leurs récits, en texte et en images, sont toujours attentifs à la place de l'être humain dans ces mutations.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique